9782020682718

  • Ce roman noir a été commencé bien avant ce qu'on a coutume d'appeler « la crise des banlieues » et le meurtre d'Ilan Halimi par le « Gang des Barbares ». Il les annonçait pourtant bel et bien. Banlieue du 93, dite 9-3, septembre. Dans la ville relativement bourgeoise de Vadreuil, le jeune Adrien Rochas apprend et réapprend l'anatomie du cou alors que la schizophrénie le gagne et que sa mère, abandonnée par son mari pour une femme plus jeune, sombre dans la solitude et le désespoir. Pendant ce temps-là, Anna Doblinsky, une jeune diplômée de l'IUFM en proie au « pédagogisme », rejoint son premier poste d'enseignante, au collège Pierre de Ronsard, à Certigny. Barres HLM parfaitement sinistres, église délabrée, zone industrielle, boulevard Cachin, carrefour Blanqui et autres place Lénine, trafics de drogue, bagarres entre bandes et influence grandissante des salafistes en kamiss, le décor est planté et il n'est pas joyeux. C'est dans ce milieu qu'Anna Doblinsky va être brutalement renvoyée à sa judéité par de jeunes élèves plus motivés par la haine antisémite que par le désir d'apprendre et d'échapper au chômage qui les guette. Sauf un certain Lakdar Abdane qui, lui, ne demande pas mieux que d'étudier, mais a de plus en plus de mal à le faire depuis l'accident qui l'a vu perdre l'usage de sa main droite : au collège il faut beaucoup écrire. Dire que tout était écrit ? Certes pas, mais il est des dynamiques qui une fois enclenchées ne s'arrêtent que très difficilement. Et la mort est au bout. Le titre est un vers de Victor Hugo et dit bien le climat de peur qui règne dans certaines banlieues où, la République ayant perdu la haute main, c'est la barbarie ordinaire qui reprend le contrôle des êtres. D'une grande violence et d'un réalisme tel que parfois il fait rire, ce roman de Thierry Jonquet met en scène des dérives qui, si elles ne sont pas corrigées, aboutiront à la désagrégation complète de banlieues qui risquent à nouveau de s'embraser.

empty