Entreprise, économie & droit

  • Et si le monde d'après-Covid était en gestation depuis plusieurs années déjà ? Si le phénomène actuel de relocalisation ne datait pas de mars 2020, mais plutôt des années 2010 ? C'est la thèse de cet essai original et accessible, qui décrit le monde qui vient et ses acteurs, en s'appuyant sur une riche infographie et cartographie.

    Car notre monde globalisé est en train de s'éteindre au profit d'un monde localisé, suscité par trois révolutions. La première est industrielle : la robotique et le numérique sont entrés dans nos usines, les rendant capables de produire à la demande et à des coûts similaires à ceux des pays émergents. La deuxième est énergétique : l'essor exponentiel des renouvelables multiplie les sources locales d'énergie. La troisième concerne les ressources : de plus en plus réemployées, elles offrent des matières premières de proximité.

    Ce monde plus durable, fondé sur des grandes aires de production régionales, redessine les rapports de force économiques et géopolitiques, faisant apparaître de nouveaux maîtres du jeu. En se basant sur des données économiques internationales et de nombreux entretiens, Cyrille P. Coutansais rend compte de cette fascinante mutation de nos systèmes productifs, de nos modes de vie et de consommation.

  • La liberté de la presse écrite s'incarne en France dans la loi du 29 juillet 1881, monument législatif associé au régime républicain.
    Elle est à la fois le fruit d'un long combat et le point de départ d'une construction juridique et économique qui confère à la presse un statut très privilégié.
    Évoquer la liberté de la presse au XXIe siècle conduit à s'interroger sur les menaces qui pèsent sur elle, en particulier avec le développement d'Internet. Peut-on concilier liberté de communication et respect de la vie privée, secret des sources et respect des prérogatives des juges, droit à l'oubli et accès à l'information ?
    À toutes ces questions, et à bien d'autres, les intervenants sollicités par le Centre Thucydide (Université Panthéon-Assas) et le Centre d'histoire du XIXe siècle (Université Paris-Sorbonne) se sont efforcés d'apporter des réponses. Cette approche pluridisciplinaire de la liberté de presse donne ainsi toute son actualité au propos de Thomas Jefferson : « Notre liberté dépend de la liberté de la presse, et elle ne saurait être limitée sans être perdue. »

  • Dossier N°1 - La dimension civile de l'ecclésiologie?: questionnements et refléxions juridiques et politiques.
    Introduction, Thierry Rambaud.
    Les sources religieuses du droit des finances publiques, Jean-François Boudet.
    La communauté des nations et la société ouverte?: Une clarification chrétienne, Giulio De Ligio.
    Comment gouverner ? Ressources et limites de la théologie de l'épiscopat, Luc Forestier.
    De l'Église aux Églises?: le christianisme, le pouvoir public et l'ère de la Réforme, Brad Gregory.
    Sécularité classique versus sécularisme libéral, James Hankins.
    Les frontières politiques de l'Église, Gladden Pappin.
    Écclésiologie et utopie, Frédéric Rouvillois.
    Libertas scholastica et libertas ecclesiae. Des libertés individuelles aux libertés corporatives, Justin Stover.
    Le libéralisme comme Felix Culpa, Adrian Vermeule.

    Dossier N°2 - étudier l'islamisme?: approches juridiques et politiques.
    L'islamisme?: entre définition méthodologique et approches idéologiques, Karim Ifrak et Sylvie Taussig.
    Islam et constitutionnalisme dans le monde arabe, Nathalie Maugiron-Bernard.
    Turcité, laïcité, islamité?: le débat politique sur l'identité de la Turquie contemporaine, Fouad Norah.

    Varia.
    Conscience et spiritualité, Jean Baechler.
    La révélation pandémique. Une leçon silencieuse sur les activités essentielles, la mort, les communautés politiques et spirituelles, Giulio De Ligio.
    L'ambivalence de la nation?: histoire et défis contemporains dans le cadre d'une Confédération européenne, Bernard Bourdin.

    Chroniques de droit.
    Chronique de droit public, Michel Degoffe.
    Chronique de droit privé, Nicolas Matthey.
    Chronique de la Cour européenne des droits de l'homme, Pauline Vidal-Delplanque.

  • Voici le guide utile et pratique pour comprendre la métamonnaie qui pourrait bien redéfinir en profondeur les règles de notre économie globalisée.

    Créée en 2009, cette monnaie décrite par les uns comme virtuelle mais considérée par d'autres comme un véritable or numérique s'échange en pair à pair sur Internet en dehors du réseau bancaire traditionnel.

    Quelles sont les propriétés spécifiques de cet objet numérique infalsifiable ? Quelles sont les caractéristiques monétaires d'un jeton informatique émis sans autorité centrale, sans banque, sans État ? Que nous dit Bitcoin des nouveaux usages économiques, de la cybercriminalité, de la société de surveillance ainsi que de l'évolution du cyberespace ?

    Bitcoin accompagne en effet à la fois Internet dans son évolution et la société dans sa décentralisation, grâce à son architecture et à son registre, la blockchain.

    La première grande synthèse en français, claire et accessible, sur la nouvelle monnaie du troisième millénaire.

  • En bref Que faire face à l'emprise grandissante du pouvoir économique sur le pouvoir politique ?
    Le livre " Devant un phénomène sans précédent dans la zone euro, nous sommes devenus des cobayes dans une bataille entre les marchés internationaux et l'Europe ", déclarait le premier ministre grec Papandréou en février 2010.
    Multinationales attaquant les monnaies pour infléchir les politiques économiques, démocraties contraintes de se soumettre aux lubies des marchés, activités intenses de lobbying... Les entreprises et les fonds spéculatifs se sont attribués un rôle inédit en matière de gouvernance mondiale. Dans un contexte marqué par la déstabilisation des espaces politiques fondés sur les Etats-nations et encouragée par le libéralisme, la puissance financière des multinationales échappe de plus en plus au contrôle démocratique.
    Le recul du politique et la force grandissante des marchés annoncent-t-elle pour autant le déclin inéluctable des pouvoirs démocratiques ? Rien n'est moins sûr. Mais sur quels leviers s'appuyer pour faire contrepoids et renverser la tendance ? Comment consolider les marges de manoeuvres des démocraties ? Restaurer l'autorité et la légitimité des puissances publiques ?
    A rebours des interprétations conformistes, Anne Salmon analyse ces questions essentielles tant sur le plan global (politique internationale, législation des Etats, multinationales) que sur un plan local (fonctionnement des entreprises, actions des salariés).
    L'auteur Anne Salmon, philosophe et sociologue, est professeur à l'université Paul Verlaine-Metz.
    Arguments - Une contribution majeure au grand débat qui s'annonce pour les présidentielles de 2012.
    - Conséquences de la crise financière.

  • Tous les êtres humains sont-ils titulaires des droits de l'homme ? « Tout » homme « sans distinction » est-il réellement le bénéficiaire des droits, comme l'affirment les textes juridiques internationaux ? Qui de l'homme, du citoyen ou du national incarne le titulaire des droits ?

    Cet ouvrage part à la recherche de « l'homme » des droits de l'homme et interroge cette figure abstraite et sa prétention à l'universalité. Cette approche permet d'isoler les paradoxes de la notion de « droits de l'homme ». La citoyenneté étant désormais enfermée et dissoute dans la nationalité, le titulaire des droits de l'homme se trouve réduit au national, et le rôle des États souverains dans l'attribution des droits s'affirme ainsi primordial.
    />
    Les catégories du réfugié, de l'apatride, du demandeur d'asile ou du sans-papier, incarnant la figure contemporaine du sans-droit, révèlent les obstacles et les échecs de l'universalisme théorique de l'homme des droits.

    Un essai critique à la vive et incontestable actualité.

  • En droit, la sensibilité de l'animal est appréhendée de façon plurielle : elle se construit à la périphérie de chacune de ses branches et peut faire l'objet de diverses limitations pour des impératifs économiques, sanitaires, sécuritaires, ainsi que pour des considérations culturelles ou religieuses. L'animal est-il dès lors véritablement saisi en tant que tel ?
    Entre l'animal de compagnie, de ferme, de laboratoire ou l'animal sauvage, sa sensibilité est plus ou moins considérée, voire négligée.
    Un statut de l'animal complet, autonome et cohérent est donc une perspective encore lointaine. Dans ce contexte, l'objet de cet ouvrage est de poser les jalons de son unité et d'envisager cette sensibilité comme une grille de lecture pertinente du droit animalier et de ses évolutions.

  • Les marées noires de Torrey Canyon en 1967 et de l'Amoco Cadiz en 1978, l'accident industriel de Sévéso en 1976, ou d'AZF à Toulouse en 2001, l'amiante, le distilbène, les perturbateurs endocriniens, les pesticides : la question de l'appréhension, de l'expertise et de la gestion des risques sanitaires induits par nos progrès techniques et nos choix de société n'en finit pas de se poser.

    Sur ces enjeux d'une haute technicité scientifique, le juge ne peut décider seul. Il doit s'appuyer sur des experts. Dès lors, conserve-t-il un pouvoir de jugement indépendant ? Faut-il craindre un transfert de l'autorité aux mains du seul expert ? Comment s'assurer de la compétence et de l'impartialité de ce dernier ? Comment protéger les lanceurs d'alerte ? Une fois les risques identifiés, comment les prévenir, ou, au moins, les réguler ? Quelle voie dessiner pour la responsabilité civile afin qu'elle influe sur le comportement des acteurs économiques ?

    C'est à toutes ces questions que cet ouvrage apporte des réponses.

  • Dossier Thématique - le prosélytisme.

    ? Propos introductifs, Farah Safi.
    ? L'accusation de prosélytisme au XIXe siècle, François Saint Bonnet.
    ? Par-delà le prosélytisme, la pénalisation des influences : Essai d'une typologie des influences, Agathe Lepage.
    ? Prosélytisme dans l'entreprise de droit privé ne gérant pas un service public et droit du travail, Arnaud Casado.
    ? Prosélytisme et Cour européenne des droits de l'Homme, prosélytisme de la Cour européenne des droits de l'Homme ?, Xavier Souvignet.
    ? Le prosélytisme dans la jurisprudence de la Cour suprême des États-Unis, Amandine Barb.

    Dossier thématiques 2 - la philosophie juridique des droits de l'homme entre loi naturelle et loi positive.

    ? Droits de l'homme, loi naturelle, jugement de la conscience : un noeud à démêler, Pierre Manent.
    ? De la pertinence de la loi naturelle pour évaluer la loi positive, Jacques Rollet.
    ? Du droit naturel au droit des personnes ? Pertinence actuelle de la loi naturelle en théologie morale, Bruno Saintot.
    ? Regard théologique et canonique sur les proclamations séculières des droits et libertés fondamentaux des personnes humaines, Philippe Greiner.

    Chronique de droit.

    ? Chronique de droit privé, Nicolas Mathey.
    ? Chronique de droit administratif, Michel Degoffe.
    ? Chronique de Droit européen des droits de l'Homme, Pauline Vidal-Deplanque Varia.
    ? Les effets de la filiation en droit libanais et en droit tunisien, Pauline Bourdoncle.

  • Annuaire Français de Droit International 64-2018.

  • Neutralité d'Internet Hervé Le Crosnier et Valérie Schafer Le livre La Neutralité d'Internet peut apparaître comme une notion avant tout technique. Toutefois, derrière la question de l'équité du traitement des données, se jouent des rapports de force entre acteurs économiques (fournisseurs d'accès à Internet, fournisseurs de contenus et de services ...) qui ont des implications sur l'accès aux contenus, l'innovation et l'unité de l'Internet. Les gouvernements, les Autorités nationales de régulation, la justice, les instances multilatérales impliquées dans la gouvernance de l'Internet, " les pères fondateurs " et les associations sont dès lors entrés dans un débat qui livre un instantané des enjeux actuels et futurs des réseaux de communication et dévoile les relations de pouvoir à l'oeuvre.
    Les positions des différentes parties prenantes convoquent plusieurs valeurs, visions et imaginaires de l'Internet, qui interrogent la démocratie technique. Les protocoles et architectures informatiques sont à la rencontre de la technique, de l'économie, de la culture, du social et du politique. C'est la raison pour laquelle un débat d'apparence technique occupe une réelle place politique et communicationnelle.

    Les directeurs de l'ouvrage Hervé Le Crosnier est Maître de Conférence en Informatique à l'Université de Caen-Basse-Normandie, Valérie Schafer est chargée de recherche à l'Institut des sciences de la communication du CNRS (ISCC), docteur en histoire.

  • Recherche de la criminologie

    Alain Bauer

    • Cnrs
    • 26 Août 2010

    Qu'est-ce que la criminologie ? La leçon inaugurale d'Alain Bauer au CNAM. Le livre : Une science en plein essor, la criminologie. Un spécialiste, Alain Bauer, « boîte à idées » de Nicolas Sarkozy en matière de sécurité. Une polémique à forte connotation politique, opposant les tenants du vieux déterminisme sociologique aux adeptes d'une éthique de la responsabilité.
    Anciens contre modernes, « culture de l'excuse » contre culture de l'efficacité, moralisme angélique contre analyse objective de la délinquance. A contre-courant de la pensée dominante, Alain Bauer signe un vibrant plaidoyer pour une criminologie renouvelée. Non, cette discipline ne doit pas être une annexe du droit pénal, mais une science à part entière, adaptée aux défis de la globalisation. A l'heure du chaos mondial, de l'effacement des frontières culturelles, de la démocratisation d'Internet, de nouvelles menaces criminelles apparaissent, plus difficiles à déceler et à prévenir . Alain Bauer nous montre que la criminologie, en tant que science, permet d'analyser ces phénomènes et donc de les anticiper.

  • Pas de société sans communication.
    Pourtant la communication peut être tout aussi bien technologie de guerre que processus de paix, art de la diversité qu'instrument de domination culturelle, source de la découverte de l'autre que moyen de lui imposer son point de vue. Autrement dit, l'enjeu majeur de la communication est celui du vivre ensemble. Comment éviter l'uniformisation tout en valorisant la diversité ? Ce numéro n'apporte pas une seule réponse, universelle, mais démontre que, selon les aires géographiques et les circonstances, la communication peut être tout à la fois créatrice et destructrice du lien social.
    Niche et stimulant.

  • L'entreprise, une cible privilégiée pour les organisations criminelles et mafieuses, les groupes terroristes et les guérillas. Tour du monde de ces nouvelles menaces. Le livre Attentats, contrefaçon, piraterie maritime, blanchiment d'argent, kidnapping, fraude, cybercrime... l'entreprise est devenue une cible quotidienne du crime organisé et des groupes terroristes. Des mafias aux groupes armés extrémistes : qui sont ces nouveaux prédateurs de l'économie légale ? Du simple vol à la prise de contrôle de secteurs économiques entiers : comment ces organisations peuvent-elles détruire, voler, parasiter et désormais concurrencer les plus grandes entreprises de la planète ? Fruit de multiples enquêtes de terrain menées par deux professeurs de l'EDHEC dans de nombreux pays (Colombie, Nigeria, Chine, Italie entre autres...), ce livre apporte un éclairage précis sur un sujet qui, loin d'être exotique, est désormais une menace centrale pour l'économie libérale, et non plus seulement pour l'ordre public.

  • La libéralisation tous azimuts de l'espace médiatique arabe a modifié en profondeur notre regard sur la Tunisie, l'Egypte, la Lybie, et sans doute demain la Syrie. Comment comprendre cette brutale explosion de créativité, ce foisonnement d'initiatives et d'énergie ? Comment ces sociétés longtemps baîllonnées ont-elles fait, en quelques mois, l'apprentissage de la liberté d'expression ? Un détour par l'histoire s'impose pour comprendre ce bouleversement radical des mentalités, enjeu majeur aux fortes répercussions géostratégiques. Télévisions hertziennes au lendemain des indépendances, télévisions satellitaires lors de la première guerre du Golfe avec notamment la création de la chaîne Al Jazeera, affirmation d'Internet et des autres médias numériques qui loin de faire de l'ombre aux anciens, contribuent au renforcement des interactions entre les différents médias... Tourya Guaaybess signe une étude vivante et admirablement documentée sur les grandes étapes de cette révolution médiatique, essentielle à la compréhension des transitions politiques en cours.

  • Concept mobilisé depuis de nombreuses années dans la plupart des sciences humaines et sociales, le genre n'a pas suscité, jusque très récemment, l'intérêt des juristes français. Le contraste avec les pratiques étrangères étonne.
    L'objet de cet ouvrage est de passer des pans entiers du droit français au crible de l'analyse du genre afin d'identifier la place du droit dans la construction des rapports sociaux de sexe.
    Le genre se révèle notamment un outil dans la lutte contre les discriminations, la réprobation des discours, images et propos dégradant systématiquement certaines personnes en fonction de leur sexe, ou encore dans le combat contre les violences les visant.
    Avec ces 1000 pages, cet ouvrage fait, pour la première fois, le tour de la question.
    Le public visé est vaste : étudiants et universitaires français et étrangers, en droit et en sciences humaines et sociales ; acteurs sociaux de la lutte contre les inégalités et discriminations (associations, politiques).

  • "L'économie, je n'y comprends rien" : si l'on a soi-même jamais prononcé cette phrase, on l'a néanmoins très souvent entendue. L'économie rebute, et pourtant nous sommes tous des acteurs économiques. Nous percevons des revenus, consommons, développons des stratégies à plus ou moins long terme. L'économie ne se résume pas à de simples rapports de marché. Elle implique divers aspects de la vie en société, exige l'intervention des institutions pour établir et faire respecter un certain nombre de règles.
    Mais il faut admettre que l'économie a un fonctionnement tout à la fois mystérieux et complexe. D'où l'utilité de diffuser le savoir économique. C'est ce que cet ouvrage se propose de faire au cours d'un voyage où l'essentiel est vu et l'attention attirée sur une série de thèmes fondamentaux. En premier lieu, l'économiste lui-même, la diversité des thèmes qu'il est amené à aborder et les limites des instruments dont il dispose.
    Puis l'étude de l'économie réelle : la production, le revenu, le bien-être, la pauvreté, les entreprises, les diverses formes de marché. Ensuite, la sphère financière et monétaire, dont les mécanismes sont bien connus, mais dont les risques doivent être soigneusement évalués : la monnaie, les banques, le crédit, la banque centrale et la politique monétaire. Enfin, l'endettement public, les crises financières et l'examen des échanges internationaux.

  • Le continent des langues exploré : traduire.
    La traduction à l'heure du plurilinguisme et de la mondialisation En bref La traduction, clé essentielle pour déchiffrer la complexité de notre monde et les grands équilibres géopolitiques Le livre Les langues sont un admirable instrument de communication, mais elles ne sont pas que cela : selon la célèbre formule de Wilhelm von Humboldt, " elles sont porteuses d'une vision du monde ". À ce titre, elles ne sont pas interchangeables ; et promouvoir une seule langue internationale au détriment des autres est une politique de plus en plus contestée.
    Ainsi, la voie choisie par la France, l'Union européenne ou l'UNESCO est celle du plurilinguisme - solution dont les avantages économiques et politiques apparaissent d'autant plus clairement que la défense de la diversité culturelle est devenue un enjeu mondial majeur.
    Or, si la diversité des langues est impressionnante, il est toujours possible de traduire. C'est là une opération fondamentale du langage. Du reste, plus on connaît de langues, plus il est facile d'en apprendre et d'en comprendre de nouvelles. Mais la traduction n'est pas qu'une opération purement linguistique : elle s'applique aux autres systèmes de signes. À l'heure d'Internet, de la mondialisation et du " multimédia ", la traduction est une clé essentielle pour déchiffrer le monde de plus en plus complexe dans lequel nous vivons. Elle ne s'adresse pas qu'aux seuls spécialistes : elle est l'affaire de tous.

  • L'Annuaire présente les principaux événements intéressant la théorie et la jurisprudence du droit international, sous forme d'études, de chroniques et d'une chronologie des faits internationaux d'intérêt juridique. Une table des décisions de jurisprudence et des traités permet une recherche active.

  • Dans la relation entre médias et opinion publique, on peut souligner une forme de paradoxe ou de tension en fonction des situations. Les médias peuvent être amenés à jouer un rôle démocratique important en aidant à la constitution et la cristallisation d'une opinion publique. Ils ont alors un rôle de contestation de l'ordre établi. C'est le cas dans les situations de transition démocratique, où les médias internes et extérieurs peuvent être utilisés pour appuyer des revendications contestataires, voire révolutionnaires, comme nous le verrons pour les cas de la RDA, l'URSS à la fin des années 1980 ou la Chine et le monde arabe récemment.

    A l'opposé, dans les situations démocratiques instituées, les médias et les mises en scène politico-médiatiques peuvent servir à contrôler les opinions, à influencer l'opinion publique, à fabriquer du consentement, par le recours à des formes de langue de bois ou par la mise en oeuvre de procédés participatifs qui n'en sont pas moins des instruments aux mains des politiques. Il faut toutefois insister sur le fait que l'opinion est loin d'être aussi manipulable que la doxa ordinaire veut souvent le laisser croire et que les effets des médias sur l'opinion reste une question discutée.

    C'est donc autour des usages et des effets contrastés des médias par et sur l'opinion publique et la société que ce volume est bâti. Il vise à donner aux lecteurs un aperçu mélangeant approche historique et contemporaine, sur des situations démocratiques ou autoritaires, en pointant les possibles effets libérateurs ou parfois manipulateurs, afin d'offrir un panorama complet des cas possibles.

  • Economie solidaire Jean-Louis LAVILLE Le livre L'économie solidaire peut être définie comme un ensemble d'activités contribuant à démocratiser l'économie à partir d'engagements citoyens. Une multiplicité d'initiatives se référent à cette perspective dans divers champs d'activités (services de proximité, finances, commerce équitable, tourisme, monnaies sociales, circuits courts, énergies renouvelables....).
    Cet ouvrage présente de manière claire les principales références de cette réalité à la fois politique et économique. Il en situe également les enjeux dans les mutations contemporaines.

    Le directeur de l'ouvrage Jean-Louis Laville est professeur du Conservatoire national des arts et métiers et chercheur au Lise (CNRS-Cnam) et au GIS-IFRIS (CNRS).

  • Sciences et médias Sébastien ROUQUETTE Le livre Les activités scientifiques et techniques ont une importance croissante, leur médiatisation aussi. Plusieurs facteurs se combinent pour accroître cette médiatisation : demande d'explication scientifique de la part du public ; d'expertise de la part d'organismes publics et de médiatisation des problématiques et des résultats scientifiques de la part des chercheurs. Mais, désormais, la logique du débat prime. Les scientifiques sont convoqués pour éclairer un sujet d'actualité, débattre des orientations à prendre.
    Qu'implique cette complexification du contexte de médiatisation ? De quoi ce changement est-il le révélateur ? Comment les téléspectateurs conçoivent-ils les émissions scientifiques ? Comment les journalistes choisissent-ils leurs sujets, les disciplines et les experts qui vont apporter leurs éclairages aux débats publics ? En répondant à ces questions, cet ouvrage expose clairement les nouveaux enjeux inhérents à la médiatisation croissante de la science.
    A l'heure où l'on s'interroge sur l'impact des applications scientifiques sur l'environnement, à l'heure des débats médiatiques sur la sortie ou non du nucléaire, ce livre permet de prendre du recul sur un sujet de plus en plus important: les rapports entre sciences, médias et société.

    Le directeur de l'ouvrage Sébastien Rouquette est sociologue de la communication et des médias (Université Clermont-Ferrand 2).

empty