• Sexes

    Daniel Foucard

    • Inculte
    • 27 Août 2014

    " Je vois, Paul, vous êtes un intellectuel venu soigner son addiction. Nous allons nous comprendre. Vous avez donc trouvé mieux que le sexe, d'accord, reste à trouver le remède à votre complexe sexuel qui est encore autre chose. On va reprendre le fil de notre entretien sans craindre les redites. Vous venez de m'expliquer que j'aimais répéter, sinon imiter, alors répétons.
    Lors de la précédente séance, vous vous êtes plaint d'avoir plus d'attirance pour l'imagerie sexuelle que pour l'acte sexuel proprement dit. Vous vous désignez voyeur compulsif alors que vous dites ne pas chercher à épier vos partenaires à leur toilette. Vous allez jusqu'à vous détourner quand une passante ignore qu'elle s'immobilise dans une pose impudique. Si c'est un voyeurisme, il n'est pas tellement compulsif, disons facile à contenir. Seule votre consommation boulimique d'images pornographiques en coulisses vous impressionne. Pictophilie. Vous connaissez ce mot ? Non ? " Il n'y a pas d'addiction sexuelle. Déjà, de moins en moins de sexe. Le porno connecté est en train de donner un avantage décisif à la libido au détriment de la pratique. C'est, en tout cas, ce qu'explique le docteur Petrov, spécialiste du traitement des addictions, à son patient, Paul. Dans son cabinet, la consultation tourne à l'affrontement, car Paul, pseudo-pictophile, n'est venu que pour piéger le très controversé docteur. L'intimidante liste des paraphilies, ou déviances sexuelles, de Petrov contre l'agressivité gratuite de Paul. Il n'y a pas de match, jusqu'à ce que s'invite un mystérieux troisième personnage dans la bataille.

  • Seule

    Daniel Foucard

    • Inculte
    • 21 Février 2018

    Une jeune femme se réveille sur une lande déserte. Elle semble avoir complètement perdu la mémoire. Oublié son nom, son identité. Est-elle une naufragée ou a-t-elle simplement été piégée ? Est-elle observée, l'a-t-on droguée puis abandonnée sous le regard de caméras cachées ? Telles sont les accusations qu'elle porte à un auditoire supposé. Son identité fuyante l'oblige à s'en inventer une, à se trouver un pays, une origine, une couleur de peau et à proclamer son indépendance. SEULE est une robinsonnade moderne, le récit de l'anti-dystopie. Le réel est celui d'une société parfaite dont seule une crise de folie peut tenir éloigné. L'environnement mécanisé a déclassé les voyages aventureux, la robotisation a déclassé le danger, l'intelligence collective a recentré le désarroi. L'abandon le plus violent, le plus archaïque n'est plus que l'altération de la personnalité et il peut se produire à quelques mètres devant chez soi, à l'heure de franchir le pas de sa porte. Là, l'horizon y est vaste, le sol immense, la solitude démesurée.

  • Nudism

    Daniel Foucard

    • Inculte
    • 26 Janvier 2013

    Simon Thomas, un jeune Ecossais fraîchement diplômé d'une école prestigieuse, aime le voyage et la polémique. C'est ainsi qu'il accepte, contre toute attente, le poste de secrétaire de la droite populiste du Groenland, mouvance vaguement xénophobe et clairement sécuritaire. Il oeuvre à la médiatisation de ce parti tout en se rapprochant de Panik Norton, écrivaine inuit, célèbre pour son féminisme et son communautarisme.
    Fasciné par la belle engagée, il devient suspect aux yeux de son propre parti et doit fuir au Canada, froissé avec ses anciens compagnons de route, pour rallier un noyau d'activistes idolâtres du nucléaire civil adeptes d'actions choc. Dans un nouveau retournement surprenant, il épouse la cause nudiste avec une ferveur extrême, sans que personne ne parvienne à comprendre réellement ses motivations même s'il évoque un idéal de sincérité.
    Du populisme à la nudité radicale en passant par l'activisme atomiste, ses engagements suivent une logique que lui seul approuve, car il n'en renie aucun, sans réellement les expliquer. Simple trublion ? Icône de la révolte ? Dans un monde en mutation, Simon Thomas s'affirme comme une figure de résistance sans pour autant constituer un modèle à suivre. Daniel Foucard crée une fiction en prise avec les enjeux contemporains sans en constituer un décalque ou énoncer des certitudes.
    Son roman expose le cynisme de la politique, le danger paradoxal des bons sentiments, tout en dressant des portraits attachants ou dérangeants et en ménageant le suspense. On suit les pas du héros, jusqu'à ses embardées, ses contradictions, pour cerner le moteur de l'engagement.

  • Cold

    Daniel Foucard

    COLD commence le jour d'après.
    Après le sexe, après la drogue, après le langage. Après le froid. Un jeune homme, Lain, est chargé de tester une substance aux effets désinhibants, l'olufsen, dans l'Antarctique et de rapporter à ses développeurs les échanges provoqués par le produit. Dans l'isolement des stations polaires, les discussions s'orientent sur le sexe. Sa motivation, son expression, sa finalité. Les émotions se débrident, des conflits apparaissent tandis qu'un mystère se dévoile peu à peu.
    Les aventures de Lain révèlent un monde ambigu, hybride et fascinant, où tout est familier en semblant étrange, étranger.

  • One

    Daniel Foucard

    ONE tisse un lien utopique et psychiatrique entre la simili représentation d'un cerveau labyrinthe conçu par Claude Lévêque et la solennité d'un drapeau échoué sur un mur conçu par le collectif Reena Spaulings. ONE narre l'histoire d'un isolement planifié. À cinq, à dix-sept, à trois puis à un seul. Une folie sur plan.

  • Civil

    Daniel Foucard

    Josh Modena rêve d'une police intègre, puissante et respectée. Josh Modena rêve d'une osmose républicaine où tous les idéaux se réfèrent aux lois. Josh Modena rêve d'un goût retrouvé pour l'ordre souverain dans lequel tout civil se reconnaît. La réalité lui a déjà donné raison. Josh Modena n'évite aucun sujet délicat. Josh Modena répond à toutes les questions. Josh Modena expose clairement les problèmes. Josh Modena illustre le concept par l'anecdote. Josh Modena fait sentir le métier de policier. Le réel est son unique ambition. Josh Modena se fout des critiques. Josh Modena connaît le revers de la médaille. Josh Modena sait aussi que nettoyer c'est faire du dégât. Josh Modena assume ce que d'autres fuient. Josh Modena glorifie l'État de droit. La réalité est incontournable. Josh Modena est instructeur dans une école de Police. Il a une semaine pour former et désigner les candidats qui seront dignes d'exercer. Son obsession est de les modeler à son goût : flics modèles, auxiliaires du Code Civil, pivots de la liberté.

  • Bill

    Daniel Foucard

    • Inculte
    • 3 Avril 2011

    « Bill Gates n'est plus l'ennemi public un point zéro. Bill n'est plus un potentat, un souverain, un Monopoly à lui tout seul, il a changé. Il est devenu l'ami des nécessiteux qui n'en espéraient pas tant. Il redistribue son argent, le cède au développement, l'anoblit. Car l'heure est au repentir et à la honte de l'accumulation privative. Boudant sa puissance, le boss a démissionné et s'est missionné. Concevant seul un tout nouveau challenge : convaincre les autres très très riches de lâcher autant d'argent que lui pour des causes humanitaires reconnues urgentes. Soudain bavard, émouvant, convaincant, généreux voire encombrant, il donne beaucoup et reçoit peu. A vérifier tout de même. Mais quelques deux ou trois bilans comptable ont suffi à redimensionner sa cote d'amour. Quel virage. Mais comment en est-il arrivé là ? » Derrière l'anonymat d'un récit faussement collectif, Daniel Foucard déplie la personnalité complexe de Bill Gates et dresse un portrait multi-angles de l'homme le plus riche et le plus puissant du monde. La poésie du récit de Foucard prend en défaut la froideur mécanique et l'apparence maîtrisée d'un personnage distancié, comme déshumanisé.

  • Casse

    Daniel Foucard

    Un artiste ayant pour habitude de produire des oeuvres fortes, à grand impact social, propose à sa galerie d'exposer 980 000 euros en fausse monnaie. Oeuvre choc titrée 'Casse'. Le galeriste tique d'abord - est-ce bien légal ? - puis finit par accepter, le principe étant de détruire cette fausse monnaie n'ayant pas circulée à la fin de l'exposition. Mais l'artiste a menti à son galeriste. Il remplace la fausse monnaie prévue par de l'argent réel, volé, à l'insu du galeriste. Pour ce casse, il embauche trois complices qu'il rémunère avec les aides publiques touchées pour la production d'oeuvres. C'est l'un des complices de l'artiste, le guetteur, qui raconte l'histoire à l'un de ses correspondants, le chinois Li. Outre l'histoire de ce casse artistique, cet échange entre le narrateur et son correspondant - dont on ne lit que les lettres du guetteur, la voix de Li restant fantôme - est l'occasion de réflexion sur l'art et la société de libre échange.

  • [...] Le principal intérêt du conditionnement par container est sa dimension standard autour de 8,05 m par 2,52 m par 2,52 m.
    Plus profond que haut donc plus commode à entasser dans une cale de navire ou dans une zone de stockage. Volume : 40 m3 environ. [...] On l'entasse, on le ferme, on le scelle. Isolées de l'extérieur vos marchandises circulent groupées, compactes. C'est mieux pour l'acheteur trouvant la cargaison telle qu'elle a été conditionnée par l'expéditeur et c'est mieux pour le transporteur qui s'en mêle pas. Solution simple et avare de règlements.
    T'as mis la disquette dans la caméra pour le transfert numérique ? Mais, autant que je sache, le système de transfert est intégré ! Il est intégré dans la cam 1, c'est la cam 2 qu'on utilise, t'es prêt, je donne le signal ! Marche pas ! Quoi ? Le transfert se fait pas ! Rechope la cam 1, grouille, ils vont arriver ! [...]

empty