Jean-Jacques Gonzalès

  • À quel moment un artiste devient-il artiste? Quand s'opère ce basculement mystérieux d'une destinée ou l'artiste, soudain, incarne le surgissement d'une oeuvre? Le cas Mallarmé est d'autant plus exemplaire que rien ne le prédestinait à devenir le poète le plus révolutionnaire et le plus mystérieux de la littérature française. Il aurait dû embrasser la carrière de fonctionnaire à l'Enregistrement mais malgré ce chemin tracé «dès les langes», il échappe au fatum. J-J. Gonzales s'est donné pour tâche de traquer ce moment sublime ou Mallarmé devient Mallarmé, où la grâce se substitue au marécage d'une vie sans éclat. À travers un récit littéraire subtil et incarné, il invite à s'approcher du jeune Stéphane, à s'approcher du mystère, à entrevoir la seule vie qui vaille : la poésie.

  • L'oeuvre d'Albert Camus a été enfermée dans un carcan interprétatif qui la sépare de ses origines profondes : Camus, écrivain français, écrivain algérien, prix Nobel, porte-parole d'une certaine conscience morale, Camus penseur de l'absurde, Camus partisan de l'Algérie française, Camus " philosophe pour classes terminales ", et plus récemment Camus écriture-symptôme de l'inconscient colonial, etc.
    Il s'agira de montrer, a contrario, que l'oeuvre de Camus est entièrement traversée par la confrontation à un défaut d'origine, véritable matrice d'écriture, caractérisant sa " position algérienne ", et par la tentative sans cesse recommencée d'écrire cette origine absente. Tentative qui trouve son achèvement dans la rédaction interrompue du Premier Homme, ultime entreprise d'écrire le mythe fondateur de ce peuple sans origine et sans destin : les Européens d'Algérie.
    Cette position algérienne d'exil absolu, loin de tout enracinement, de toute allégeance à une quelconque faction / fiction identitaire, donnera à Camus une liberté souveraine et une vision intempestive à nulle autre pareille qui le fera s'opposer violemment à ses contemporains engagés dans les leurres de l'époque. L'objet de ce livre est d'exposer comment cette position algérienne a déterminé une position politique, philosophique, esthétique et littéraire qui, plus de quarante après, montre encore toute son acuité et sa puissance critique à l'égard des temps révolus comme des temps actuels.
    Comment aussi cette position, historiquement déterminée, s'est trouvée être la réplique exacte d'une position fondamentale d'écriture.

  • Les images photographiques sont parfois insituables, et pourtant elles projettent une histoire qui pourrait avoir eu lieu: une photo-fiction. Certaines séries photographiques de Jean-Jacques Gonzales sont de cet ordre. Elles instituent l'espace photographique sous la forme du no man's land: lieu idéal pour l'imagination. Le couple du récit n'aurait sans doute pas pu naître ailleurs. Lui est un photographe français, elle sera son modèle américain. Ils vont vivre quelques jours dans le désert de l'Arizona apparu dans le proche et le lointain des images photographiques. Il photographiera l'espace à son tour. Il y aura leur amour, et cet amour participera à l'univers des images. Et le monde? Il sera là lui aussi. Le monde des migrants qui traversent l'Arizona et qui croisent police et milices.

  • Nouvelle édition revue et actualisée de la magistrale Histoire de la procréation naturelle et artificielle publiée en 1994 par Jacques Gonzales, professeur de médecine, historien. Introuvable (puisqu'épuisé), ce livre est devenu une référence, Des théories les plus fantaisistes sur la reproduction, nées de l'imagination des hommes, jusqu'aux prouesses de la procréation médicalement assistée aujourd'hui, en passant par le cheminement scientifique qui a permis d'y aboutir, ce livre est une mine formidable, notamment par l'érudition de l'auteur en la matière, mais aussi grâce à son talent de conteur.
    Seule grande synthèse sur le sujet, il est recommandé à tous les étudiants concernés (histoire, médecine, élèves sages-femmes, notamment).

empty