Sylvie Pucheu

  • L'annonce d'un cancer provoque encore, pour le malade et pour son entourage, l'effet d'un véritable séisme.
    Tout est remis en question l'avenir du sujet atteint, l'équilibre de la famille... La lourdeur et les conséquences de certains traitements accroissent le désarroi. Mille problèmes se posent : faut-il materner le malade ? Comment éviter l'isolement quand les amis s'éloignent ? Et s'il baisse les bras ?... Les conseils concrets, les exemples vécus et les adresses utiles de cette remise à jour, aideront l'entourage à faire face à toutes les situations matérielles, pratiques, psychologiques qui évoluent avec la maladie, et aussi, à tenir lui-même le coup.

  • Le vécu d'un cancer dépend de divers facteurs où viennent interférer les points de vue du patient, de sa famille, des médecins et du personnel soignant, peut-être même de la société tout entière.
    Si les traitements ont évolué et permettent de plus en plus de guérisons, le soutien psychologique de la personne atteinte et de ses proches a longtemps été négligé. C'est pourquoi la psycho-oncologie constitue un élément important des soins proposés aujourd'hui aux patients et à leur entourage, ce, à différents moments de ['évolution et du suivi de la maladie (annonce du diagnostic, période des traitements, rémission, guérison, ou bien récidive.
    ). Cette discipline s'intéresse également aux questions de dépistage, de prévention, d'oncogénétique, de réhabilitation et de qualité de vie.

  • Les psychothérapies analytiques sont pratiquées, en oncologie, avec une éthique, une analyse de la demande et des transferts interpersonnels, une prise en compte des effets du cancer, qui permettent leur prise en considération par les services publics, tout comme par les patients.

    Mais la pratique de la clinique ne peut plus être la seule justification institutionnelle, scientifique, politique et même financière. La validation des outils, du mode d'exercice et des bénéfices des psychothérapies analytiques est nécessaire et justifiée.
    Une revue de la littérature internationale sur ces questions, doublée d'une véritable mise en pratique par des cliniciens, montre qu'une étape décisive a été accomplie, démontrant le bénéfice des psychothérapies analytiques en oncologie.

empty