Axelle Grégoire

  • S'il est un postulat imparable c'est bien celui du souvenir : il marque, berce, ponctue une histoire. Pour Notre enfance en Tunisie, je me suis faite la porte-parole de ma mère et un peu plus loin encore de ma grand-mère. Ce récit à trois têtes, six mains et trois coeurs nous emmène dans une Tunisie chamboulée, en proie à un changement imminent, parfois divisée mais surtout chaleureuse, ouverte, drôle et riche. Des saveurs, des parfums, des accents, des rires, des bruits, des expressions qui ont semé, dans la vie des deux femmes les plus importantes de la mienne, des graines d'envie et de curiosité. Evidemment, la période 1945/1960 est politiquement compliquée.
    Entre une sortie de guerre mondiale et une bagarre pour gagner son indépendance, le pays entier est bousculé. Pour les enfants et adolescents de cette époque, alors qu'il leur aura fallu, pour la plupart, quitter le pays une fois l'indépendance déclarée, le quotidien n'aura plus jamais le même goût.
    Notre enfance en Tunisie c'est, le temps d'une lecture, faire une balade sur le port de La Goulette, prendre le TGM pour aller se baigner sur les plages de La Marsa, manger des glibettes à la terrasse des cafés en jouant aux dominos ou faire une partie de foot avec l'UST...autant de moments qui résonnent comme des refrains, des petites madeleines.

  • Nous vous ils

    Axelle Grégoire

    Dans leurs vies bien ordinaires, Guillaume et Jeanne parcourent l'existence, le quotidien, l'attente, la désillusion, les chagrins, les joies et autre coïncidences. Parce des rencontres peuvent changer une vie, ou pas. Parce que les rencontres sont ce que nous en faisons, évoluent, stagnent puis dévalent la pente du souvenir...

  • Terra Forma raconte l'exploration d'une terre inconnue :
    La nôtre. Cinq siècles après les voyageurs de la Renaissance partis cartographier les terra incognita du Nouveau Monde, cet ouvrage propose de redécouvrir autrement cette Terre que nous croyons si bien connaître.
    En redéfinissant le vocabulaire cartographique traditionnel, il offre un manifeste pour la fondation d'un nouvel imaginaire géographique et, ce faisant, politique. Écrit sur le mode du récit d'exploration, cet ouvrage invite le lecteur à explorer les techniques de représentation sur divers terrains, dans le but de constituer progressivement et collectivement un atlas d'un nouveau genre.

  • Brognon Rollin - L'avant-dernière version de la réalité Textes : Jean-Michel Attal, Julien Blanpied, Anne Ellegood, Eric Fassin, Axelle Grégoire, Lucien Kayser, Frank Lamy, Pierre-Olivier Rollin 256 pages Bilingue français-anglais 200 reproductions Format : 23 x 17 cm Broché Graphisme : Granduchy (Fred Thouillot) Editions du MAC VAL - En coédition avec le BPS22 Musée d'art de la Province de Hainaut ISBN : 978-2-900450-10-9 Office : 20 août 2020 25 euros Le MAC VAL propose la première exposition monographique muséale du duo d'artistes Brognon Rollin (né-e-s respectivement en 1978 et 1980, en Belgique et au Luxembourg), réunissant oeuvres existantes et nouvelles productions.
    L'avant-dernière version de la réalité : derrière ce titre, emprunté à Borges, se développe une interrogation simple et néanmoins vertigineuse... Le réel existe-t-il en dehors de ses représentations ? Qu'en est-il du temps et de sa perception ? De sa relativité ? De sa dimension spatiale ? Comment donner forme à l'expérience de la durée ? De l'attente ? Du suspendu ? De l'équilibre ? Les projets de Brognon Rollin condensent des narrations enchevêtrées qui s'inscrivent dans l'histoire de l'art minimal et conceptuel.
    Combinant symboliques, faits, objets, anecdotes, a priori disjoints et parfois rocambolesques, les oeuvres sont fortement polysémiques, supports à dérouler des lignes de fuite empreintes de mélancolie et de poésie. Ce que l'on voit n'est que la partie émergée de l'iceberg. Une horloge se fige à l'approche du spectateur dans l'espace contraint d'une cellule, un line sitter occupe l'espace du musée jusqu'au départ volontaire d'une personne en fin de vie, le duo décalque l'île de Gorée à échelle 1 pour l'enfermer fragment par fragment dans une étagère, des enfants calculent le juste emplacement du rond central d'un terrain de foot à la géométrie contrariée à Jérusalem...
    Attente, enfermement, statu quo et fragilité des frontières sont au coeur des obsessions des artistes, les conduisant à explorer les espaces intermédiaires : addictions, prisons, îles... Le duo, en déplaçant ces curseurs, en mobilisant un changement de perspective, postule qu'une chute peut ressembler à un envol et inversement. Entre Philip K. Dick, Stefan Zweig et Jorge Luis Borges, Brognon Rollin explorent les interstices du temps.
    Les oeuvres de l'exposition se donnent à expérimenter comme autant de failles spatio-temporelles, engageant au final une méditation sur la disparition programmée de toute chose. Riche de nombreuses contributions, en coédition avec le Musée d'art de la Province de Hainaut, le BPS22 à Charleroi, qui présentera une exposition du duo à l'automne 2021, le catalogue, première publication rétrospective des artistes en France, documentera toutes les oeuvres présentées dans les deux lieux, irradiant l'ensemble de leur production.
    Exposition au MAC VAL : 7 mars-30 août 2020

empty