Anne Bozellec

  • « Tu es insupportable ! Toujours à dire de vilains mots, toujours en train de tomber, toujours prête à faire une bêtise. » Les parents de Julie lui reprochent tant d'être un garçon manqué qu'un matin son ombre est devenue celle d'un petit mâle qui caricature le moindre de ses gestes.
    D'abord amusée par ce double, Julie finit par douter de sa propre identité. Mais allez donc vous défaire d'une ombre qui n'est même pas la vôtre !

  • Sur la pointe des pieds, une petite fille vient réveiller son frère... en le chatouillant !
    Débute alors une formidable bataille de guilis : des oreilles aux doigts de pieds, tout se chatouille ! Même le chat se laisse entraîner dans cette folle mêlée qui met tout sens dessus dessous. Un album au trait noir et blanc sans texte, qui laisse pourtant entendre des rires, des cris et de l'amour aussi.

  • Où dorment les maîtresses ? Pourquoi ne sont-elles jamais malades ? Et que font-elles quand les enfants ne sont pas en classe ? Quand les enfants s'imaginent la vie de leurs maîtresses, les situations les plus cocasses peuvent survenir. Un dessin au trait noir et blanc et des mots d'enfants qui dépeignent avec beaucoup d'humour et de tendresse ces femmes (et ces hommes) qui ont tant d'importance dans la vie des petits.

  • Du linge qui sèche sur le fil un jour d'été et l'imagination d'un petit garçon s'emballe...
    Il écarte un grand drap et découvre un nouveau décor, un monde changeant et féerique où les rencontres et les paysages se succèdent et ne se ressemblent pas.
    Chevaliers, animaux sauvages, indigènes et lutins nous entraînent à leur suite pour un voyage pas comme les autres.
    Réédition d'un classique qui était devenu introuvable : un album poétique truffé de références littéraires et cinématographiques.

  • "Moi, mon nounours, il va au lit quand il veut. Il aime beaucoup les bisous sur le ventre. Il n'est jamais prêt à l'heure. Il connaît Zorro. Il n'a pas peur la nuit. Il m'aime et je l'aime". Au fil des pages, un petit garçon nous présente son ours en peluche, ses petits secrets, ses goûts et ses travers. Il brosse ainsi le tableau de sa vie quotidienne, avec un soupçon de revendication ! Réédition d'un classique qui était devenu introuvable, initialement publié aux Editions Le Sourire qui mord en 1986, il a obtenu le Prix Sorcières de l'album et celui de la Fondation de France en 1987.

  • Julie est une charmante gamine très « nature », hyper active, tendre, un rien insolente, jamais à court d'idées saugrenues. « Un vrai garçon manqué » lui répètent ses parents, déçus qu'elle ne corresponde décidément pas à l'image qu'ils se font d'une fillette de huit ans. Si bien qu'un matin, l'ombre de Julie est devenue celle d'un petit mâle qui caricature le moindre de ses gestes. D'abord amusée par ce faux double qu'elle est la seule à voir, Julie est bientôt gagnée par un doute identitaire profond et elle tente de se débarrasser de l'usurpateur par tous les moyens : elle saute dans les flaques d'eau, claque les portes derrière elle, recherche systématiquement l'obscurité et la nuit. Mais rien n'y fait. Allez donc vous défaire d'une ombre qui n'est même pas la vôtre ! C'est, finalement, en réconfortant dans un parc un garçon que tous traitent de fille à cause de la finesse de ses traits qu'elle décidera de s'assumer malgré les pressions. Et qu'elle retrouvera sa véritable ombre. Ce livre féministe, le premier publié aux éditions Le Sourire qui mord en 1976, plus que jamais d'actualité, est ici proposé dans une forme nouvelle.

  • À treize ans (presque quinze, dit-elle), lors d'un séjour à Venise avec une mère complice, une adolescente obtient le droit de se promener seule, plus loin chaque jour. Elle rencontre un groupe d'adultes pratiquant un jeu d'adresse : gagne celui dont la pièce de monnaie glisse au plus près du bord d'un canal. Fascinée, certaine de gagner, elle entre dans la partie sans se soucier de l'enjeu réel (elle ne parle ni ne comprend l'italien). Elle perd. Elle perd encore et encore. La partie terminée, l'adolescente comprend alors, horrifiée, qu'elle doit deux heures de son temps au gagnant ! Mais elle n'a que treize ans, dit-elle, « Presque onze » ! Elle ne savait pas ! Une adresse est imprimée sur un petit carton : elle doit s'y rendre dans cinq jours. Comment sortir de cette situation sans dommages et sans rien en dire à sa mère ? Nouveau format, nouvelle
    maquette, nouvelle allure pour cet album qui avait connu un grand succès aux Éditions Le Sourire qui mord.

  • Maman étend le linge sur un fil, au grand air, face à un paysage montagneux. Elle ne sait pas que son petit garçon, passé de l'autre côté du drap qu'elle suspend, connaît des aventures ébouriffantes en cheminant à rebours le long du fil. Contre toute attente, linge et décors ont changé ! Le bambin passe d'un univers à l'autre, rencontrant des lutins, des chevaliers, un robot, des animaux sauvages ainsi qu'une tribu amazonienne. Seul un ultime monstre préhistorique inquiétera le petit héros juste avant qu'il ne retrouve le drap et la maman seulement passée d'une épingle à l'autre... Une rêverie ? Peut-être pas si l'on remarque un élément nouveau : un bracelet amazonien orne l'un des poignets du petit garçon.
    /> Ce livre sans texte, aux pages intérieures en noir et blanc, grand succès du Sourire qui mord, n'a pas pris une ride.

  • Catastrophe est horriblement mignonne ! Comment devenir aussi laide que doit l'être une petite sorcière ?

  • Myrtille veut choisir elle-même ses vêtements. Sa maman n'est pas d'accord. Qui donc aura le dernier mot ?

  • Les écoliers de la rue des Pommiers reçoivent leurs correspondants parisiens. Est-il plus facile de s'écrire que de vivre ensemble ?

  • Clément va faire les courses seul. Mais quelqu'un le suit de magasin en magasin. Comment lui échapper ?

  • Marjolaine est nulle en orthographe. Mais elle a décidé de faire un sans faute à la prochaine dictée.

  • Parce qu'il est en fauteuil roulant, Maxime ne peut pas jouer dans la neige. Mais ses amis ont une idée géniale...

  • Les auteurs : Les images d'Anne Bozellec (née à Rochefort-sur-Mer) figurent au catalogue d'une bonne dizaine d'éditeurs : Hachette, Gallimard, Hatier, etc. Elle a fondé les éditions Le Sourire qui mord en 1975 avec Christian Bruel dont elle a illustré plusieurs albums parmi lesquels Venise n'est pas trop loin, et Jérémie du bord de mer qui rejoignent aux éditions Être, Les Chatouilles et Ce que mangent les maîtresses, autres succès du duo.

    Le livre : Cette nuit-là, Jérémie découvre un bébé blotti tout contre lui dans le lit : une petite fille, une vraie ! Trop heureux, il décide d'élever, en cachette, cette soeur inespérée. Mais elle grandit bien vite. Le soir même, elle a trois ans... Cinq dès le lendemain. Et bientôt seize ans quand Jérémie n'en a toujours que huit ! Il supporte mal que la jeune fille sorte toutes les nuits pour ne renter qu'à l'aube. Le pauvre Jérémie va devoir accepter une dure loi : les filles, un jour, s'éloignent de leurs pères. Dans cet album, dessins et photographies entremêlés ou superposés, brouillent leurs frontières comme y est incertain l'écart entre imaginaire et réalité. Nouveau format, nouvelle maquette, nouvelle allure pour cet album qui avait connu un beau destin aux Éditions Le Sourire qui mord.

empty