Eres

  • Un divan aux urgences psychiatriques Nouv.

    Se rendre - de gré ou de force - aux urgences psychiatriques est un acte chargé pour un patient (et pour son entourage), et il en est de même pour le clinicien qui va à sa rencontre. Du focus très resserré sur la dynamique psychique du patient que permet la salle d'urgence, le clinicien, témoin de ce surgissement inhabituel, aura la responsabilité d'en faire un certain usage, si possible en évitant le pire, et toujours avec les moyens du bord.
    Pour cela, il devra s'appuyer sur un savoir psychopathologique mais aussi sur un engagement personnel - savoir et engagement discutés et partagés avec les collègues et soutenus par l'institution hospitalière à condition que cette dernière se montre sensible à l'inouï que cette parole contient.

  • Le moment de l'adolescence est fait d'incertitude et de solitude, il est parfois très vif, confus ou errant, avec plus de souffrance pour certains. Il a lieu sur la frontière entre la famille et le social.
    L'adolescent prend place dans la société. Il s'agit de sortir. Il regarde vers l'avant. Porté par une envie de nouveauté dans la Cité, il interroge les fondements éthiques de l'humain et politiques de citoyen. Cela confère à ce moment de la vie une valeur anthropologique.
    L'adolescent est au seuil de participer au lien social.
    Cela lui fait traverser une série de questions et d'obstacles, pour trouver ses propres points d'appui, alors qu'il doit assumer la responsabilité de ses choix concernant qui il est, ses appartenances, sa sexuation, son désir. Or la délinquance touche de façon directe le centre de cette participation au lien social.

empty