Pascal-Henri Keller

  • Si la dépression est la plus connue de toutes les souffrances psychiques - au point que certains l'appellent encore le « mal du siècle » -, elle n'en reste pas moins paradoxalement la plus mystérieuse. Comment la définir ? L'enjeu est de taille, car plus vagues en sont les contours, plus nombreux sont les patients. L'industrie pharmaceutique l'a bien compris, qui tire profit de l'immense marché que représente aujourd'hui la consommation des antidépresseurs, en France comme dans le monde.
    D'où provient cette véritable épidémie ? La dépression serait-elle une maladie neurologique ? ou d'origine génétique ? Le contexte social et culturel joue-t-il un rôle dans sa propagation ? Autant de questions très actuelles qui, toujours sans réponse, semblent se rapporter au même désarroi d ont les humains, face à la précarité de leur existence, souffrent depuis des siècles.

  • Fruit de tensions, de mobilisations et de combats dans des périodes historiques marquées par l'extrême pauvreté, la précarité de nombreuses catégories de population et l'exclusion de ceux considérés comme indésirables, le travail social n'a eu de cesse d'expérimenter de nouvelles formes de pratiques et d'élargir son champ d'action. De ce fait, la généalogie des métiers du social est complexe : certains ont des origines communes, quand d'autres ont connu un rapprochement progressif dans le même champ d'activité.

    De l'apparition du travail social à la fin du XIXe siècle à l'inscription de sa définition, au début du XXIe siècle, dans le code français de l'action sociale, en passant par les diverses périodes historiques, Henri Pascal retrace les modalités et conditions du surgissement des professions du social et de leur évolution au gré des contextes politiques, économiques et sociaux.

    Comment le travail social s'est-il professionnalisé ? Quel a été le rôle des travailleurs sociaux pendant les deux guerres mondiales et la guerre d'Algérie ? Comment leurs missions ont-elles évolué, depuis les années de croissance qui ont suivi la mise en place du système de protection sociale en 1945, jusqu'à nos jours ?

    La compréhension du présent passant par la connaissance du passé, ce manuel est un outil indispensable pour l'enseignement de l'histoire du travail social, inscrit depuis 2018 dans le socle commun des formations. Au-delà des étudiants et des formateurs, ce livre s'adresse aux professionnels et cadres du travail social qui y puiseront matière à leurs questionnements actuels, ainsi qu'aux historiens qui portent un intérêt croissant à l'histoire du travail social.

  • "Ne vous y trompez pas, lecteur, ce livre, marquera une date dans l'histoire des relations entre les médecins et leurs malades.
    On ne soigne pas un être humain sans lui ou contre sa volonté. Un malade n'est pas un objet, mais un sujet capable de parler de sa souffrance et de renseigner le médecin sur ce qu'elle représente pour lui. Dès lors, tout malade possède un savoir sur sa maladie qui n'est pas le savoir purement technique du médecin. Pour découvrir ce "savoir du malade", le soignant doit faire preuve de patience au cours de la relation thérapeutique.
    Mais il en sera récompensé, puisque la prise en compte de ce savoir est le gage d'une plus grande efficacité des traitements envisagés. C'est une voie nouvelle qui s'ouvre dans la relation entre soignant et soigné, tant il est vrai que toute pathologie, quelle qu'elle soit, entraîne toujours chez l'être humain une souffrance psychique." Edouard Zarifian

  • D'où provient la souffrance dépressive : Mauvais fonctionnement d'un organe ? Lésion cérébrale ? Infection microbienne ? Aujourd'hui, aucun scientifique sérieux n'ose formuler de réponse définitive à ces questions. Le déferlement actuel des antidépresseurs sur le marché du médicament est d'autant plus stupéfiant. Dans Lettre ouverte aux déprimés, Pascal-Henri Keller s'intéresse aux victimes de la souffrance dépressive autant qu'à leur entourage, à ceux qui l'étudient autant qu'à ceux qui la traitent. Et le tour d'horizon qu'il nous propose part de cette situation très particulière : celle d'un être humain, frappé par un mal que nul ne peut ni expliquer ni soulager d'une seule façon. Un livre pour tous ceux qui, d'une manière ou d'une autre, se préoccupent de la dépression, tout en redoutant la pensée unique, d'où qu'elle vienne.

  • Cet ouvrage d'introduction, clair et pédagogique, synthétise l'état des connaissances sur cette notion qui occupe une place unique dans le domaine scientifique, à la frontière de la médecine, de la psychiatrie et de la psychanalyse, et au carrefour des sciences humaines et biologiques.

  • Faut-il vraiment fusionner esprit et corps ou faut-il, comme nous avons encore trop souvent tendance à le faire, les séparer ? Sur cette question décisive, l'ambition de ce livre est d'aller au-delà des contro-verses interminables entre théoriciens. Pascal-Henri Keller propose plutôt une réflexion sur la juste place qu'il convient d'accorder au corps et à l'esprit dans leurs dimensions propres. À partir de ce que chacun dans sa vie intime peut ressentir. Voici donc l'histoire de Mme Marie qui ne pouvait pas avoir d'enfant, de Mlle Fabiola en proie aux tourments de la déprime, de M. Jean qui perd le sommeil, de l'hyperactif Jojo ou encore de la violence de M. Diabolo. Autant de parcours singuliers qui nous montrent le pouvoir de la parole sur le corps.

  • L'usage du mot psychosomatique serait-il passé de mode ? Dans les lieux de soin, patients et soignants en usent encore volontiers. L'intérêt persistant pour cette notion complexe et controversée rendait urgente une mise au point approfondie. C'est ce que proposent ici des auteurs pour qui l'énigme psychosomatique demeure une priorité. L'originalité de leur mise en commun tient à la diversité de leurs approches. Autour du ' corporel ', la dialectique corps/psychisme en médecine est déclinée sous trois angles décisifs : épistémologique, historique et pragmatique, et une confrontation inédite relance par ailleurs le débat dans le champ de l'addiction, comme dans celui de la psychose. Pascal-Henri Keller donne la priorité à la parole du patient, examinant les moyens, pour elle, de se faire entendre. Plaidant pour une réconciliation entre les sciences du corporel et celles du psychique, Marie-José Del Volgo invite à une réflexion renouvelée sur la notion de ' guérison '. Dominique Cupa pour sa part retrace les différentes étapes, dans notre société, de l'élaboration en psychosomatique, tout en examinant sa mise en oeuvre à l'intérieur d'un service de néphrologie. A partir de sa clinique, Gérard Pirlot, opère le rapprochement entre addiction et psychosomatique. Enfin, penché sur les états corporels et psychiques enchevêtrés à l'extrême de la mélancolie, Olivier Douville propose d'y voir une position subjective tragique qui impose au clinicien d'en renouveler sans cesse la lecture.

  • D'où provient la souffrance dépressive : mauvais fonctionnement d'un organe ? Lésion cérébrale ? Infection microbienne ? Aujourd'hui, aucun sicentifique sérieux n'ose formuler de réponse définitive à ces questions. Le déferlement actuel des antidépresseurs sur le marché du médicament est d'autant plus stupéfiant et paradoxal. Dans cette Lettre ouverte au déprimé, Pascal-Henri Keller, professeur de psychologie clinique et psychanalyste, s'intéresse aux victimes de la souffrance dépressive autant qu'à leur entourage, à ceux qui l'étudient autant qu'à ceux qui la traitent. Et le tour d'horizon qu'il nous propose aboutit à un constat : celui d'un être humain, frappé par un mal que nul ne peut ni expliquer ni soulager d'une seule et unique façon.

  • Cet ouvrage est le résultat d'une mobilisation inédite de praticiens venant des principaux courants théoriques de la psychanalyse. Oubliant leurs traditionnelles divisions, et après avoir rappelé les fondements scientifiques de leur discipline, les auteurs offrent un panorama des apports de leur discipline à la société française dans trois secteurs: la santé mentale, l'enfance et la culture.
    Initiative unique dans l'histoire de la psychanalyse française, cet ouvrage vise à montrer la capacité des praticiens de cette discipline à surmonter leurs traditionnelles divisions pour mieux mettre en commun leurs expériences, leurs savoirs et leurs compétences. Contrairement à ce que déclarent les fossoyeurs de cette « discipline reine » en sciences humaines, ils veulent souligner à quel point la psychanalyse irrigue toujours davantage la pensée contemporaine. Ils montrent combien leurs concepts, devenus de véritables outils de travail pour nombre de praticiens et de chercheurs, font désormais partie du langage courant.

  • Cet ouvrage propose une réflexion pluridisciplinaire sur la violence, suivant quatre entrées : décrire et catégoriser les faits, contextualiser et comprendre les actes. En confrontant les approches et en comparant les résultats empiriques de chaque discipline, il permet de nourrir la réflexion sur la violence, objet de recherche qui semble échapper à toute définition synthétique.

empty