Langue française

  • Si Harriet Martineau (1802-1876) a été redécouverte par les chercheurs britanniques et américains dès les années 1980, cette écrivaine reste largement méconnue en France des victorianistes et plus largement des chercheurs en sciences humaines. Le présent ouvrage se veut être la présentation d'une femme engagée bien avant l'émergence dans la conscience collective de la conviction que les réformes attendues étaient la réponse indispensable pour redresser la société victorienne. Séduite par le positivisme d'Auguste Comte dont elle traduisit en anglais l'opus majeur en le condensant, elle vit dans l'apport de cette philosophie une raison de croire au progrès possible et de continuer à oeuvrer pour l'émergence d'un monde plus juste. Son engagement au cours de sa carrière, retracé en première partie, est illustré par des extraits de ses écrits témoignant de ses convictions dans le domaine intellectuel, religieux, politique et social.

  • Fascinante et effrayante, anonyme mais source de promiscuité, la ville constitue l'une des sources majeures d'inspiration d'une production littéraire et artistique marquée par la diversité. Envisagée concrètement ou métaphoriquement, elle peut servir de cadre à l'oeuvre, devenir l'un de ses acteurs ou influencer jusqu'à l'idiome verbal, pictural ou filmique de celle-ci. Pour l'artiste, le voyageur, l'écrivain ou le promeneur, la parcourir devient l'occasion de rencontres et d'expériences sans cesse renouvelées. (Des articles en anglais et en français).

  • Cet ouvrage explore le regard porté sur la France par des hommes politiques, penseurs, écrivains ou critiques d'art britanniques et américains, au cours du "long dix-neuvième siècle". Le but principal de ces contributions est de tenter de comprendre combien la France de cette époque a pu devenir un agent du changement de l'Angleterre.

empty