• La numérisation de notre monde aboutit à une société de contrôle et de surveillance des citoyens jamais connue auparavant. Sous le joug de ce contrôle numérique, ceux-ci en arrivent à se contenter d'un statut d'hybrides consommateurs-contribuables. Quelles pratiques adopter pour recouvrer notre liberté ?

  • Le miroir de venise Nouv.

  • "La démocratie ne fonctionne pas bien." Ce jugement ordinaire prétend livrer la clef du malaise de l'époque. Mais quelle est la véritable nature de ces régimes qui s'intitulent "démocraties"oe Pourquoi la démocratie paraît-elle une "valeur en baisse"oe Et pourquoi reste-t-elle, cependant, l'emblème favori des politiques de tous bordsoe Afin de la comprendre, il faut renverser la perspective: nous n'avons pas tant affaire à un échec de la démocratie qu'à une réussite de l'oligarchie. L'oligarchie, c'est le gouvernement du petit nombre dissimulé sous le masque de la démocratie.
    François de Bernard est né en 1959. Philosophe, essayiste, romancier, il est par ailleurs conseiller financier et en stratégie.

  • « La civilisation » est une invention rhétorique qui, depuis trois millénaires, a justifié les pires massacres, vols et destructions perpétrés par les dominants, quels qu ils soient. Un argument politique camouflant une arme de destruction massive. En un siècle, avec deux Guerres mondiales, moult génocides et « purifications » ethniques ou religieuses, cet étendard a atteint un résultat supérieur à ceux des conquérants du passé : no limit et no future !
    Comment le paradigme de la civilisation, sa représentation fantasmatique, se retrouvent-ils à l origine des désastres contemporains ? C'est l objet de cet essai que d en inventorier et tisser les liens. De fait, les crises postmodernes du « développement », de l environnement, du chômage, de la financiarisation de l économie, de la numérisation et marchandisation du monde, sont liées à la matrice civilisationnelle. Tout comme la cancérogénisation et la société de surveillance générale. Quant à la défection du politique et à ses impasses, elles ne peuvent en être dissociées.
    Etablir de tels liens choquera, mais permettra aussi de penser différemment la floraison des guerres civiles et de religions, les nouvelles formes de barbarie se télescopant sur l écran vidéo du chaos de ce début de millénaire. Un chemin nécessaire afin de reconstruire le rapport au monde perdu et la citoyenneté abolie.

  • King Kong

    ,

    Qui ne connaît pas King Kong, ce gorille géant créé par le scénariste cinéaste Merian C. Cooper en 1933 ? Fred Bernard reprend la trame de cette histoire populaire en alternant point de vue d'un narrateur et point de vue de Kong. Seul animal survivant d'une île que les animaux de son espèce ont saccagée, il cohabite avec un groupe d'humains qui, craignant son appétit dévastateur, se sont ménagés un territoire verdoyant et protégé.
    Dans cette version qui revisite avec originalité les thèmes habituels de « bestialité, sauvagerie de la nature, mondes perdus », Ann, la jeune comédienne offerte en offrande, comprend instinctivement la bête, sa solitude, son exclusion, sa méconnaissance du monde, sa souffrance d'être devenu une attraction. Elle aide Kong à s'enfuir, en vain, consciente qu'ils sont tous deux semblables, objets dans une société de spectacle et de consommation inégalitaire.

  • L'Orient utilisait bien avant nous racines, graines et fruits aux mille vertus, mais c'est en Occident que le désir d'épices servit de prétexte à l'exploration du monde. Cette quête d'horizons lointains se joua comme une course de relais dont Rome, Byzance, Alexandrie et Venise se passèrent le témoin, jusqu'à ce que les Portugais inventent la route africaine et remportent la mise... que les Hollandais leur ravirent à leur tour.

  • La plume et l'épée. Le maître de guerre contre le maître des mots. La relation singulière entre l'auteur des Mémoires d'Outre-Tombe et celui du Mémorial s'articule autour du fameux pamphlet de Chateaubriand De Buonaparte et des Bourbons publié en 1814, au couchant de l'Empire et dont Louis XVIII aurait affirmé qu'elle lui aurait valu une armée de 100 000 hommes. Directeur de la maison de Chateaubriand et éminent spécialiste de son oeuvre, Bernard Degout en donne l'édition critique de référence, qui faisait défaut, avec de raconter l'évolution du « sachem du romantisme » vers une admiration tardive sous l'effet des compliments prodigués par le proscrit de Sainte-Hélène et de son dégoût progressif envers une Restauration qui le marginalise à partir de son renvoi du ministère des Affaires étrangères en 1824.
    Couronnement de cet édifice : l'écriture des Mémoires d'Outre-tombe qui présentent une vision à la fois critique et héroïque du Géant qui occupe la place centrale de ce monument autobiographique. La vision de Chateaubriand, explique en substance l'historien, reflète celle de la France entière passée en une génération de la légende noire au mythe du sauveur.

  • Manuel de culture générale : de l'Antiquité au XXIe siècle Nouv.

    L'essentiel, tout l'essentiel, rien que l'essentiel en 150 entrées !
    Stoïcisme, art étrusque, orthodoxie, Aristote, architecture baroque, Galilée, migrations, Dante, jansénisme, surréalisme, laïcité, amour courtois, Heidegger, choc des civilisations, Stuart Mill, chiites et sunnites, Vermeer, construction européenne, shintoïsme, pop art, crise pétrolière, Confucius, séries télévisées, Sartre, transhumanisme... n'auront plus de secrets pour vous.
    Un panorama complet de la culture occidentale à travers six domaines : Histoire, Religions, Philosophie, Littérature, Arts, Sciences - et neuf périodes :
    Grèce - Rome et les monothéismes - Moyen Âge - Renaissance et l'époque moderne - XVIIe siècle ou l'âge classique - XVIIIe siècle et les Lumières - XIXe siècle - XXe siècle - XXIe siècle.
    Cette 5e éd. propose une actualisation des connaissances sur le XXIe siècle.
    Pour cette nouvelle édition, de nouvelles rubriques viennent compléter toutes les entrées pour apporter plus de dynamisme à la lecture dans une maquette revue pour plus de clarté.

  • Enfn, LA TOTALE ! Pour décrypter la filmographie d'Hitchcock et comprendre comment le Maître a définitivement marqué l'histoire du cinéma. Des premiers films anglais du jeune réalisateur aux chefs-d'oeuvre américains mondialement célèbres, sans oublier les titres pour la télévision, Alfred Hitchcock, cinéaste prolifique et inventif, a développé un style unique. Traversant les révolutions majeures du cinéma - du muet au parlant, du noir et blanc à la couleur, des studios londoniens à Hollywood -, il a influencé des générations de réalisateurs : Truffaut, Scorsese, De Palma, Fincher...

    Synopsis, genèse, distribution, réalisation, réception critique et publique... : l'intégralité des films d'Hitchcock est passée au crible, chacun d'eux révélant un génial inventeur de formes cinématographiques.

    - Des inédits : les films inachevés et disparus, un roman photo du cinéaste, les films de guerre...
    - Une iconographie exceptionnelle : storyboards, photogrammes, photographies de tournage, affiches, documents promotionnels...
    - Les célèbres apparitions d'Hitchcock.
    - Des repères, des portraits et des focus pour aller plus loin, mais aussi découvrir les motifs récurrents de l'oeuvre, les obsessions formelles et thématiques du cinéaste...
    - Des secrets de tournage, des anecdotes, les coulisses de la création, une analyse des plans et des scènes mythiques...

  • Par les routes de la soie ont circulé, d'Alexandre le Grand à Tamerlan, richesses, influences et savoirs, mais aussi toutes les fantasmagories. Si nombre d'ouvrages ont été consacrés au sujet, la fresque magistrale d'Édith et François-Bernard Huyghe, récit de voyage à travers le temps, se singularise par son remarquable esprit de synthèse pour expliquer la circulation matérielle des richesses et des hommes par la circulation invisible des idées, des croyances, des cultures.

  • Les « Tout-en-un » J'intègre vous proposent le cours de référence en classes préparatoires scientifiques, ainsi que de nombreux exercices et problèmes intégralement résolus.
    - Toutes les notions sont abordées dans le strict respect des programmes.
    - De nombreux exemples, des illustrations et des remarques pédagogiques vous aident à bien comprendre le cours.
    - Des approches documentaires vous sont proposées en complément du cours.
    - Dans chaque chapitre, un grand nombre d'exercices pour bien assimiler le cours et vous entraîner.
    - Les énoncés sont classés par difficulté progressive.
    - Les problèmes sont en grande partie extraits de sujets de concours.
    - Tous les exercices et problèmes sont intégralement résolusafin de pouvoir travailler en parfaite autonomie.
    Cette quatrième édition comporte des problèmes des concours 2018 et 2019.

  • Dans un pays enneigé, où règne un roi dur et injuste, sévit une terrible malédiction qui frappe les enfants nés la même année que l'unique héritier. Les uns après les autres, année après année, les enfants disparaissent et on n'entend plus jamais parler d'eux. Anya fait partie de cette génération perdue. Privée de son frère jumeau, enlevé bébé, la jeune fille grandit en compagnie de son tigre blanc, la rage au coeur. Menacée, elle est bien décidée à affronter le danger lorsque celui-ci se présentera. Un jour, enfin.
    Il sera question d'une sorcière aux yeux blancs qui crache le feu, d'une prémonition qui scelle les destins, d'une évasion et d'une révolte menée par une armée d'animaux sauvages.

  • L'histoire de Jésus Betz, l'homme-tronc à la voix de soprano. Vigie sur un baleinier, éborgné par une mouette, il est recueilli par l'énorme Mamamita. Bientôt, tous deux tombent sous l'emprise de Max Roberto qui les exhibent dans les bars. Lorsqu'il trouve enfin le courage de s'enfuir avec son ami Pollux. Il décide de s'enrôler dans un cirque où, enfin traité avec respect, il connaîtra le succès et le bonheur auprès de Suma Katra, une belle acrobate muette.

  • Rose est élève danseuse dans un opéra. Le jour où elle trouve dans une malle du grenier un automate démonté, commence une belle histoire de patience, de volonté et d'amitié. Et quand Hermès l'automate-danseur, unique et perfectionné, est enfin remonté, le plaisir de danser couronne tous les efforts.
    Les somptueuses illustrations de François Roca nous entraînent parmi les vestiaires, les greniers et les salles de danse pour une visite enchantée d'un opéra. Ses tableaux, tout en jeux de lumières, suivent la simplicité et la douceur du texte ; ils restituent les gestes et postures des danseuses ainsi que l'ambiance mystérieuse d'un lieu entièrement dédié à la danse.

  • Le génie de Beethoven a fécondé des esprits créateurs, dès la génération que l'a suivi, jusqu'aujourd'hui. Les transcriptions et les oeuvres originales qu'il a inspirées seront au programme de la Folle Journée de Nantes.
    Plus que bien d'autres compositeurs, Beethoven a fait l'objet, après sa mort, d'un culte, qui s'attachait autant à son oeuvre qu'à sa personne.
    À l'occasion du 250e anniversaire de sa naissance, l'empreinte qu'il a laissée est étudiée ici par trois auteurs. Élisabeth Brisson, en déroulant son parcours de vie, expose aussi les enjeux qui ont mobilisé, dès son dernier soupir, bien des volontaires pour écrire sa biographie, et les tentatives de récupération (affectives, esthétiques, nationalistes, idéologiques) auxquelles cette rédaction a donné lieu .
    Bernard Fournier expose la force d'innovation que Beethoven a introduite à son époque, en faisant subir un effet de souffle aux genres existants (sonate, symphonie, quatuor) pour les porter à un apogée.
    François-Gildas Tual développe comment, dès le vivant de leur auteur, ses oeuvres ont connu l'hommage de la transcription, qui permettait une diffusion large. Il aborde enfin les oeuvres de compositeurs qui, jusqu'aujourd'hui, se réfèrent à Beethoven ; dans la forme, dans le titre ou dans l'utilisation du matériau musical, leurs oeuvres constituent un hommage - une sorte de prolongation du Monument Beethoven édifié à Bonn grâce à une souscription internationale.

  • Ce dictionnaire de référence couvre tous les domaines des Sciences de la Terre et de l'environnement : minéralogie, pétrographie, préhistoire, géochimie, géologie du Quaternaire, géomorphologie, géophysique, paléontologie, sédimentologie, stratigraphie, tectonique, volcanologie.... Riche de plus de 5 000 définitions, cette neuvième édition refondue bénéficie d'une centaine de nouvelles entrées et illustrations (photos et dessins), d'un format plus large et d'une nouvelle maquette pour un meilleur repérage de l'information.

  • Cet ouvrage présente un dispositif pédagogique innovant, les enfants conférenciers, initié depuis une dizaine d'années et auquel ont déjà participé un grand nombre d'écoles et d'institutions muséales. Dans ce dispositif, les enfants (en cadre scolaire ou périscolaire) sont placés en situation de présenter une série d'oeuvres ou d'objets à des pairs, dans le contexte du musée. De nombreuses interactions s'y font jour et sous-tendent un processus social d'apprentissages formels et informels : le savoir prend vie par le dispositif qui le rend visible et l'activité qu'il suscite. Enfants conférenciers s'inscrit ainsi dans une perspective dite « située » de l'apprentissage. Dans cette approche, les aspects contextuels sont considérés comme partie intégrante de l'activité cognitive : une relation est tissée entre la cognition et son contexte de développement. Ce dispositif contribue ainsi à générer du lien et à fonder une communauté d'apprentissage et d'apprenants.

  • Fin XIXe, sur la scène d'un concours d'histoires vraies ou presque, Tomé raconte son histoire.
    Une aventure palpitante, fournie, incroyable, où se succèdent les épisodes : le naufrage en Asie, la mort de son père marin, son accueil chez un vieux samouraï aveugle qui deviendra son maître et lui apprendra tous les secrets des techniques de combat, son amour pour la fille du vieillard, l'île invisible des terribles Guerriers-Démons qu'il lui faudra combattre.
    De l'amour, de l'exotisme, des combats. Fred Bernard a retrouvé sa verve de conteur pour narrer cette aventure mouvementée et François Roca a su traduire en images la beauté des personnages (à admirer, l'élégance des tatouages sur la peau de la belle Tomo), la finesse des paysages japonais, et la violence des démons. Sa palette de couleurs s'est approfondie et ses lumières nous plongent, alternativement, de la salle de spectacle à la nature avec une dextérité exemplaire.

  • Quand la forêt où vivent la famille et les amis de Igui brûle, ils doivent la quitter et découvrent alors d'autres dinosaures immenses, dangereux et carnivores. Igui, le petit dryosaure (lézard des arbres), grâce à son humour, parviendra à se lier d'amitié avec le grand Rex, le tyrannosaure, et saura prouver l'utilité des petits auprès des grands.
    L'album aborde des thèmes forts qui invitent au dialogue : les rapports entre grands et petits, garçons et filles, violence et protection, brutalité et humour, exclusion et entraide...

  • Spirit le singe et Dino le perroquet vivent au Cirque d'Hiver. À eux deux, ils en ont vu, des choses, mais pas forcément les mêmes ! Dino est sûr de lui : un fantôme hante les lieux...
    Les deux amis n'ont en commun que l'affection qu'ils éprouvent l'un pour l'autre : Spirit est taquin, lecteur et terre à terre, Dino est superstitieux et boudeur. Ils vont mener l'enquête (le fantôme existe-til ?) auprès des animaux du cirque, corroborant les rumeurs et les pistes. La narration est alternée, Dino puis Spirit racontant chacun leur tour les étapes de l'enquête. Ils nous entraînent dans une visite du prestigieux Cirque d'Hiver, jusqu'à la représentation du soir avec le clou du spectacle : Marina Ants, la dresseuse de fourmis...

empty