Eres

  • Ce livre expose de manière simple et très illustrée le chemin par lequel le bébé passe pour arriver à la marche et tous les bienfaits qu'il peut en tirer. Cette nouvelle édition augmentée tient compte des très nombreux échanges que l'auteur a eus, depuis la première parution, avec les parents, les kinésithérapeutes, les personnels de la petite enfance et les médecins.

    Kinésithérapeute expérimentée, l'auteur a observé et analysé avec précision les étapes qui mènent le bébé vers la marche. Par son côté pratique - des illustrations qui montrent le quotidien du bébé, un texte clair, mis en page de manière très simple et colorée - l'ouvrage a déjà séduit de nombreux parents et personnels de la petite enfance.
    On y « voit » les mouvements du bébé, on comprend facilement le chemin naturel qui conduit le nourrisson de la position « couché sur le dos » à la marche autonome et tout le bénéfice qu'un bon développement moteur peut lui apporter. L'auteur propose des conseils pour la vie quotidienne, pour le choix du matériel et des objets à mettre à disposition, mais aussi des jeux moteurs simples, faciles à partager, afin de donner au tout-petit toutes les chances d'être à l'aise dans son corps avant de savoir marcher.

    Stimulés ou pas, tous les bébés en bonne santé parviennent à marcher, sans que l'on ait besoin de leur apprendre. Toutefois, l'attitude des personnes qui les entourent peut favoriser ou freiner l'installation d'une bonne motricité.
    Forte de son expérience de kinésithérapeute, l'auteur répond aux nombreuses questions que se posent les parents et les professionnels de la petite enfance : le passage par le quatre pattes est-il important ? Faut-il aider le bébé à se mettre debout ou à marcher ? Doit-on s'inquiéter d'un petit retard d'installation de la marche ? Comment faire face à un bébé en difficulté ?
    Les nombreux dessins et photos rendent l'ouvrage dynamique, vivant et pédagogique : au service de tous les enfants, qu'ils soient en bonne santé ou qu'ils présentent une pathologie, il a pour objectif d'inciter l'entourage familial et professionnel à mieux observer les tout-petits, à s'émerveiller devant leurs exploits moteurs et mais aussi à agir au bon moment en cas d'inquiétude.

  • À partir d'une expérience de psychothérapeute auprès d'enfants violents, l'auteure propose des pistes pour les accueillir, comprendre leurs difficultés et les accompagner.

    Comment rencontrer l'enfant violent, là où il en est ? Comment l'accueillir avec et malgré la violence ? Et comment l'accompagner au long cours, en tenant compte des multiples facteurs qui président à ses difficultés ?
    Issu d'une pratique clinique en ITEP, ce livre propose au lecteur un partage d'expérience. L'auteure s'appuie sur la psychopathologie, la psychanalyse. Elle en rappelle les concepts et les modèles de compréhension du fonctionnement psychique au regard de cette clinique particulière. Elle s'intéresse également au versant comportemental en abordant la question de l'acte et de ses adresses, et inclut dans sa réflexion la philosophie contemporaine, avec les travaux de Paul Ricoeur sur l'identité narrative : comment s'inventer lorsque la vie est abîmée au berceau ? Quelles identités narratives l'enfant peut-il déployer, avec son thérapeute, pour sortir d'une spirale destructrice et mortifère ?
    Mélanie Georgelin s'attache à dégager des propositions thérapeutiques foisonnantes et ouvertes. Elle invite le lecteur à suivre pas à pas des thérapies d'enfants, âgés de 6 à 12 ans, fondées sur la créativité et le jeu. Chacun pourra mettre en sens les situations cliniques, faire jouer les identifications et nourrir sa propre pratique.

  • L'adolescence est, pour la psychanalyse, la naissance d'un sujet, c'est-à-dire l'aventure fondatrice de la subjectivité. L'adolescence est aussi un passage mortel : alors que meurt le corps de l'enfant, doit naître celui de l'adulte. Meurt également, et ainsi, l'ancienne fonction de parent, malgré les nouvelles difficultés que cela engendre. Le passage de l'enfant à l'adulte constitue, plus souvent qu'on ne le pense, une traversée périlleuse. En même temps que l'urgence-planète - et allant de pair avec celle-ci -, il y a une urgence-adolescents dans la mesure où, tout compte fait, ils seront les seuls à pouvoir la sauver et se sauver avec elle.

  • Largement illustré par des photos, des dessins et des vidéos accessibles avec un smartphone, ce livre s'adresse à toutes les personnes, parents et professionnels, qui sont intéressées par les jeunes enfants, qui désirent comprendre le miracle du développement, comment peuvent coexister la dépendance totale du nourrisson et les manifestations admirables de sa « mini-compétence ».

    Geneviève Appell. Elle a souhaité transmettre aux parents d'aujourd'hui tout ce que les nombreux enfants qu'elle a rencontrés lui ont appris.
    À 94 ans, elle reste toujours un adulte émerveillé par la manière dont chaque enfant développe ses capacités pour peu qu'il soit accompagné par des adultes attentifs dans un environnement à la fois riche et sécurisant. Elle décrit minutieusement un soin donné au bébé, qui n'a rien d'exotique, qui reste proche de nos manières d'être et de faire habituelles mais qui s'en différencie par des détails parfois minimes mais porteurs d'effets importants car ils changent le positionnement de l'adulte à l'égard de l'enfant, même nouveau-né. Un soin, réfléchi et empathique, qui laisse libre cours à la compétence de l'enfant, toujours en évolution et qui va s'élargissant et s'intensifiant. Un soin qui le comprend, lui, le bébé, et qui respecte le besoin qu'il a d'exercer cette compétence.

    Notre époque avec ses rapides et importantes transformations sociétales affaiblit la place qu'avaient les transmissions ancestrales autour des bébés et jeunes enfants. Parents et professionnels sont face à de nouvelles questions et souvent démunis pour y répondre. Ce livre souhaite être un outil pour aider chacun à trouver son chemin avec un tout petit. Son objectif est de faire comprendre comment les processus innés du développement du bébé sont influencés par les soins et par l'environnement qui lui sont offerts. Il traite des deux premières années de vie avec des incursions dans les mois suivants. Tout en s'appuyant sur les propositions de soins et d'éducation élaborées par Emmi Pikler, pédiatre hongroise, l'auteure, toujours émerveillée par la capacités des bébés, dès leur naissance, à être acteurs de leur vie, nous livre ses propres observations et découvertes. Elle les accompagne de nombreux conseils avisés, de photographies et vidéos commentées avec une sensibilité et une attention bienveillantes.

  • Le voyage d'étude peut-il être source d'apprentissages et de changements ? Les analyses d'expériences réalisées selon diverses modalités, par des acteurs belges, français, italiens et suisses, convergent pour défendre la valeur des voyages d'étude dans la formation initiale et en cours d'emploi des professionnels de la petite enfance.

    Les expériences présentées ici répertorient une diversité d'apprentissages à la découverte d'autres pratiques d'accueil et d'éducation de jeunes enfants. La préparation du voyage, l'ouverture à l'inattendu, le guidage par les hôtes, les outils pour soutenir la réflexivité, documenter l'expérience et la transmettre, les dispositifs mis en place au retour sont analysés comme autant de modalités de formation. En effet, s'il n'est pas forcément nécessaire d'aller loin pour apprendre et changer, il ne suffit pas de partir : certaines conditions sont nécessaires pour que le déplacement et la rencontre avec l'altérité soient fructueux. Elles sont précisées et se font écho au fil des chapitres.

  • Depuis plus de dix ans et à l'initiative de la mairie de Lille, une expérience de prévention de la violence est engagée auprès des enfants avec tous les partenaires concernés, notamment dans les quartiers difficiles. Cet ouvrage raconte cette aventure citoyenne innovante en espérant qu'elle inspire d'autres territoires.

    La violence chez les enfants est devenue une préoccupation majeure des parents, des professionnels de l'enfance et des politiques en charge de notre société contemporaine. Les textes réglementaires actuels ne suffisent pas à endiguer son développement. Il s'agit de créer des réseaux de tous les professionnels concernés pour, en lien avec les parents, instaurer des expériences concrètes de nature à changer la donne. C'est ainsi qu'à Lille, depuis une dizaine d'années, à l'initiative de la mairie et en partenariat avec le CHRU de Lille, des expériences innovantes sont menées visant à modifier en profondeur les approches de ce vaste problème sociétal.

    Sont régulièrement réunis les professionnels (pédagogues, psychistes, élus municipaux, travailleurs sociaux, animateurs, éducateurs, ...) afin de travailler ensemble autour d'initiatives concrètes mises en place dans les lieux des enfants (écoles, lieux d'accueils, collèges...) pour prévenir les phénomènes de violence. C'est ainsi que différents dispositifs comme le « jeu des trois figures », les ateliers philos, les cafés de parents fonctionnent avec efficacité dans les quartiers difficiles.
    Des États généraux de l'enfance sont organisés périodiquement pour faire le point sur ces expériences lilloises et inviter des acteurs de France et d'Europe à venir témoigner de leurs inventions au sujet de la prévention de la violence chez les enfants. Ces moments sont l'occasion d'associer les parents aux travaux des professionnels et d'inviter des conférenciers autour des grandes questions sociétales actuelles (harcèlement, violence entre enfants, maltraitance, développement de l'enfant d'aujourd'hui...).
    Des cycles de formation sont également proposés aux professionnels afin de les aider à comprendre les processus en jeu dans ces problématiques complexes.
    L'ouvrage raconte les étapes de cette histoire ponctuées de chapitres théoriques sur les questions de violence dans l'enfance, sur le plan anthropologique, psychologique, pédagogique, social et politique.

  • L'accueil de la petite enfance est un enjeu de société, une politique éducative, un travail engagé. Pour autant, les professionnels de cet accueil et leurs compétences restent méconnus. Cet ouvrage lève le voile sur ces professions et leurs vécus en questionnant politiques et représentations sociales.

    L'accueil de la petite enfance n'est plus une petite politique. Longtemps pensé dans l'ombre des politiques de l'emploi et de la famille, l'accueil du jeune enfant acquiert aujourd'hui un rôle de premier plan en tant que politique sociale et éducative. Pour autant, malgré cette nouvelle importance, un flou demeure - particulièrement en France - sur ce en quoi consiste concrètement l'activité d'accueil des jeunes enfants. Quels sont les critères de qualité de cet accueil ? Quelles compétences attend-on des professionnels ?
    Comment, ces professionnels eux-mêmes vivent-ils leur activité ? Qu'est ce que faire du « bon travail » auprès des enfants ? Ce livre cherche à répondre à ces questions afin que puissent émerger des professionnalités de l'accueil de la petite enfance à la hauteur des nouveaux enjeux de ce domaine.

  • Avec cet ouvrage, fruit d'une vie consacrée à l'autisme, Marie Dominique Amy s'adresse aux familles et à tous ceux qui essaient de ne pas se perdre dans le labyrinthe de l'autisme ou dans le mirage de certitudes infondées. Pour aider un enfant autiste à se développer au milieu des autres, il est essentiel d'établir un véritable partenariat entre parents et professionnels, reposant sur une mise en commun des réflexions et des observations. Pour cela, ils doivent apprendre à se comprendre, à déjouer les quiproquos dus au jargon technique et à échanger sur les situations vécues avec leur enfant. Voici en quelque sorte un manuel de survie en milieu professionnel à destination des parents d'enfants autistes.

  • Les différentes contributions du livre parlent d'éveil culturel, de démocratisation de la culture et d'inclusion. Les expériences analysées témoignent de la créativité des terrains, de la fécondité de la collaboration entre professionnels de la petite enfance, des arts et de la culture et de l'importance de la participation des parents.

    Prévenir les discriminations par l'art et la culture dès la petite enfance tel est l'argument de ce livre qui réunit un ensemble d'expériences menées sur deux territoires, au nord (Paris et sa région) et au sud (Côte d'Azur), par des professionnelles de la petite enfance, de l'art et de la culture. Ces expériences (réalisées en crèche, centre social, bibliothèque, école maternelle, chez des assistantes maternelles, au pied d'immeubles) partagent un objectif : celui du bien-être de tous, du bien vivre-ensemble, de l'accès au beau, au patrimoine, à la création, au monde chez tout un chacun sans oublier les tout-petits, leurs familles d'ici et d'ailleurs, les personnes âgées ; bref les personnes les plus isolées, démunies, exclues. Pour davantage d'égalité partout et en particulier dans les territoires parfois oubliés.

  • L'approche piklérienne est centrée sur chacun des enfants considérés comme uniques, connus et reconnus dans le cadre collectif de leur lieu d'accueil. L'un de ses outils indispensables consiste à savoir les observer.

    Nombre de pratiques éducatives concernant les tout petits se veulent centrées sur l'enfant. Encore faut-il savoir de quel enfant il s'agit :
    L'enfant décrit par la psychologie du développement ?
    Celui que l'adulte croit connaître ? L'enfant idéal fantasmé par chacun ? L'enfant le plus vif et le plus éveillé du groupe ? L'enfant « normal » ? Notre vécu, nos connaissances et nos expériences ont créé en nous un concept « enfant » qui souvent masque l'enfant réel qui est face à nous. Tout l'enjeu de ce livre est de transmettre une démarche volontaire, construite et permanente d'observation de chaque enfant. Les auteurs précisent le rôle de l'observation en institution, ses aspects méthodologiques et sa place dans les recherches réalisées à l'Institut Pikler.

  • Faire connaître aux acteurs de la petite enfance (politiques et professionnels), un système d'accueil et d'éducation des jeunes enfants (0-6 ans) reconnu au niveau international dans la tradition de l'éducation nouvelle.
    Comment et pourquoi Pistoia, cette ville de Toscane, a-t-elle réussi à réaliser un système municipal « intégré » de la petite enfance, réunissant crèches, écoles maternelles et autres structures d'accueil ? Quelles sont les principales caractéristiques de la culture éducative des enfants de moins de 6 ans qui s'y est développée, à partir des années 1970 ? Ce livre précise les fondements - politiques, éthiques et esthétiques - de cette approche participative, ouverte, en construction permanente, qui donne de la valeur aux six premières années de la vie des enfants, à l'alliance avec les familles, aux actions territoriales, à l'inclusion de tous et à l'engagement des professionnels dans la recherche. À l'aide de nombreux exemples et illustrations, il ouvre des perspectives aux différents acteurs, politiques et professionnels, de la petite enfance qui cherchent - ou pourraient chercher - à s'en inspirer et offre aux formateurs et universitaires un outil complet de diffusion pour les nouvelles générations de professionnels, d'enseignants et de formateurs.

  • Ce livre présente les recherches d'Emmi Pikler sur le développement moteur et la mobilité ainsi que des études plus récentes, sur l'hyperactivité, l'attention, la manipulation, l'humour.
    Elles se fondent, et ce n'est pas courant, sur l'observation de l'activité spontanée de l'enfant dans son milieu de vie.

    Présentées par Raymonde Ca?ari à l'intention des lecteurs d'aujourd'hui, largement illustrées par des photos noir et blanc et des dessins à la fois précis et poétiques, les recherches d'Emmi Pikler et de ses disciples montrent que, par son activité motrice spontanée, le bébé maîtrise progressivement, et de manière harmonieuse, mouvements et postures. Auprès des adultes bienveillants qui ont confiance en lui, il construit ainsi son développement global : psychomoteur, cognitif, psychique. Longtemps inaccessibles au public français, ces recherches, aujourd'hui encore originales dans leur sujet et dans leur méthodologie, complétées par des études récentes, dressent un tableau presque complet de l'activité spontanée des petits enfants et de leurs capacités d'auto- développement.

  • Ce livre porte sur la question du genre dans l'éducation des tout-petits. Inscrit dans une perspective internationale, il offre un ensemble de ressources théoriques et pratiques actualisées destinées à soutenir la réflexion et l'action pour davantage d'égalité fille-garçon.
    Un nombre de plus en plus important de travaux montre que les enfants, filles et garçons, construisent leur identité à partir de modèles inégalitaires les amenant à intérioriser des limitations et des places assignées injustement, en dépit de leurs droits énoncés dans la convention internationale des droits de l'enfant, et des principes et valeurs affichées par notre République. Comment transformer cette situation, où les filles mais aussi les garçons y perdent beaucoup ? Les auteurs contribuent à nourrir la réflexion et l'action du côté de la petite enfance, pensée comme levier incontournable pour favoriser l'égalité des sexes.
    Francine Hauwelle est présidente de l'association Le Furet (Strasbourg), qui publie la revue Le Furet et au sein du réseau européen la revue Enfants d'Europe. Le Furet, pour qui la question de l'égalité est une problématique centrale, vient d'éditer avec l'ORIV le guide Petite enfance, plus d'égalité par une prévention des discriminations et de nombreux articles sur les pères et le masculin dans les structures d'accueil des tout-petits.
    Sylvie Rayna est maître de conférences (Institut français d'éducation/École normale supérieure de Lyon - université Paris 13), psychologue de l'éducation, expert auprès de l'OCDE et de l'Unesco, et membre de plusieurs réseaux internationaux de recherche.
    Marie-Nicole Rubio est directrice de l'association Le Furet (Strasbourg), qui publie la revue Le Furet et au sein du réseau européen la revue Enfants d'Europe. Le Furet, pour qui la question de l'égalité est une problématique centrale, vient d'éditer avec l'ORIV le guide Petite enfance, plus d'égalité par une prévention des discriminations et de nombreux articles sur les pères et le masculin dans les structures d'accueil des tout-petits.

  • Les relations que les professionnels de la petite enfance tissent avec les parents ont une influence capitale dans la qualité de l'accueil du jeune enfant, le soutien à la parentalité et la reconnaissance mutuelle de leur rôle et de leur statut.

    Les relations entre les parents et l'accueillante de leur très jeune enfant demeurent d'une grande complexité, quel que soit le mode d'accueil. Ces relations entre adultes, concernés différemment par le même enfant, sont radicalement différentes de celles de la vie privée, car elles sont foncièrement asymétriques et non réciproques.
    Travailler auprès de l'enfant de l'autre peut générer de la confusion dans les rôles, les places et les affects.
    Il est important de redéfinir le rôle professionnel par rapport au rôle parental en mettant l'accent sur les exigences du travail et la nécessité de construire la confiance avec les parents. Cette confiance constitue le socle indispensable pour soutenir la parentalité alors que les changements intervenus dans la gestion des lieux d'accueil ont pu fragiliser les évolutions vers une meilleure qualité de l'accueil de l'enfant et de ses parents.

  • Notre civilisation a du mal à construire un discours autour de la maternité. La littérature contribue à éclairer cette expérience intérieure où l'amour de ces mères et la sublimation des femmes s'entremêlent. Colette, Anaïs Nin, Marguerite Duras, Nancy Huston, Julia Kristeva, Christine Angot, Marie Darrieussecq offrent leurs paroles et leurs écrits aux mères d'aujourd'hui et aux professionnels qui s'en soucient.

    La particularité de transmettre la vie, de la continuer en en gardant l'empreinte corporelle au creux de leur ventre, plonge les femmes, les mères, dans des émotions/sensations proches de l'archaïque, quasi innommable. En écrivant (sur) cet innommable, les écrivaines partagent leur expérience personnelle, qui les a exposées à une déstabilisation psychique due à ce corps à corps mère/enfant. Elles tentent de restituer un vécu qui échappe car difficilement maîtrisable - mais néanmoins il est pensable, pensé, et peut se dire, s'écrire, fût-ce partiellement. À partir des ouvres de Colette, Anaïs Nin, Marguerite Duras, mais aussi Julia Kristeva, Nancy Huston, Christine Angot, Marie Darieussecq, l'auteur montre comment ces écrivaines utilisent leur art pour tisser une toile sur le clivage de la passion maternelle, entre emprise et sublimation.

    Corinne Cammaréri est psychologue clinicienne auprès d'enfants et d'adultes en situation de handicap. Ayant assuré des suivis de femmes enceintes et de mères en difficulté, elle a souhaité éclairer son expérience clinique en s'engageant dans un travail de recherche sur la question de l'écriture du maternel chez des écrivaines du début du XXe siècle à aujourd'hui.
    Depuis 1987, date de l'obtention du DESS de psychologie clinique et pathologique à l'université Montpellier 3 (mémoire : « Le corps à corps mère-enfant »), Corinne Cammaréri exerce le métier de psychologue clinicienne dans différents établissements médico-sociaux de l'Hérault auprès d'enfants et d'adultes en situation de handicap. En 2010, elle obtient un doctorat à l'université Paris-Diderot en Histoire et sémiologie du texte et de l'image/école doctorale dont la politique scientifique se caractérise par l'interdisciplinarité, l'internationalité. La thèse est suivie par Julia Kristeva, son titre est : « Amour maternel ou sublimation de femmes ou comment les écrivaines du XXe siècle à nos jours interrogent altérité, maternité et création ». Soucieuse de transmettre, d'échanger une pensée clinique issue d'une pratique professionnelle afin d'en préserver le sens, elle est chargée d'enseignements à Montpellier 3 et de formations ainsi que de supervisions auprès de professionnels de santé.

  • Une plongée dans l'espace émotionnel des enfants séparés de leur famille.
    Avec ce deuxième tome, Mária Vincze poursuit son récit et son analyse du vécu d'enfants élevés à l'Institut Pikler (dit Lóczy) et de leur accompagnement individuel au quotidien. Elle montre le souci des nurses de s'adapter à chaque enfant en questionnant au besoin le fonctionnement institutionnel. Aujourd'hui qu'elle n'est plus, que Lóczy n'est plus, tout au moins sous la forme originelle de la pouponnière créée par Emmi Pikler, cet ouvrage transmet cette ouverture d'esprit, cet enseignement, cette pensée, son originalité profonde et son ancrage éthique permanent.
    Mária Vincze, pédiatre hongroise (1925 - 2009) a rejoint l'équipe de l'Institut Pikler à Budapest (dit Lóczy) en 1962. D'abord en tant que de pédiatre puis directrice adjointe, elle est plus particulièrement responsable de l'élaboration des projets d'avenir pour les enfants accueillis à l'Institut. À ce titre, elle sera en lien étroit avec les familles biologiques des enfants, leurs familles d'accueil ou d'adoption, l'administration hongroise de l'aide sociale. Elle assurera cette fonction jusqu'en 1991.

  • Cet ouvrage est conçu comme un outil de sensibilisation et de prévention des effets délétères sur le développement des enfants qui sont témoins de la violence conjugale.

    L'accompagnement et le devenir des enfants s'inscrivent au coeur de la réflexion des auteurs et constituent le fil rouge de cet ouvrage. Volontairement synthétique afin de souligner les éléments les plus marquants et les plus saillants, ce bilan des connaissances met en évidence l'impact des violences conjugales sur le développement de l'enfant. Il s'accompagne d'un DVD présentant des saynètes réalisées par des enfants à partir du logiciel de modélisation Gepetto créé par l'association Animaçao. Ces petits films d'animation très simples constituent des médiations pour instaurer un débat avec et pour les enfants.
    />

  • Cet ouvrage a pour objectif de présenter le chemin naturel qui conduit le nourrisson de la position " couché sur le dos " à la marche autonome et tout le bénéfice qu'un bon développement moteur peut lui apporter. Il propose des conseils pour la vie quotidienne et des jeux moteurs simples, faciles à mettre en pratique, afin de donner au tout petit toutes les chances d'être à l'aise dans son corps avant de savoir marcher. De très nombreuses illustrations (photos et dessins) rendent cet ouvrage original et utilisable par un très large public ; elles complètent un texte simple et pédagogique qui s'appuie sur une longue expérience pratique.

  • La socialisation corporelle des enfants est à l'origine des rapports sociaux de sexe. Elle est encadrée par des discours à fonction normative véhiculés par les médias mais aussi les savoirs issus des sciences humaines. Comment ces normes de corps et de genre sont-elles produites et reproduites ?
    Cet ouvrage met en évidence ce que la société transmet aux enfants, comment elle les forme et les transforme, à travers les normes qui structurent leur environnement et leur positionnement social et qui leur sont inculquées autant qu'à leurs parents. Pour cela, les auteurs analysent le processus de prescription des normes enfantines, aux différents niveaux où il se situe (des normes d'attitudes aux normes juridiques), et les façons dont celles-ci sont produites et diffusées en direction des enfants, de leurs parents et des autres adultes. Le corps, moyen d'expression identitaire mais aussi produit d'un façonnement social, occupe une place centrale dans ces processus.

  • Ce livre éclaire la notion et la valeur centrales de participation dans le monde de la petite enfance. Il interroge, au regard de la qualité, de l'équité et de la diversité dans l'accueil et l'éducation des jeunes enfants, la participation des professionnels, des parents et des enfants.
    La participation est une composante essentielle d'une approche démocratique de l'éducation pour les jeunes enfants. La mise en ouvre des procédures de participation par les professionnels, les parents et la communauté est tout à la fois garantie et indicateur de qualité dans les services de la petite enfance. Des chercheurs, des professionnels, des formateurs, des responsables, des parents, des partenaires, impliqués dans le champ de la petite enfance (accueil collectif, familial, école maternelle, etc.) font part de leurs réflexions et de leurs expériences.
    Catherine Bouve est docteur en sciences de l'éducation, responsable du pôle formation initiale du centre de formation Saint Honoré (Paris) et chercheur associée au Cerlis (université Paris 5).
    Sylvie Rayna est maître de conférences (Institut français d'éducation/École normale supérieure de Lyon - université Paris 13), psychologue de l'éducation, expert auprès de l'OCDE et de l'Unesco, et membre de plusieurs réseaux internationaux de recherche.

  • Le premier ouvrage qui aborde la question du regard sur l'enfant et l'enfance à travers la diversité des supports culturels destinés aux enfants eux-mêmes ou aux adultes éducateurs, membres de la famille ou professionnels.

    L'enfance et ses représentations sont aujourd'hui au coeur d'injonctions paradoxales ou sont porteuses d'utopies contradictoires. Cet ouvrage s'attache à explorer la diversité de ces " figures " de l'enfant et de l'enfance qui guident et accompagnent familles et professionnels dans leurs fonctions éducatives.

  • L'ouvrage présente les principaux résultats d'une étude de la socialisation des enfants 2 à 3 ans dans quatre lieux collectifs d'accueil et d'éducation des jeunes enfants : crèche, école maternelle, classe passerelle, jardin maternel.
    2 ans est un âge ch

  • Les auteurs se livrent à une opération de « déconstruction », c'est-à-dire d'analyse (théorique et non pas idéologique) de ces catégories chargées d'histoire, de sens et d'affects - père, mère, papa, maman... - et dont l'évidence des significations qu'elles véhiculent forcent le sens et empêchent la connaissance.

    Cette réflexion vient faire écho aux évolutions sociétales qui bouleversent nos modalités de « faire famille » et le traitement social qui en découle. La formation du sujet, l'éducation des enfants et des adolescents, l'accompagnement social des familles, l'aide psychologique des parents, la prise en compte de l'entourage familial dans les situations de vulnérabilité, la participation des parents aux soins à l'enfant, les médiations conjugales, etc., bref, tous les secteurs de nos activités sociales, éducatives, sanitaires et juridiques, de prévention ou de traitement, se trouvent impactés par la liberté que nous nous sommes donnés de « faire famille » selon notre désir.

  • Une multiplicité de points de vue rassemblés pour faire comprendre l'importance de l'enjeu de la bientraitance du bébé - promesse des temps à venir - et de ses parents.
    Issu d'un séminaire à Cerisy, cet ouvrage ambitionne d'aborder la question du désir d'enfant, de la grossesse, de la naissance et du post-partum sous des angles variés. Disciplines universitaires (histoire, sociologie, ethnologie..), spécialités médicales, (gynécologie obstétrique, médecine néo-natale, psychiatrie ...), et professions du soin s'entrecroisent pour esquisser un panorama de l'actualité du « bébé sapiens », dans l'objectif de mieux s'en occuper et de lui construire une place de choix dans notre société en transformation.

empty