Entreprise, économie & droit

  • Entre le débat au Parlement sur le rôle social et la raison d'être de l'entreprise dans le cadre de la loi PACTE et les manifestations des « gilets jaunes », quel rôle peut jouer l'entreprise ? Ces dernières années, certaines d'entre elles ont lancé des actions en faveur des populations les plus modestes. Ce livre appelle à réinventer le rôle social de l'entreprise, à développer l'innovation sociale dans les territoires, à rechercher de nouvelles alliances avec l'entrepreneuriat social et le monde associatif, bref à retrouver le lien avec la société en étant acteur de la lutte contre les inégalités.

  • Quelques mois après le "procès Merah" qui a déclenché les passions et suscité mille commentaires, Éric Dupond-Moretti (se) raconte. Dans un dialogue avec le journaliste Denis Lafay, le défenseur admiré ou honni d'Abdelkader Merah décortique, avec le juste recul, cette affaire hors normes. Que « dit-elle », selon lui, du fonctionnement de la justice et de l'exercice du métier d'avocat en ces temps troublés qui les questionnent âprement ?
    Du traitement des victimes, du rôle des médias, du comportement politique et du phénomène de radicalisation ? Finalement, que révèle-t-elle de la société elle-même ?
    Plongée dans les convictions et même l'âme d'un ténor du barreau.

  • " Aujourd'hui, deux catégories d'êtres humains sont à fond de cale : les pauvres, qu'on proscrit au motif que les conditions de misère, d'exclusion, d'absence de soins, etc., dans lesquelles on les place leur interdisent toute dignité d'être humain, mais également les riches et les puissants qui, en s'enfermant dans une logique où les autres sont considérés comme rivaux, se condamnent à vivre cette magnifique aventure de l'existence à la surface des réalités, dans la solitude et finalement le désespoir. " C'est ainsi que Patrick Viveret pose les données de notre modèle occidental de développement ; celui-ci n'est ni projetable, ni soutenable, ni même universalisable pour l'avenir. Il est donc temps de reconsidérer la richesse.

  • La ville et ses réseaux de communication perfectionnés ont suscité de nouvelles interrogations. L'évolution économique et celle du capitalisme industriel, la composition sociale des villes ou les mobilités urbaines invitent à repenser l'urbanisme contemporain.
    Une analyse de ses fondements et principes, suivie d'une deuxième partie proposant d'en expliciter les points clefs.

  • "L'intérêt pour l'action, la pratique, l'entretien de soi, la capacité à se réfréner, la durabilité des choses..., autant de valeurs "antiques" nécessaires pour mettre en oeuvre le programme qu'Isabelle Cassiers et les nombreux auteurs qu'elle a rassemblés nous proposent, et qui semble inévitable. Pouvons-nous les acclimater au sein du monde moderne ? Sommes-nous capables d'inventer, pour accompagner cette prospérité sans croissance, une organisation politique et sociale et une conception de l'être humain radicalement différentes de celles qu'a forgé le XVIIIe siècle ? C'est à mon sens l'occasion unique que nous offrent la crise actuelle, et surtout, la prise de conscience à laquelle la crise écologique nous conduit : nous ne pouvons pas continuer ainsi, mais les efforts qui sont exigés de nous, comme individus et comme collectif, nécessitent une refondation radicale de notre organisation, de nos valeurs, de nos modes de gouvernement. C'est à mon sens tout l'intérêt du présent ouvrage que d'apporter une contribution essentielle à cette question." Dominique Méda

  • Durant les semaines ayant précédé sa mort en août 2013, Jacques Vergès, au travers de longs entretiens avec François Dessy, revient sur son parcours d'homme et d'avocat, ses combats, ses échecs, ses certitudes et ses doutes. Résistant, anticolonialiste et avocat entre autres de Klaus Barbie et de Carlos, considéré comme l'un des avocats les plus brillants de sa génération, homme au parcours hors du commun entrecoupé par une disparition restée mystérieuse entre 1970 et 1978 et sur laquelle il a toujours refusé de s'expliquer..., Jacques Vergès a pris part aux débats et aux combats qui ont marqué la société ces soixante dernières années. Ce livre nous invite à les (re)découvrir, ainsi qu'à réfléchir sur les limites d'un métier où l'on défend parfois «l'indéfendable».

  • Le terme de prospérité est équivoque : il évoque aussi bien une disposition de l'être (état heureux, félicité) qu'une frénésie de l'avoir (abondance de biens, progrès économique, succès des affaires).
    L'analyse de ce livre est qu'en assimilant la première à la deuxième l'idéologie ultra libérale dominante à créer la crise profonde, et multiforme, dont nous avons à imaginer le dépassement. Les seize auteurs (pour dix chapitres) impliqués dans cet ouvrage viennent d'horizons disciplinaires différents. Pour la plupart universitaires (mais pas tous, certains étant « acteurs de terrain »), ils ont dialogué au cours de séminaires mensuels organisés pendant trois années consécutives. Sans prétendre couvrir tous les domaines concernés par une redéfinition de la prospérité, ils entendent participer à une vaste réflexion contestataire et lui garantir une assise scientifique.

  • Les villes organisaient l'espace, un ordre juridique, politique et social, un système économique. Tout cela disparaît peu à peu. À l'âge du GPS, l'espace change radicalement, dans l'usage que nous en faisons et dans son rôle fondamental d'organisateur de notre rapport au monde. Métapolis opère un basculement de la ville matérielle dans le monde virtuel. La société « hypertexte » qui la caractérise se fait et se défait sans cesse et pratique l'ubiquité, comme le montre le flux permanent de photographies qui circule sur les smartphones. Plus que de définir un objet (Métapolis), ce livre tente de mettre en évidence un ensemble d'enjeux et interroge les méthodes et les savoirs actuels de la production urbaine, publique ou privée : sont-ils en mesure d'y répondre ?

  • Chaque jour apparaissent de nouveaux signes du détraquement du modèle de croissance chinoise, auxquels s'ajoute la campagne contre la corruption qui s'éternise, paralysant les dirigeants. Sans oublier des facteurs à plus long terme, notamment le vieillissement de la population ou les catastrophes naturelles.
    Remettant en perspective les événements récents dont il propose une analyse fine et intelligente, Dominique de Rambures nous expose les causes de la crise qui secoue la Chine aujourd'hui - et qui, à terme, impactera toutes les économies. Et il prévient : de crise en crise se rapproche le moment où entre le marché et l'État, il faudra choisir. L'enjeu est donc plus politique qu'économique, et il ne se joue pas dans l'opinion mais à l'intérieur du Parti !

  • «(...) En architecture, il faut construire solide, utile et beau. Le fondement d'une réponse adaptée à ces exigences repose, le plus souvent, dans la qualité des rapports qui s'établissent entre le maître d'ouvrage et le maître d'oeuvre. (...) Je suis persuadé qu'il en va de même dans le domaine de l'aménagement urbain, mais dans un environnement autrement plus complexe puisqu'il s'agit de faire la ville. Les acteurs sont multiples, le temps prend une tout autre dimension, les enjeux sont d'une grande diversité : économiques, sociaux, culturels. Desseins de villes revient à juste titre sur le rôle et la place des différents acteurs depuis une quarantaine d'années et sur ce qu'il pourrait être dans l'avenir. » Jean-Pierre Duport

  • « La visite de Shanghai laisse rarement indifférent. Elle suscite des sentiments extrêmes : on s'y engouffre ou on la fuit. Mais elle ne cesse jamais d'étonner. Ses innombrables gratte-ciel, une architecture tout en verticalité et aux allures futuristes, un rythme de développement vertigineux, des équipements et infrastructures qui n'ont rien à envier aux pays développés, l'éloignent de plus en plus d'une certaine Chine des cartes postales. » Par la lunette de Shanghai, l'auteur décrit le miracle économique chinois et les incroyables bouleversements que celui-ci provoque aux niveaux sociétal, économique, culturel et politique. Une longue préface inédite présente l'exposition universelle de 2010 et ses enjeux pour la ville et pour la Chine.

  • Chaque année plus nombreux, des étrangers de passage, des migrants, se mêlent aux habitants de quartiers pauvres de nos villes. Ils circulent avec des titres de tourisme. Dans cette course sans fi n, ils font des commerces les plus divers. Toujours à bas prix, qu'ils vendent aux pauvres des quartiers pauvres. Cette mondialisation du poor to poor , pour les pauvres par les pauvres, est une extraordinaire soupape d'économie parallèle trop souvent inconnue. Surtout elle induit des mutations identitaires car elle structure des appartenances souvent communautaires, ethniques, religieuses, passant de communautés immigrées en communautés immigrées. En réalité ces formes de commerce en marge réalisent le rêve des plus riches d'un commerce sans frontière...

  • A l'heure des médias omniprésents et de l'info en continu, le « médiaconsommateur » absorbe les nouvelles partout et tout le temps, au plus vite et au plus simple. Mais derrière l'abondance, il sent bien que ce qu'il ingurgite compulsivement ne suffit pas à le nourrir. Nous sommes entrés dans l'ère de la « mal info ».

    Ce livre est le fruit d'une enquête conduite par l'Observatoire du débat public sur la façon dont les Français consomment l'information. Il montre comment l'individu cherche aujourd'hui à s'informer, moins pour comprendre le monde que pour calmer une peur permanente, dans un environnement qu'il perçoit de plus en plus anxiogène.

    « Denis Muzet a ausculté les besoins et les modes de consommation des Français en matière d'information. Conclusion : boulimie, addiction, comportement impulsif... C'est grave, docteur ! Une note d'espoir quand même : les traitements existent... » Paris Match
    « On connaissait la mal-bouffe. Il faudra désormais compter avec la mal info. » Ph.N., Technikart
    « Une enquête instructive sur les usages du public en matière de consommation d'information. » Brunot Bouvet, La Croix

  • À l'heure où le « marketing urbain » n'est plus considéré comme d'actualité, voire même décrié par certains, cet ouvrage propose de rappeler un certain nombre de principes, à la fois théoriques et opérationnels, qui fondent la solidité de ce concept. Écrit sous la forme d'un essai plutôt que d'un manuel didactique, il démontre combien la triple transition écologique, numérique et sociale à l'oeuvre aujourd'hui dans les territoires en rétablit toute l'acuité, au service du management public local.

  • Après des décennies de (néo)colonialisme monétaire, le temps est venu, pour l'Afrique de l'Ouest, d'opérer un changement historique ? : en mettant fin à l'époque du franc CFA, les Etats africains souhaitent une nouvelle monnaie qui incarne la souveraineté monétaire - illustrée par leur prise de responsabilités par rapport à leur devise et à leur futur. Quelles voies emprunter pour atteindre cet objectif ?? Quels outils mobiliser ?? C'est toute l'ambition de cet ouvrage que de proposer un véritable programme d'émancipation monétaire, et donc aussi politique.
    Ainsi, tout autant test de sincérité pour la France que test de crédibilité pour les Etats africains, ce changement de monnaie sera la première étape d'un processus de réappropriation, par les peuples africains, de leur projet de développement.

  • Roland Dumas, c'est la saga d'une irrésistible ascension. Sa vie est le récit d'un ténor du Barreau : l'avocat des vainqueurs assaillis, de Mendes France, Mitterrand, Isorni, Tixier-Vignancour, à Francis Jeanson ; de Genet, Chirico, Braque, Chagall, Lacan, à la famille Giacometti, sans oublier Picasso ! Sa vie est l'épopée d'un ténor de la politique française, lui qui fut l'hôte du Quai d'Orsay durant 10 ans, sous Mitterrand. On lui doit l'acte de réunification de l'Allemagne ou encore le traité de Maastricht, qui a fondé, en 1992, l'union Européenne. Il a servi. Tout ravi. Tout gravi. Mis ensuite au pinacle puis au pilori, tombé de son piédestal, avant d'être totalement blanchi, l'homme de 91 ans a retrouvé sa place et son lustre. Son regard sur la société n'en est que plus acéré.

  • Dette publique, mondialisation, désindustrialisation, avenir de l'Europe et de l'euro :
    Sur tous ces sujets brûlants, les analyses et les controverses fleurissent. A la manière inquiète et souvent défaitiste qu'a la France d'entrer dans le monde ouvert qui est désormais le nôtre, notre histoire pèse très lourd - le deuil de la « Grande nation » et de notre prétention singulière à l'universalisme n'est pas chose facile. L'ambition de ce livre est d'illustrer cette relation qui détermine les trajectoires économiques, sociologiques et intellectuelles du pays. L'auteur y mêle réflexions sur le contexte mondial, les mutations du territoire national et Paris, nourries de son implication récente dans la dynamique du Grand Paris. un autre développement possible.

  • Notre pays, chacun le ressent, est à la croisée des chemins. Dette publique, mondialisation, désindustrialisation, avenir de l'Europe et de l'euro: sur tous ces sujets brûlants, les analyses et les controverses fl eurissent. Dans la manière inquiète et souvent défaitiste qu'a la France d'entrer dans le monde ouvert qui est désormais le nôtre, notre histoire pèsetrès lourd - le deuil de la «Grande nation » et de notre prétention singulière à l'universalisme n'est pas chose facile. L'ambition de ce livre est d'illustrer cette relation qui détermine les trajectoires économiques, sociologiques et intellectuelles du pays. Pierre Veltz apporte ici une vision humaniste et o´ ensive d'un autre développement possible.

  • Y a-t-il encore une place pour un développement à base locale qui ne soit pas seulement identitaire, défensif, passéiste? Que devient l'équité dans un monde où les pôles riches et puissants n'ont plus besoin de leurs périphéries appauvries et débranchées, où les «gagnants» ultramobiles transgressent les frontières et les règles, quand les «perdants» sont de plus en plus confi nés dans l'immobilité? Ces questions sont abordées ici sous un angle économique mais, comme toujours dans les livres de Pierre Veltz, on découvre sous l'économiste un humaniste engagé qui traite de choses complexes avec simplicité. Une première édition en 2002, mais un livre défi nitivement actuel.

  • La crise du logement est à l'origine de ce livre. Pourquoi cette crise  ? Les locataires peuvent payer des loyers raisonnables, il y a des candidats à l'acquisition, toujours dans des prix raisonnables. Et pourtant en trente ans le secteur est devenu fou, la part des revenus des ménages consacrée à se loger a explosé. Une nouvelle politique est-elle possible ? Ce livre est appuyé sur l'expertise des meilleurs spécialistes, il décortique la pénurie de logement, ses causes, l'explosion des prix et l'exclusion des plus faibles. Il montre que la cause fondamentale est une sous-estimation des évolutions des modes de vie. Les auteurs nous éclairent sur cette problématique essentielle :
    Va-t-on pouvoir loger tout le monde et dans quelles conditions ? Un essai actuel et percutant.

empty