Anne Bossé

  • La visite d'un lieu est une expérience dont on ne soupçonne pas l'enjeu politique. Elle révèle la manière dont on s'approprie l'espace, qu'on franchisse le seuil de la porte du voisin ou qu'on s'immerge dans la culture d'un pays lointain. La visite met en jeu notre rapport à ce qui est différent et à ce qui est commun. Ni passant, ni habitant, le visiteur est d'abord une personne qui agit en visiteur : qu'est-ce que cela signifie ?

    Avec le soutien de l'université de Tours.

  • Quand on est d'ici et d'ailleurs, où reposer ? Le choix de funérailles au pays natal peut clore une vie déracinée et entraîner les vivants dans une épopée héroïque digne d'Antigone qui, dans la tragédie grecque, défia les lois de la cité pour enterrer son frère. Il arrive aussi que l'incongruité des situations invite l'humour dans les préparatifs. Élisabeth Pasquier et Anne Bossé, chercheuses en sociologie, architecture et urbanisme, écrivent ont écrit une pièce à partir d'entretiens réalisés avec des fils et filles de migrants, des médecins, des professionnels du fret aérien et des pompes funèbres.

  • A la périphérie de Nantes, à Saint-Herblain, Villagexpo a donc été inauguré en juin 1968 et l'expérience qui y est vécue a fait l'objet de nombreuses observations et analyses. Ce phénomène s'inscrit dans l'histoire des Trente Glorieuses, au moment où se constituaient les villes nouvelles, soucieuses de créer et d'expérimenter des modèles architecturaux prototypiques et diversifiés, alors que partout dans le pays la dernière phase des grands ensembles était en construction mais déjà sous les feux de la critique. Les " Village-expositions " - soit une dizaine à peine qui tous se sont édifiés dans ces années-là aux quatre coins de France - ont apporté à l'échelle 1 un témoignage du désir d'habiter autrement. D'autres " catalogues de maisons " se sont agglomérés en villages puis en quartiers lorsque l'urbanisation les a rattrapés. Selon les aléas des systèmes constructifs et les vicissitudes de la conjoncture, les habitants n'ont globalement pas mal vécu cette expérience d'une manière de vivre ces maisons à la fois individuellement mais aussi au sein d'un collectif.
    Le sociologue Jean-Michel Léger - auteur notamment de Derniers domiciles connus, enquête sur le logement 1970-1990 (Créaphis, 1990) - souligne dans sa préface les caractéristiques de l'attachement à la maison individuelle de série et montre la valeur exemplaire de Villagexpo.
    " Dans ce coin de France il ne s'agit pas moins d'un petit bout d'Histoire de la France qui s'est écrit là, où les auteures restituent comment les institutions permettent à des habitants ordinaires de vivre l'expérience d'un lieu unique, les conditions de réalisation de ce quartier exemplaire étant parfaitement équilibrées avec la restitution de la vie quotidienne de ses résidants ".
    L'ouvrage est enrichi d'une soixantaine de documents largement commentés par les auteurs, à la fois dans le texte et dans les légendes. Plans, croquis, affiches publicitaires, catalogues, vues aériennes, cartes postales, photogrammes de film amateur, albums de famille, photographies anciennes et contemporaines, Villagexpo est aussi une histoire écrite en images.

empty