• «Quel projet de société voulons-nous? Voilà la question qui sert de fil rouge à ce texte dense dans lequel Laurent Berger livre non "son" projet de société ni même "un" projet de société, mais une intimité, des réflexions et des combats. Lesquels, escortés par la double exigence de valeurs et de sens, invitent le lecteur à déterminer ses propres priorités et à partager avec le secrétaire général de la CFDT un projet à construire et à animer avec et pour la société.» Denis Lafay

  • La France est à la croisée des chemins.

    La crise sanitaire a mis au jour les fragilités de notre société. Elle a aussi révélé le dévouement des personnels de santé, la nécessité de l'État, le rôle indispensable de ceux qu'on a appelé les « invisibles », et nos fantastiques ressources collectives de solidarité.

    C'est d'elles dont nous aurons besoin pour affronter cette crise économique dont les conséquences sont déjà terribles pour les travailleurs, les entreprises et les personnes les plus précaires. Elle creuse les inégalités, fragilise les emplois,menace notre démocratie déjà affaiblie. Elle accentue encore l'urgence écologique.

    Les défis sont colossaux. Il faut agir vite.

    Sortir de la crise, c'est aussi penser loin, dit Laurent Berger. Faisons vivre les valeurs de solidarité et de justice sociale, développons de nouveaux critères de progrès, engageons résolument l'économie dans la transition écologique et la France dans son avenir européen.

    Cela ne pourra se faire que si nous apprenons à conjuguer notre démocratie représentative avec une véritable démocratie sociale. Le temps est révolu où l'on pouvait décider d'en haut, seul, ce qui était bon pour le pays. Les chemins pour sortir de la crise ne pourront être tracés et parcourus que dans une collaboration de l'État, avec les territoires, les organisations de la société civile et les citoyens.

    Entendre le terrain, partir du réel, forger des compromis, tenir ses engagements ; Laurent Berger connaît les enjeux et les exigences de cette démocratie sociale. C'est à ce titre qu'il prend la parole.

  • Ce livre vise à montrer par l'exemple comment utiliser la librairie OpenCV dans ses applications les plus courantes :
    Traitement, analyse et reconstitution d'images, stéréovision, reconnaissance faciale et machine learning.
    Il part du présupposé que le lecteur sait programmer en Python et qu'il s'y connaît un minimum en matière de traitement d'images.
    Centré sur la pratique, il introduit aux principales fonctionnalités d'OpenCV au travers de l'étude de huit cas. Le premier permet de se familiariser avec la librairie et son implémentation en Python (acquisition à partir de plusieurs caméras, gestion des threads, optimisation). Les sept autres sont relativement indépendants et exposent les fonctions majeures (segmentation, panoramique, calibrage, apprentissage automatique, etc.) disponibles dans les modules d'OpenCV.

  • Tout petit deja

    Laurent Berger

    Passe par le silence, passe par l'abandon, passe par le détour, ne pas rester ici, passe par l'oubli, passe par l'étendue, passe par en dehors, ne pas demeurer dans le bruit, passe par la porte de sortie, passe et évacue tout, crache tout, jette tout, délaisse tout, passe par la résistance, passe par l'abstinence, passe par la désertion, passe par la démission, passe par la retraite, ne pas rester ici, passe par la détente, passe par le grand calme, passe par la porte de secours, débarrasse-toi de tout, détourne-toi de tout, passe par la nonchalance, passe par l'indifférence, brûle tout, fais de la place, fais-toi discret, fais-toi tout petit, prends ton élan, élance-toi, passe à travers, passe l'air de rien, comme si de rien n'était, en toute retenue, passe par le silence.

  • On ne peut parler que d'emploi. Il faut parler de travail, de son résultat, visible ou non, de l'organisation des entreprises, du sens de l'activité et du projet d'entreprise. Il faut penser le travail dans un processus numérisé et mondialisé où les firmes peuvent être de plus en plus loin de chaque salarié. Or nous ne pouvons penser seuls ces enjeux et leurs effets déstabilisants. Il nous faut un patronat qui pense ces bouleversements, un État qui puisse aller au-delà de ses problèmes d'équilibre financier. Il nous faut des partenaires de révolution, un État qui réinvente la proximité avec ses agents, un patronat réformateur car c'est le monde qui change. Les salariés ont fait un chemin considérable, mais les patrons et les élus ?

  • "Ce livre explique comment utiliser la librairie OpenCV dans ses applications les plus courantes : traitement, analyse et reconstitution d'images, stéréovision, reconnaissance de caractères, reconnaissance faciale et machine learning. Centré sur la pratique, il vous introduit à ses principales fonctionnalités au travers de l'étude de neuf cas. Les deux premiers permettent de se familiariser avec OpenCV 3 et son implémentation en C++ (acquisition à partir de plusieurs caméras, gestion des threads, optimisation). Les sept autres sont relativement indépendants et exposent les fonctions majeures (segmentation, panoramique, calibrage, visualisation 3D, etc.) disponibles dans les modules d'OpenCV.

    Les exemples sont écrits en C++ avec la version 3.3.0 d'OpenCV (et opencv_contrib) et peuvent être déployés sur Windows, Linux et Raspberry. Certains nécessitent d'avoir au moins deux caméras."

  • Ma ville toujours en travaux, en chantiers, en démolition, je vois nos vies dans nos renoncements, nos vies devenues échangeables, remplaçables, nos vies polluées, intoxiquées. Je vois nos vies dans nos baisses d'exigence, nos vies contrôlées, surveillées. Je vois nos vies enfermées dans la prudence, nos vies récupérées, nos vies devenues bien correctes, bien pensantes, bien comme il faut. Nos vies nettoyées, médicalisées, nos vies soumises, nos vies en bonne santé, je vois tous ces gens qui courent, tous ces gens rivés sur leurs petits écrans, je vois tous ces gens tête baissée, épaules tendues. Ce sont nos vies errantes, nos vies accablées, encerclées. Je parle à ma ville, elle me prend comme je suis, ma ville, elle me fait passer incognito, je parle comme je veux, je m'habille comme je veux, elle ne porte aucun jugement sur mon passage, ma ville, c'est pour ça que je l'aime ma ville, elle peut me cacher, me rendre incognito, elle me tente, elle m'attire.

  • Troisième volet de Scilab : de la théorie à la pratique, ce livre vous présente les principaux outils de traitement du signal disponibles dans Scilab et vous montre au travers d'exemples concrets comment les mettre en oeuvre. Vous y apprendrez notamment à moduler/démoduler des signaux, effectuer des analyses spectrales (modèle ARMA, périodogramme de Welsh, méthode Capon et Lagunas) et des analyses temps-fréquence (transformées de Fourier à court terme, de Wigner-Ville ou de Choi-Williams), à filtrer un signal en utilisant sa décomposition en ondelettes ou encore à séparer plusieurs sources. Vous verrez également comment tirer parti des fonctionnalités graphiques de Scilab et construire des applications avec des interfaces interactives. Ce livre fournit un bon exemple pratique de mise en oeuvre de Scilab. Si vous débutez avec Scilab, commencez par le volume I. Les fondamentaux.

  • Permis de construire

    Laurent Berger

    Nous vivrons ce que nous changerons. Ce slogan de la CFDT est la boussole qui me guide. C'est la part d'utopie inhérente à toute forme d'engagement qui oblige à trouver des solutions, du mieux, du concret. D'autant plus que je sais sur quoi je ne transigerai jamais : mes valeurs et des résultats. Nous avons conscience que nous ne pouvons pas agir seuls, nous ne resterons pas enfermés dans les fausses alternatives - statu quo ou casse sociale - que certains voudraient nous imposer. Nous faisons le choix de nous en extraire et d'y aller. Permis de construire ! Ce livre montre comment des militants - chez Air France, Amazon, Gad ou encore à l'hôpital public - se battent au quotidien pour changer les choses. Révolution numérique, transition écologique, code du travail, défi européen. À nous de saisir ces enjeux car j'ai la conviction absolue que le progrès social est toujours possible. Permis de construire?! Au bord d'une crise industrielle et sociale majeure il y a quelques années, Renault réembauche et se projette dans l'usine du futur grâce à l'accord de compétitivité. Sans faire la une des médias, les négociations sur la sécurisation des parcours professionnels ont conduit à de profondes évolutions que l'on comprend aujourd'hui. Bientôt, c'est le compte social personnel, une idée que porte la CFDT depuis longtemps, qui changera la vie des travailleurs. Permis de construire !
    Laurent Berger a 47 ans. Depuis trois ans, il est secrétaire général de la CFDT, premier syndicat français avec plus de 800 000 adhérents.

  • Quand son père meurt, le narrateur de ce récit débute son monologue. Il a onze ans. Il commence à parler face à son vide. Il creuse son manque par la parole. Il se laisse mettre en scène, en mots, par l'absent. Ainsi, sa mort est son verbe, sa voix. Il est l'acteur qui répète, dans la distance, sa disparition, qui la lui donne, soulevé vers lui, vers elle, pour porter son ombre, pour être sa ressemblance.



    Ce faisant - ce récit est cette opération, la psalmodie d'un acte impossible - il hérite de sa mort...



    Il s'agit donc de répéter sa mort, de traverser son coma, de remonter jusqu'à l'énigme de lui vivant, pour garder la mémoire, pour l'aimer dans la distance, pour pouvoir survivre avec ça. De répéter sa chute pour rester debout. De frotter sa poussière, de répandre ses cendres...

  • En 128 pages, cette collection, conçue en priorité pour les étudiants du premier cycle universitaire, propose des manuels de synthèse des connaissances et une gamme d'ouvrages de référence, de méthodologie, d'entrainement.

  • N 2020 sera commémoré le 10e anniversaire de la mort de Jean Ferrat. L'occasion de démontrer combien les textes qu'il a écrits et/ou interprétés (notamment d'Aragon) sont singulièrement modernes. La foi et les convictions de Jean Ferrat, les combats d'idées qu'il a menés, résonnent avec force dans l'actualité.
    Capitalisme, libéralisme, socialisme, démocratie, dictature, mais aussi entreprise, travail, syndicalisme, mais aussi environnement, Europe, mondialisation, mais aussi paix, solidarité, fraternité, humanité, amour... (et bien d'autres sujets) : ce livre confronte le lecteur à « une » formidable lecture du monde, car la poésie et les engagements personnels de Jean Ferrat inspirent la manière dont nous devons regarder le monde, celle aussi dont nous pouvons le rêver et le construire.

  • Tout indique que le sens collectif perd du terrain face aux envies individuelles et que la tentation communautaire ressemble fort à un repli, une peur de l'autre, un besoin de se refermer sur soi et ses avantages acquis. Les changements politiques conduisent à écarter tous les acteurs sociaux ou associatifs. On les appelle corps intermédiaires, donc gênants ? Ce qui n'encourage pas l'engagement de femmes ou d'hommes désireux de donner un sens à leur vie.
    Il est urgent de prendre chacun sa part dans l'action publique. Un débat grand ou petit ne suffit pas. Les organisations syndicales ont besoin de forces, de groupes, d'adhérents pour peser sur les choix économiques et sociaux.
    Syndiquez-vous est un livre pour donner envie de se joindre à l'action collective de progrès social avec Laurent Berger (secrétaire général de la CFDT et première organisation syndicale française).
    La France compte peu de syndiqués en comparaison des autres pays européens. Là où le dialogue social est efficace, là existent des organisations syndicales fortes et respectées.
    Syndiquez-vous est une adresse aux français pour s'engager sous des formes diverses dans le débat national au-delà d'évènements récents.
    Syndiquez-vous parle de la vie de tous les jours, de la nécessité de ne pas rester seulement spectateur, de faire entendre sa voix au service de tous, de ceux qui en ont le plus besoin.
    Livre court et vendu à un prix modeste pour être disponible au plus grand nombre.
    Neuf ans après Indignez-vous de Stéphane Hessel c'est une invitation à réfléchir sur notre manière d'avancer ensemble.

  • L'agence Berger & Berger a été créée par Cyrille Berger, architecte, et son frère Laurent P. Berger, artiste plasticien. Ensemble ils mènent un dialogue ininterrompu entre l'architecture et l'art, qui interroge notre rapport à l'espace et à l'environnement.
    A l'heure où les crises écologiques nous somment de repenser et de réinventer notre manière d'être au monde, le temps des « bâtisseurs » semble bel et bien révolu. Les Berger en attestent par une pratique du retrait et l'humilité de gestes quintessenciels, tant dans les champs de l'art que dans leur manière de répondre à des projets de construction. C'est ainsi qu'ils tendent vers une oeuvre épousant notre environnement - ce cosmos qui nous relie les uns aux autres - en soulignant la nécessaire réconciliation des concepts de nature et de culture. Constatant l'irrévérence dont nous faisons encore preuve à l'égard de notre environnement, ils nous invitent à repenser la manière dont nous agissons sur lui et, par l'art, à nouer de nouveaux liens avec lui.

  • Le dirigeant d'une organisation syndicale française dialogue avec le directeur d'une ONG environnementale autour des enjeux de l'indispensable transition écologique. Un échange essentiel.

    Comment redessiner un futur qui fasse envie ? La mondialisation bouscule nos repères ; la révolution numérique remet en cause les formes traditionnelles du travail ; la croissance est en panne, et sa relance sous sa forme actuelle n'est pas souhaitable en raison des dégâts environnementaux qu'elle engendre.
    Et si, au fond, ces bouleversements étaient une occasion de renouer avec le progrès ? Car, oui, il est possible de concilier le progrès social et la transition écologique, nous disent Laurent Berger et Pascal Canfin. Sans minimiser les contraintes ni promettre de solutions magiques - et tout en poursuivant l'objectif d'émancipation que porte historiquement le mouvement social -, le dirigeant syndical et le responsable écologiste apportent une réponse à tous ceux qui voient dans l'écologie une ennemie de l'emploi. Ils proposent des solutions innovantes pour réinventer une société à la fois ouverte et protectrice, soutenable et pourvoyeuse de bien-être pour tous.

empty