Jeunesse

  • Pour ce troisième numéro, Virginie Yassef a prolongé l'adaptation qu'elle a faite pour la scène d'un texte de l'écrivain Ray Bradbury, maître de la littérature d'anticipation. Méconnues, les pièces de théâtre de l'auteur des Chroniques martiennes regorgent de didascalies et d'indications de mise en scène, notamment cette étrange et édifiante histoire de La Savane [The Veldt] (1972). La savane, c'est le lieu de toutes les projections et de toutes les sauvageries. Dans une maison qui pourrait faire penser à celles imaginées par Jacques Tati, où tout est robotisé et où il ne suffit que d'appuyer sur un bouton pour que le dîner soit servi, une famille ordinaire - deux parents, deux enfants - découvre une nouvelle salle de jeu. Sommet futuriste du progrès technique et scientifique, conçu par des ingénieurs et des psychiatres de haut vol, cet espace ludique offre aux enfants la possibilité de tout imaginer, de tout convoquer, de rendre réel l'irréel et proche le lointain. Fable cruelle sur la déréliction de l'individu au sein de la famille moderne, La Savane est un terrain de jeu idéal pour Virginie Yassef qui n'en retient, pour cet ouvrage destiné à la jeunesse, que les dialogues entre les parents et les indications de lumière, ménageant surprises, mouvements et déplacements, dialogues surprenants sur dégradés de couleurs et d'images créés par l'artiste.

empty