Gonzague Saint Bris

  • «La France est encore le pays dans le monde où la sensualité est souveraine, la nation qui se consacre le plus et le mieux à la volupté d'aimer ! » .
    Nul n'a oublié l'insatiable Charlemagne, Henri IV le Vert galant, François Ier le géant amoureux, Louis XIV le souverain séducteur, Louis XV l'érotomane, jusqu'à Félix Faure, président de la République, mort au palais de l'Élysée dans les bras de sa maîtresse.
    Des folies gauloises aux vertiges du libertinage, Gonzague Saint Bris déshabille l'Histoire de France et nous fait revivre ces aventures voluptueuses et brûlantes, indissociables de notre roman national. Avec truculence, mais aussi la plus grande rigueur historique, il montre que pouvoir et sexe ne font qu'un. Un récit inédit et passionnant des moeurs françaises.

  • La Fayette

    Gonzague Saint Bris

    Le 6 septembre 1757, Gilbert Motier, marquis de La Fayette, naît au château de Chavaniac, dans les montagnes d'Auvergne. Orphelin et millionnaire à quatorze ans, marié à seize ans à la femme de sa vie, major général dans l'armée des États-Unis à dix-neuf ans, tel est le destin du Héros des Deux Mondes à vingt ans.
    Tour à tour défenseur des Indiens et des Noirs en Amérique, des protestants et des juifs en France, pionnier des droits de l'homme, prophète du suffrage universel, partisan de l'ouverture, avocat des Irlandais, des Polonais, des Italiens qui sont à la recherche de l'idée d'une nation, La Fayette anticipe tous les combats de la Liberté. Il traversera trois révolutions, quatre royaumes, deux républiques et un empire, et symbolisera une idée de la France engagée hors de ses frontières.
    Gonzague Saint Bris a consacré vingt ans de recherches à la rédaction de cette considérable biographie. Accumulant révélations surprenantes, documents inédits, archives de familles et correspondances privées, il éclaire d'un jour nouveau les soixante-dix-sept ans d'un homme d'idéal et d'action, à l'occasion du deux cent cinquantième anniversaire de la naissance de ce marquis libertaire.

  • La plume trempée dans l'encre du canal, Gonzague Saint Bris retrace l'histoire de la Sérénissime. Suite à sa nomination en 1980 par Gaston Palewski, président des Amis de la Sauvegarde, il a parcouru pendant plus de vingt ans cette cité des Doges, où les pigeons vont à pied et où les lions ont des ailes.Ce livre, rare par la cadence du style et la beauté des images, rassemble une série de petits romans étincelants, à travers des anecdotes savoureuses et des portraits saisissants : de Goldoni à Wagner, en passant par Byron, Musset et George Sand, Ruskin ou François Mitterrand.Venise, cent fois recommencée, fascine le monde depuis plus de dix siècles. Son destin se reflète dans l'eau porteuse de mémoire, tandis qu'on se demande si cette mer qui l'a créée ne la détruira pas un jour...
    Historien, romancier, essayiste, journaliste, homme de radio et de télévision, Gonzague Saint Bris, tragiquement disparu en 2017, est l'auteur d'une quarantaine d'ouvrages traduits en plusieurs langues, dont beaucoup furent des best-sellers.

  • Marignan, Chambord, Vinci, en trois mots, on croit avoir tout dit sur François Ier. Mais, au fond, connaît-on vraiment ce roi qui n'aurait jamais dû accéder au trône ? Au-delà de l'image convenue du roi chevalier, on découvre un protecteur des arts, féru de philosophie, poète accompli, dessinateur et architecte novateur. C'est aussi un politique visionnaire, à l'écoute des hommes et de la nature, qui lui inspirent une nouvelle façon de régner. Du triomphe de la première campagne d'Italie au désastre de Pavie, de l'entrevue du Camp du Drap d'or à la captivité à Madrid, François Ier reste un prince passionnant qui, dans la victoire comme dans l'échec, domine la galaxie de la Renaissance.

  • Plus de 400 ans après son assassinat, le 14 mai 1610, la popularité d' Henri IV est intacte. Une enfance ballottée entre deux maîtresses femmes, sa mère Jeanne d'Albret et la régente Catherine de Médicis, une longue marche vers le pouvoir, qui révèle son éclatant courage et son inlassable obstination dans un pays ravagé par les guerres de Religion, un règne exemplaire de vingt ans qui pose les jalons d'une nouvelle France politique et économique. Guerrier épris de paix, champion de la tolérance et monarque absolu, le Vert-Galant, amoureux insatiable, voue un attachement très moderne à son innombrable progéniture. À l'heure des déchirures identitaires, il incarne la France réconciliée. Dans la lignée de son François Ier, Gonzague Saint-Bris nous livre une biographie captivante, bourrée d'anecdotes, qui nous dépeint un personnage aussi complexe qu'attachant, aussi inattendu dans sa vie privée que publique.

  • "À qui peut se vaincre soi-même, il est peu de chose qui puisse résister." Louis XIV Le plus célèbre des rois de France est aussi le plus méconnu.
    Pour clore sa trilogie royale, Gonzague Saint Bris s'attaque aux lieux communs qui abondent sur le Roi-Soleil : autocrate suffisant, monarque inaccessible, toisant ses courtisans du haut de sa prétendue petite taille. Apparaît au contraire un homme d'une fascinante prestance, tout à l'écoute de ceux qui le côtoient.
    Ballotté au fil d'une enfance menacée, souvent livré à lui-même, il apprend très vite à se construire en faisant son miel des talents de ses contemporains.
    Le Grand Siècle s'épanouira ainsi sous son impulsion, dans un climat d'échange et d'émulation sans égal dans l'histoire de France.

    Le règne de Louis XIV fait étonnamment écho à notre actualité : refonte de la fiscalité, redressement productif par les manufactures, expansion du luxe et suppression des zones de non-droit des cours des miracles de Paris. Pionnier de l'esprit d'équipe avec ses ministres et ses artistes, c'est un souverain travailleur acharné qui se révèle, totalement impliqué dans l'exercice assumé de son plein pouvoir.

    Cette biographie foisonne d'anecdotes inédites et d'éclairages surprenants : de sa quasi-noyade enfant dans un bassin à celle qui faillit emporter Madame de Maintenon encore au berceau, de sa passion pour la guitare à l'âge de 12 ans à sa calvitie précoce à 20 ans, jusqu'à la confirmation de sa taille véritable, on pénètre dans l'intimité du roi et de ses proches.
    On découvre comment Louis XIV introduit la diversité à Versailles en devenant le parrain d'Aniaba, un jeune Africain, comment il pratique l'espionnage industriel des verriers de Venise pour bâtir sa galerie des Glaces ou encore comment l'air inspiré à Lully par la réussite de l'opération de la fistule royale a pu devenir l'hymne national anglais !

    Molière, Vauban, Le Nôtre, Le Vau, Colbert, Vatel, Racine couchant dans la chambre du roi pour lui lire ses pièces, Charles Perrault précurseur des futurs ministres de la Culture, jouent les premiers rôles dans cette distribution époustouflante au coeur du XVIIe siècle.

    Enfin, l'évocation d'une fin de règne asphyxiée par sa propre longévité est saisissante.

    Le vrai visage du Roi-Soleil méritait d'être scruté avec curiosité, lucidité et enthousiasme. La prodigieuse épopée du Grand Siècle revisitée en période de crise peut ressusciter cette "?certaine idée de la France?" qu'elle porta à des sommets.

    Gonzague Saint Bris, Prix Interallié 2002, est l'auteur de quarante-cinq ouvrages, essais, romans, biographies dont récemment Balzac, une vie de roman, salué par la critique.
    Louis XIV et le Grand Siècle clôt sa trilogie royale commencée avec François Ier et la Renaissance et Henri IV et la France réconciliée.

  • arthur a treize ans.
    le jour de son anniversaire, son père le convoque dans la salle des gardes du château familial, le clos lucé, où jadis françois ler accueillit vinci au soir de sa vie. il lui dit : " à partir d'aujourd'hui, tu as le droit d'aller dormir dans le lit de léonard, cela te donnera des idées. ainsi commence la vie rêvée, la vraie, dans cette demeure hantée par le génie. roman initiatique où léonard de vinci nous est dévoilé dans sa troublante vérité et sa déchirante grandeur, le livre de gonzague saint bris unit la poésie de la connaissance à la précision d'une enquête.

  • Un regard sur le premier festival de Cannes.

  • Ils sont nés avec un nom et des privilèges mais ont choisi leur propre destin, au risque de tout perdre.

    L'histoire de France et du monde recèle une incroyable richesse en aristocrates rebelles. De Cyrano de Bergerac à Olympe de Gouges, de Lord Byron à Alphonse de Lamartine, du comte Tolstoï à Savorgnan de Brazza, de Luchino Visconti à Simone de Beauvoir, ils inventent leur voie. Ils défrichent leur chemin et explorent les horizons lointains. Ils se défont des oripeaux de leur classe pour se vêtir des habits neufs de la découverte. Leurs figures sont à chaque fois emblématiques d'un engagement, d'une destinée à nul autre pareil. Ils ne sont en rien comparables et cependant on a la certitude qu'ils appartiennent à cette même fraternité baroque.

  • Rosa Bonheur a connu, dans la seconde moitié du XIXe siècle, un succès si extraordinaire en France, ainsi qu'à l'étranger, qu'on la considérait comme le peintre le plus célèbre de son temps, alors que cette même époque maintenait les femmes dans une dépendance totale, ne leur reconnaissant aucun droit et, le plus souvent, les empêchant autant de s'exprimer que de créer. Mais Rosa Bonheur, petit bout de femme en apparence et grande artiste dans l'âme, sut très jeune s'affranchir des préjugés, avant d'assurer, par son talent, une émancipation qui fit d'elle un des peintres les plus essentiels de son temps, une femme qui aimait les femmes avec franchise et la première femme artiste à recevoir la Légion d'honneur. Acharnée au travail et jalouse de son indépendance, cette rebelle qui se forma toute seule apprit, au fil des années, à devenir un être pleinement libre. Émule de Delacroix, de Géricault et de Corot, qui lui vouèrent une grande admiration, très appréciée de l'impératrice Eugénie, du duc de Morny, de la reine Victoria ou de Buffalo Bill, la petite bordelaise d'origine modeste, qui finit châtelaine dans la forêt de Fontainebleau, sut imposer à l'Europe cultivée la force de son caractère et la virtuosité de son style. Saint-simonienne convaincue, adorant les animaux, cette vestale de l'art qui, selon sa volonté, vécut et mourut vierge, n'a cessé de peindre ces présumés inférieurs parce que, disait-elle, " ils ignorent les passions ". En leur compagnie, celle que Rustin surnommait la " French Lady " a ainsi composé, à travers des milliers de dessins, de tableaux et de sculptures aussi subtilement savants que formidablement vivants, la dernière grande géorgique de l'histoire de l'art occidental, signant ainsi un véritable épilogue du temps passé.

  • Alfred de Musset, l'enfant terrible du romantisme français. Le dandy débauché à la vie tumultueuse, mythique compagnon de George Sand, auteur de Lorenzaccio et de La Confession d'un enfant du siècle. Cet homme de théâtre, poète virtuose, chantre de l'amour exalté comme de la douleur sincère, ce mondain sulfureux aspirant à la pureté, cet homme à femmes qui eut pour maîtresses Pauline Viardot, Louise Colet ou Rachel et noya ses chagrins d'amour dans l'alcool, eut un siège à l'Académie mais mourut oublié.
    Né en 1810, admis très jeune au Cénacle de Charles Nodier, ami de Sainte-Beuve ou Vigny comme du duc d'Orléans, ultrasensible et dévoré par la mélancolie, il sut mieux que personne écrire le lyrisme des sentiments, les tourments de la vie affective, la hantise de la mort ou les mystères de l'inspiration. Longtemps exclu du champ de la littérature, il est désormais reconnu comme un écrivain majeur du dix-neuvième siècle, étudié dans tous les lycées et joué toute l'année sur les scènes françaises.
    Ce que nous dit Gonzague Saint-Bris dans cette biographie incroyablement libre de ton et portée par une énergie réjouissante?
    Si Musset vivait aujourd'hui, il serait jet-setter, toujours entre New-York et Paris, habillé à la dernière mode, entouré de mannequins super hype, et la cocaïne serait son absinthe.

  • Gonzague Saint Bris nous parle d'un des grands monarques qui ont façonné la France.
    François 1er qui fut à la fois chevalier, diplomate, homme d'Etat et protecteur des artistes et des écrivains, est ici présenté comme le premier individu à être parvenu à concentrer les aspirations de tout un peuple.

  • Poète, écrivain, auteur dramatique, romancier, journaliste orateur, dessinateur, architecte-décorateur, voyageur, homme politique, tel nous apparaît Victor Hugo dont l'oeuvre illustre à la fois la misère et la grandeur, la tendresse et le fantastique, le noble et l'ignoble, la puissance et la gloire.

  • Gonzague SAINT BRIS BALZAC Une vie de roman "?Parlons de Balzac, cela fait du bien !?" Gérard de Nerval La vie d'Honoré de Balzac est un prodigieux roman : enfant mal aimé d'une mère indifférente, collégien solitaire, éditeur en perpétuelle faillite, mondain perclus de dettes, ogre gastronomique, importateur malheureux d'ananas, voyageur errant sur les routes d'Europe, coqueluche adorée des lectrices mais rejeté par l'Académie française, amant fabuleusement tenace, il est selon Baudelaire "?le plus curieux, le plus cocasse, le plus intéressant et le plus vaniteux des personnages de La Comédie humaine?".

    Ce que Balzac cache dans sa vie, il le dévoile dans son oeuvre et Gonzague Saint Bris dresse l'inventaire étourdissant des passions qui l'ont traversée : Balzac et l'argent, Balzac et la condition des femmes, Balzac et la science, Balzac et le café, Balzac et Napoléon, Balzac et la photographie, Balzac et la musique, Balzac et l'occultisme, Balzac et le journalisme...

    Au terme d'une biographie d'un genre nouveau, foisonnante et enthousiaste, il nous invite à nous replonger avec délice et gourmandise au coeur des 142 romans de La Comédie humaine et de ses 2500 personnages.
    Il remet en lumière vingt "?pépites?" méconnues et dix romans "?incontournables?", joyaux du fabuleux panthéon du colosse de la littérature, véritable forçat des lettres à la "?surnaturelle lumière?" saluée par François Mauriac.

    Auteur d'une quarantaine d'essais et romans (prix Interallié 2002 pour Les Vieillards de Brighton), de portraits historiques (La Fayette, François Ier, Henri IV), Gonzague Saint Bris est le biographe des Romantiques (Vigny, Dumas, George Sand, Marie d'Agoult, La Malibran, Musset).
    Descendant des Mame, éditeurs et imprimeurs de Balzac, président de la société Honoré de Balzac de Touraine, auteur du Bel Appétit de Monsieur de Balzac et de Je vous aime, inconnue, Balzac et Éva Hanska, initiateur de La Grande Marche du Bicentenaire de Tours à Saché, Gonzague Saint Bris a consacré trente ans à la figure la plus fascinante des lettres françaises.

  • Elle ne vivra que vingt-huit ans, mais ce sera suffisant pour entrer dans la légende et l'histoire du romantisme.
    Si Rossini, Stendhal, Delacroix, Musset, Lamartine comptèrent parmi ses admirateurs et soupirants, elle fut aussi adulée dans toute l'Europe du XIXe siècle, et aujourd'hui encore des mains anonymes viennent fleurir sa tombe au cimetière de Laeken, en Belgique. Née en 1808 à Paris, Maria de la Felicidad Garcia est la fille du ténor espagnol Manuel Garcia. Très tôt, le chanteur lui impose un enseignement musical terrifiant tant par son rythme que par son exigence, la poussant littéralement sur scène alors qu'elle n'a que six ans.
    Sa voix de mezzo-soprano, d'une tessiture exceptionnellement étendue, son incomparable beauté et sa présence sur scène la propulsent au sommet. Devenue " la " Malibran, du nom de son premier mari, elle incarne la diva par excellence, celle qui, mettant fin au règne des castrats, réussit à imposer au public l'image de la prima dona assoluta, celle pour qui les compositeurs de l'époque, dont Bellini et Rossini, écriront les plus beaux rôles d'opéra.
    Véritable météore, elle fait un triomphe à New York, se produit dans toute l'Europe, de Londres à Milan, de Rome à Paris, et épouse enfin, après un divorce mouvementé, le violoniste belge Charles-Auguste de Bériot, son seul grand amour, avant de mourir tragiquement des suites d'un accident d'équitation, sa seconde passion. La Malibran, qui a électrisé les foules, aura eu le monde pour scène et le public pour paradis, avec cette voix incomparable qui la place au firmament : " la voix qui dit je t'aime ".

  • Sous la plume romantique de Gonzague Saint Bris, l'enfant de la Touraine, né à Loches et élevé au Clos-Lucé d'Amboise, le cortège des châteaux de la Loire vous est dévoilé, avec ses histoires et ses secrets, de la magnificence à l'intimité.
    La somptuosité des photos de Jean-Luc Péchinot accompagne ce cantique dédié aux rendez-vous de la vallée des rois. Julien Gracq déjà, avait salué la complicité de l'auteur avec le fleuve, soulignant : "les vigoureux appuis imaginatifs qui surgissent, pour vous particulièrement, de la vallée de la Loire, habitée, naviguée, rêvée, photographiée par vous...", et les affinités électives entre paysages et rivages, dans la vallée des 120 châteaux.
    Cette promenade de l'écrivain nomade vous emmène en mots et en images, de la balade à la ballade au pays de Rabelais et de Ronsard, de Balzac et de Vigny. De la naissance du fleuve royal jusqu'au port de Nantes, vous découvrez, itinéraires secrets et adresses insolites, et visitez en historien cette succession de palais royaux couronnée de chefs-d'oeuvre : Blois, Chambord, Cheverny, Chenonceau, Amboise, Villandry, Valençay.
    Ainsi, de l'Orléanais au Blésois, de la Touraine à l'Anjou, goûtez le plaisir des Arts auprès de compagnons venus d'ailleurs comme François 1er, Léonard de Vinci, Anne de Bretagne ou Marguerite de Navarre et signez votre parcours singulier t dans cette vallée des poètes qui est aussi le berceau des rois.


  • coup de foudre absolu, bonheur fusionnel, désir ardent, passion dévastatrice, souffrance et haine.
    leur histoire d'amour fut unique. elle, comtesse marie d'agoult, mère de deux enfants, ange de douceur mais rebelle comme un animal traqué ; lui, franz liszt, jeune homme à la beauté éclatante et au génie artistique exceptionnel. un jour, un musicien l'enlève et une folle aventure commence, à la façon d'un voyage initiatique qui les conduit en suisse, puis en italie, où naîtront leurs trois enfants, dont cosima, qui épousera richard wagner.
    brisée pare le doute, les incertitudes et le poison mortel de la jalousie, leur flamboyante liaison ne durera pourtant pas jusqu'à la mort. lorsqu'ils se séparent, après dix ans d'étreintes et de tumultes, franz poursuit sa spectaculaire carrière de pianiste et de compositeur sur les plus grandes scènes d'europe. marie se retire à paris, tient salon avec son amie puis rivale george sand, et devient daniel stern, un auteur engagé au côté des républicains progressistes, avant qu'une sombre folie ne s'empare de son âme.
    l'écriture lumineuse de gonzague saint bris fait revivre la déchirante histoire d'amour qui a scellé à jamais les destins de marie d'agoult, figure parfaite et avant-gardiste de la femme libre, et de franz liszt, l'un des plus grands compositeurs de tous les temps.

  • « "Ne jugez pas un homme tant que vous n'avez pas marché deux lunes d'affilée dans ses mocassins". » Ainsi parlait Michael Jackson lors de son voyage initiatique au coeur de l'Afrique en compagnie de Gonzague Saint Bris. C'était en 1992. Entre une descente du fleuve Ogooué, une exploration de la forêt gabonaise ou une rencontre avec les Pygmées, la star planétaire confie à l'auteur ses préférences esthétiques, ses choix spirituels, son amour de l'Histoire, son admiration pour Michel-Ange et Léonard de Vinci comme son goût immodéré pour les châteaux de France, au point de rêver de finir ses jours dans l'un d'entre eux. Mais Michael Jackson en dit plus aussi sur ses expériences humaines, les secrets de sa vie, les mystères de son métier, délivrant un message personnel sur sa recherche singulière de la beauté au-delà de tous les tabous. Qui pouvait soupçonner que Michael Jackson était en privé un homme d'une grande érudition, épris de lecture, amoureux des écrits de Charles Perrault et de James Barrie, adorant la peinture de Nicolas Poussin ou d'Edgar Degas, le style de Louis XIV, les projets d'André Le Nôtre, la musique de Pergolèse et l'architecture de Jacques-Ange Gabriel ? Gonzague Saint Bris, qu'il avait remarqué dans la célèbre émission « Good Morning America », est devenu, dans ce retour aux racines du Roi de la pop, son compagnon de route, de l'émeraude de la forêt à l'or de la savane, et son confident culturel de l'Afrique jusqu'à l'Europe. Et ce pèlerinage avec Gonzague Saint Bris révèle la vraie vie de Michael Jackson au point que ce dernier a pu dire : « "Mon retour à l'Afrique, c'est mon retour au paradis". »

  • En 1997 sera célébré le bicentenaire de la naissance d'Alfred de Vigny, le plus méconnu, le plus énigmatique des grands poètes romantiques. La vie de ce poète fut un véritable roman dans lequel on trouve beaucoup de femmes - Vigny fut en effet un homme passionné par l'amour et l'érotisme - beaucoup de politique - il fut mêlé aux grandes affaires de son temps - et une vision héroïque du monde. C'est ce double aspect - l'érotomanie et la politique - que Gonzague Saint Bris a choisi de privilégier dans cette biographie qui utilise, pour la première fois dans un ouvrage non universitaire, le journal intime que Vigny rédigea dans les dernières années de sa vie. Marie Dorval et Hugo, Lamartine et Mignet, Musset et George Sand traversent ce livre qui ressuscite un homme touchant, public et solitaire.

empty