Points

  • Les frères Abalakov figurent parmi les alpinistes russes les plus héroïques de leur génération. Du Caucase à l'Asie centrale, les deux orphelins sibériens ont multiplié les expéditions jusqu'à gravir, dans les années 1930, les vertigineux pic Staline et pic Lénine, au nom du pouvoir. Pourquoi ont-ils ensuite été victimes de la Grande Terreur et des purges staliniennes ? Des archives du KGB au pic Lénine, Cédric Gras a enquêté pour reconstituer le destin exceptionnel et dramatique de ces deux frères indissociables puis désunis, mais qui ont traversé le siècle rouge en rêvant de conquérir l'Everest au nom de l'URSS.

  • La saga des Maufrais (collector) Nouv.

    En 1950, Raymond Maufrais, vingt-trois ans, disparaît mystérieusement au cours d'une exploration solitaire des légendaires monts Tumuc-Humac aux confins de la Guyane et du brésil. Seule piste : ses carnets de marche découverts par un Indien à son dernier bivouac. Ils deviendront un livre mythique sous le titre Aventures en Guyane. Son père, Edgar, désespéré, se lance sur les traces de son fils et passe le reste de sa vie à parcourir l'Amazonie pour le retrouver. En vain. Son journal, À la recherche de mon fils, sera publié après sa mort. Récit d'une quête impossible, il est l'un des plus poignants témoignages jamais écrit sur la force de l'amour paternel. Pour les innombrables lecteurs des Maufrais, on éditera quelques années plus tard le premier texte de Raymond, Aventures au Mato-Grosso, fruit d'une expédition chez les Indiens Chavantes à laquelle il avait participé avant de partir en Guyane. On y décelait déjà la puissance littéraire d'un jeune écrivain-aventurier que la fatalité devait faucher trop tôt.

  • Pour faire connaître certains livres ou dire l'affection profonde qu'il ressent pour leurs auteurs, Marc Wiltz dresse l'inventaire des textes qui l'ont accompagné pendant ses voyages. Il compose ainsi la bibliothèque idéale de l'aventurier. De Cervantès à Malraux, en passant par Saint-Exupéry, Chatwin ou Segalen, le voyage y est représenté dans toutes ses dimensions. Une invitation à la poésie du départ et à son exaltation.

  • La civilisation, c'est la mort. C'est le génocide à l'oeuvre dans les matos, les selvas et les serras du Brésil. C'est la destruction au sein de cette nature infernale qu'on appelle l'Enfer Vert, l'enfer qui fut pour les Indiens un Eden - certes implacable, mais un Eden quand même-, aussi longtemps que les hommes Blancs de bonne et de mauvaise volonté ne le souillèrent pas.

  • À deux sur une moto, père et fils sillonnent les routes vers la Californie. Ils croisent Newton et Kerouac, réparent carburateur, culasse et pistons mal huilés. Chris raconte des histoires de fantômes, son père lui dévoile les théories de la Création. Ils se découvrent comme on démonte un moteur. C'est un road-trip, une chevauchée philosophique et fantastique...Robert M. Pirsig est né en 1928 à Minneapolis. Enfant surdoué, étudiant en biochimie, il part faire la guerre en Corée ; de retour aux États-Unis, il entreprend des études de philosophie. Pirsig a été rédacteur technique dans les revues spécialisées consacrées aux motocyclettes. Il coule aujourd'hui des jours paisibles en Angleterre.
    « Une longue méditation sur l'ironique et tragique singularité de l'homme américain ».
    George Steiner.

    Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Maurice Pons, André et Sophie Mayoux.

  • À l'orée de leurs 30 ans, Florian Coupé et sa compagne décident de rallier à vélo l'Océan Pacifique depuis Paris. Au fil des jours, le relief révèle la réalité des peuples, de l'histoire et de la carte : les Balkans, la Turquie, l'ancien Empire perse, les Indes, la péninsule indochinoise... À mesure que la route déroule ses kilomètres, les voyageurs se délestent du superflu en même temps que prennent vie les récits des écrivains-aventuriers.

  • En quelques lignes, une nouvelle, une lettre, un article, Henry de Monfreid a le don de nous faire entrer dans la liberté et la poésie de la vie. Mais cet écrivain aventurier, comme on l'appelle souvent, nous a laissé bien plus que cela. Dans ses archives, il avait caché un trésor, puzzle de son « testament spirituel », aujourd'hui reconstitué. À travers une interview, un questionnaire (de Proust), ou de multiples textes inédits, il nous parle de lui et de la vie vraie. Celle qui ne s'encombre pas des conventions. Et dans la plus pure tradition des conteurs du soir, il nous donne envie de vivre. Vivre libre.

  • Ce n'est pas uniquement l'attirance pour l'inconnu, le pittoresque ou l'insolite, qui incite l'écrivain anglais Graham Greene à se rendre avec sa cousine, en 1936, au Libéria, sur le golfe de Guinée. Cette aventure est avant tout un voyage intérieur et un retour revigorant à la nature. Dans la pratique, l'entreprise présente un certain nombre de difficultés à commencer par celle de se repérer, sans cartes puisqu'il n'en existe aucune de fiable. Il faut aussi déjouer les maladies, les fauves, les serpents, dormir dans des cases...Telle est l'expérience extraordinaire et enrichissante que Graham Greene relate avec humour dans ce Voyage sans cartes.

  • Juillet 1937. L'aviatrice américaine Amelia Earhart disparaît dans des circonstances mystérieuses au coeur du Pacifique, lors de l'ultime étape de son tour du monde. Simple accident ? Mission d'espionnage qui aurait mal tourné ? Un secret d'État dont Bernard Marck nous livre ici la clé. Mais cette histoire est avant tout celle d'une femme qui chercha toujours à repousser les limites pour éprouver le vertige de la liberté. Son parcours, brillamment relaté dans cette fresque biographique, insuffla aux unes le désir de conquérir le ciel, à d'autres l'énergie de briser les carcans.

    Prix Guynemer 2011.

  • Trente-trois pays traversés, trente-six mille kilomètres parcourus, neuf cent neuf jours d'aventure. Ce premier tour du monde en U.L.M signait l'un des défis aéronautique des années quatre-vingt avec une succession d'épreuves sur tous les continents : vols périlleux au-dessus des jungles et des déserts, traversées de pays en guerre, atterrissages forcés au milieu de nulle part, pannes de moteur en plein ciel. Ma récompense : des rencontres humaines extraordinaires et l'une des odyssées les plus marquantes de ma vie.

  • "Beryl Markham, Adrienne Bolland, Hélène Boucher, Maryse Hilsz, Bessie Coleman, Maryse Bastié : six noms d'aviatrices exceptionnelles parmi une centaine qui, entre les deux guerres mondiales, occupèrent une place de premier plan dans ce que l'on appela plus tard "l'époque héroïque de l'aviation" - une époque correspondant, et ce n'est pas un hasard, aux années folles et aux premiers mouvements d'émancipation des femmes.

    Katell Faria nous livre ici les portraits saisissants de ces héroïnes des temps modernes, nous contant leurs exploits inouïs, leurs peines et leurs joies, mais aussi leurs amours et leur fin parfois tragique, les faisant exister à nouveau devant nous par la grâce de l'écriture." Patrice Franceschi

  • Le 18 janvier 1915, le trois-mâts Endurance commandé par le célèbre explorateur Shackleton, qui avait pour objectif de traverser à pied le continent Antarctique, est pris par la banquise sans avoir pu toucher terre. Le navire doit être abandonné alors que l'avant-poste le plus proche se trouve à des milliers de kilomètres. Shackelton jure à ses camarades de tous les ramener en Angleterre. L'une des plus incroyables odyssée du XXème siècle commence.

  • En 1924, Alexandra David-Néel, déguisée en mendiante, franchit en 4 mois les 1 800 kilomètres séparant le Yunnan du Tibet pour parvenir à Lhassa. En 2015, les écrivains-voyageurs Éric Faye et Christian Garcin se lancent en train sur ses traces, dans un Tibet en pleine mutation. À travers la puissance des rites, le bouddhisme omniprésent et la ferveur religieuse de la population, ils retrouvent l'identité tibétaine menacée par la raison économique et les intérêts géopolitiques.

    Éric Faye et Christian Garcin sont auteurs de romans, essais, nouvelles et récits de voyage.

  • Dans une succession de courts récits, Jean-Louis Étienne met en scène ses expériences de la marche à pied, élan vital, naturel à l'homme, qui pousse celui qui la pratique à atteindre ses limites pour gagner sa liberté et donner un sens à son existence, par le chemin le plus épuré qui soit.

  • À vingt-cinq ans, Victor Segalen débarque à Tahiti. Le diagnostic s'impose à lui : confrontée à la puissance de destruction dont l'Europe est porteuse, la culture polynésienne se meurt. Dès lors, le poète s'emploie à recueillir les derniers témoignages de cette civilisation. Quant à la langue sacrée des Polynésiens, il la réinvente par une prose sans exemple. Paru en 1907, ce chef-d'oeuvre demeure irremplaçable.

  • Réaliser un tour du monde sans jamais prendre l'avion ? Tel est l'étrange défi que se sont lancés Christian Garcin et Tanguy Viel. Par bateau, train, voiture, car, ou simplement à pied, sans jamais quitter l'hémisphère nord, les deux compères, amateurs de flâneries et de promenades, parcourent des milliers de kilomètres au milieu de plaines verdoyantes, d'immenses océans ou de steppes méconnues. Ils nous en livrent ici un récit émaillé de rencontres humaines et de profondes réflexions. Une ode aux voyages et à la lenteur.

  • Romancière, star du grand reportage, coqueluche du Paris mondain et féministe avant l'heure, Élisabeth Sauvy dite « Titaÿna » (1897-1966) se passionne pour l'aviation, parcours la planète entière, de la Chine au Mexique, rencontre Mustapha Kemal et Mussolini. Ses amis s'appellent Cocteau, Giono ou Mac Orlan. Elle est riche, elle est célèbre. Mais la Seconde Guerre mondiale lui est fatale. Emprisonnée un an à la Libération, puis assignée à résidence, elle s'enfuit aux États-Unis après la mort de son mari. Elle y mourra, oubliée de tous.

  • L'Océanie, c'est le continent invisible. Invisible, parce que les voyageurs qui s'y sont aventurés la première fois ne l'ont pas aperçue, et parce qu'elle reste un lieu sans reconnaissance internationale, un passage, une absence en quelque sorte. Lorsque sur l'immensité des océans sera restaurée la liberté, alors recommencera à exister ce continent, qui n'était invisible que parce que nous étions aveugles.

  • Luis Sepúlveda et son ami le photographe Daniel Mordzinski sont partis en 1996 pour un long voyage qui devait les mener, au sud du monde, à travers la Patagonie, de San Carlos de Bariloche, puis à partir du 42e parallèle sud jusqu'au Cap Horn et retour par la grande île de Chiloé.
    Ils en ont rapporté un livre d'aventures, de rencontres, de témoignages sur la transformation d'un territoire mythique, l'un des derniers endroits où sont encore possibles les légendes. Mais le temps, les changements violents de l'économie, le règne de la cupidité ont fait que sur chacune de leurs histoires passe le souffle des choses inexorablement perdues et qu'ils nous donnent ici "un inventaire des pertes" qui est aussi le coût impitoyable de notre époque.
    Ce voyage sans but, sans boussole, sans souci du temps est aussi le récit d'une amitié, le refuge que deviennent les voyages heureux dans les souvenirs, le formidable roman d'un monde à jamais disparu.

  • Voici l'un des récits les plus poignants de l'histoire de l'exploration. En 1950, Maufrais a 23 ans lorsqu'il se lance seul et à pied dans la jungle guyanaise en direction des mythiques monts Tumuc-Humac alors inconnus. On ne le reverra plus. Si un Indien n'avait pas découvert par hasard ses carnets au bord d'une rivière, ce face à face exemplaire d'un homme avec son destin ne nous serait jamais parvenu. Le mystère de sa disparition hantera toute une jeunesse éprise comme lui d'idéal, d'aventure et de liberté.

    Né à Toulon en 1926, Raymond Maufrais participe à 18 ans aux combats de la Libération. Il part ensuite au Brésil se joindre à une expédition chez les Indiens Chavantes. Trois ans plus tard, il disparaît en Guyane dans une odyssée sans retour. Son père passera le reste de sa vie à le chercher dans toute l'Amazonie. En vain.

  • L'écriture poétisée d'Edouard Glissant nous invite à la rencontre de Rapa Nui, en nouant le fil entre les impressions de terrain de son émissaire sur place, Sylvie Séma, et la transcription littéraire, impressive, qui en est faite. Placée au centre d'un faisceau de correspondances avec le monde, l'île de Pâques perd en isolement et préserve son mystère.

  • Bourlingueuse des années 1920 et 1930, Titaÿna parcourt le monde en quête d'aventures hors du commun. Au fin fond de la jungle indonésienne, elle se mêle aux Toradjas, surnommés « les chasseurs de têtes ». Elle traverse les déserts de Perse pour accompagner des cadavres dans leur dernier pèlerinage à La Mecque. Ou elle survole les États-Unis à bord d'avions ivres transportant de l'alcool de contrebande... Avide de sensations fortes et d'exotisme, elle rapporte de ses voyages des textes insolites et poétiques.

    Titaÿna, alias Élisabeth Sauvy, née en 1897, est l'une des rares femmes françaises qui accède au statut de grand reporter dans les années 1920. Pionnière du journalisme littéraire, ses récits d'aventure ont marqué une génération entière, au même titre que les reportages d'Albert Londres et de Joseph Kessel.

  • Joe Simpson et Simon Yates, deux alpinistes chevronnés, se lancent à l'assaut d'un sommet du Pérou. Mais Joe tombe et se blesse gravement à la jambe. A 6000 mètres, sur cette montagne isolée du monde, il n'a aucune chance de s'en sortir. Et Simon sait qu'en voulant porter secours à son compagnon, il n'en réchappera pas non plus. A quoi peut penser celui dont l'existence ne tient plus qu'à un fil ? Et que se passe-t-il dans la tête de l'homme condamné à trancher la corde à laquelle est suspendue la vie de son ami ?

  • Le 15 septembre 1923, Alain Gerbault accomplit l'impensable et débarque à New York sur le Firecrest après une traversée légendaire de l'Atlantique d'est en ouest - exploit encore inégalé. Un an plus tard, le jeune marin entreprend un tour du monde par Panamá, l'océan Indien et le cap de Bonne-Espérance. Suivent ensuite une série de voyages et de périples pour un homme qui, tout au long de sa vie, n'aura de cesse d'aller au bout de lui-même. Une ode inoubliable au courage, à la ténacité et à la liberté.

empty