• Journal de bord écrit à l'envers, Sous la vitesse arpente le cours de la vie de l'auteur depuis le mois de mars 2006 jusqu'à ses premiers babillages de nourrisson au milieu des années 1960. À rebours du souvenir, le " je " se fait parfois " il " et s'identifie aux détails, objets et petits événements fugitifs. Mais comment se peindre soi-même sans évoquer les autres, au sens étroit comme au sens le plus large, éthique, politique et social ? Ainsi croisera-t-on en chemin la silhouette marquante de l'agonisante classe ouvrière, en l'occurrence un accidenté du travail sur une chaîne de montage, au cours d'un été caniculaire. Pour se raconter, l'auteur avance (à reculons toujours) par constats, maximes et trous d'air, par collages, citations éparses. Le texte devient lui-même un mur graffité dans les toilettes d'une salle de cinéma, un questionnaire à remplir et découper, une piscine avec ses couloirs, un scanner, un livre à effeuiller, une coupe de cheveux, un scanner médical, un carnet de chèques ou de santé (mentale)... Au terme de ce parcours foisonnant, Ludovic Hary parvient à capter la sensualité de ces petits riens qui font l'éternité du présent, à toutes les époques de la vie : un moment de simple connivence entre amis, l'arc électromagnétique d'un couple, la déferlante d'une vague atlantique à marée montante, l'odeur au petit matin de la menthe fraîche, un échange vigoureux lors d'une partie de ping-pong, la crête mordorée d'un soufflet au fromage. Sans jamais oublier l'arrogance manipulatrice des uns et la bonne conscience vassalisée des autres.

  • « Le dundee met cap vers le large, son foc comme une pelle à tarte dans la brume. Des goélands pansus lui font un carrousel d'ailes et de cris portés par la brise. Leur flair ne trompe pas. Le thon est là en esprit quoique le bateau ne serve plus comme chalutier depuis mars. À dépasser le phare de La Vieille, les fesses même des plus aguerris se serrent toujours. On ferme sa gueule et le mousse parcourt l'une des deux Bibles embarquées à bord. - Ludec, tu crois qu'à notre retour sur l'île, seul ton chien te reconnaîtra ? » Ludec Men, dix-sept ans, quitte Sein pour rejoindre le Général à Londres. Après la guerre, il devient pilote de ligne sur Paris New York. Son fils, Greg Men, né en 1952, rêve d'un envol plus grand encore : il veut devenir Roi de l'Hexagone. Il rencontre Nora Maïz, avec qui il a une fille, Fleur. Il commence à tenir des meetings pour réaliser son crucial projet. Dans le deuxième volume de la trilogie, Benjamin Spielsohn, un ancien camarade, se mettra en travers de sa route. Dans le troisième, Greg Men tentera de parer ce coup du sort. Tout commence par des faits successifs, avérés, mais à mesure des pages, le récit s'émancipe de la chronologie, comme Greg lui-même n'entend pas, en grandissant, devenir simple fils à papa. Roman poétique cherchant à descendre au plus intime des âmes et des corps, Les fuites de Greg Men racontent et délirent quarante et un ans d'histoire hexagonale.

  • L'air du temps

    Ludovic Hary

    Dans une ville imaginaire, la population est privée d'air par des marchés financiers. Les sirops d'oxygène se vendent comme l'aspirine. Les habitants entrent en lutte et se révoltent.

  • J'entrevois de cette place - la terre sauf un judas encore rescapé, les ravins qu'effondre la pelle vont sceller son emprise - des mocassins ayant parrainé ma première communion.
    Rendus à leurs entrailles, béants aux gros orteils, ils rebroussent le chemin ayant présidé à leur confection. Papa, du protocole, avait tout réglé, l'oratrice, pastille rouge, le tyrolien, pastille verte, et derrière, six traits parallèles, les bras préposés, les bras auxiliaires, les suppléants.
    Celui-là n'est plus dont la voix ici s'élève. Il eut du sentiment pour elle, et elle pour lui, mais...
    Elle. Insiste. Il. Hésite. Ils le font, par l'entremise d'un clavier. Peut-être les étreintes demain seront à cet avenant-là, digitales par homonymie, minutées, à distance. Elle écrit une histoire de l'applaudissement. En fait lecture à ses voisines. Se rappelle des fragments de leur histoire, sa mémoire file à deux aubes dont l'une tire en un sens et l'autre dans l'autre. Elle gagne les rochers où les vagues (la suite manque).
    L.H.

  • « Il faut répondre. Répondre aux enfants. Leur pourquoi, sinon, renversera les assises du monde. » La station balnéaire de Nissanseville voit sa plage disparaître en une nuit. Les grains d'or étaient fameux dans le monde entier pour leurs huit nuances de jaune, et l'octave musicale qu'ils produisaient dès qu'on posait le pied dessus. Gertrude, inspecteur de police, est dépêchée sur place pour mener l'enquête. A l'instant où elle rencontre Jetzt, le maire de la commune, une clameur s'élève depuis la rue. C'est une manifestation d'enfants, deux cents, trois cents, des milliers peut-être, me-née par une adolescente de douze ans, Reva, assistée de deux garçons, Theo et Tanir. - Rendez-nous la plage, scandent-ils. Thriller, roman tellurique, Cette fleur silicienne raconte le pillage des ressources naturelles, interrogeant du même coup le rap-port des générations entre elles : dans quelle langue se tisse-t-il, que répondent les adultes lorsque les enfants les placent devant leurs responsabilités politiques et écologiques ?

  • « Souvent, Greg Men grimaçait de douleur, ça lui râpait les cordes vocales, ces séances, ça lui tirait des larmes tellement ça faisait mal, d'essayer de parler à voix haute. Il n'y arrivait pas. Il griffait les syllabes, les feulait. Quelquefois, l'une d'elles, promettant d'être vraiment sonore, éclatait en bulle savonneuse finalement inaudible. Des lettres se brouillaient dans le crâne de Greg Men, des p ou des w divaguaient sans attelage, le tout finissant dans le grésillement d'un essaim d'abeilles rentrant bredouilles à la ruche, le pollen ce jour là s'étant fait pauvret. Recommencez, Greg. » Greg Men a perdu sa voix depuis plusieurs années. Il rencontre la phoniatre Savouna Irkouska, celle ci lui faisant retrouver son organe d'une façon très spéciale (S'il vous plaît, éloignez les enfants). Entre temps, Benjamin Spielsohn a pris la tête du Mouvement 4 qui devrait le mener à gagner l'élection suprême. Chose que Men ignorait. Or, comme Spielsohn, il aspire à devenir le Roi de l'Hexagone. Nora Maïz, jadis compagne de Spielsohn, puis de Men, projette, elle, loin de ces joutes viriles, de fonder avec Igor Moroz, son nouveau compagnon, un Jardin pluriel, où la citoyenneté pourrait s'exercer localement. La langue, ici, porte haut le choc des ambitions, des affects et des corps, au confluent, toujours, du poétique et du politique. Le retour de la voix est le deuxième volume de la trilogie Bientôt rois.

  • Un homme a été interné car sa manie du classement finissait par inquiéter (et lasser) son entourage. Ses deux infirmiers dévolus, Mix et Max, le surveillent de près dans un voyage qui l'amène, tout camisolé, à l'hôpital psychiatrique où après plusieurs mois, il finit par s'ennuyer ferme parmi les dépressifs et les psychotiques. Il parvient à s'échapper. Commence une traque entre la Martinique et la métropole, rocambolesque et riche en rebondissements. Dans l'avion qui l'emmène sur l'île, notre héros vit une aventure avec une incandescente hôtesse de l'air qui a hélas disparu lorsque l'avion s'est posé. De fuites en planques, de courses de voitures en escapades à vélo, échappera-t-il à Mix et Max, résolus à le ramener à l'hôpital psychiatrique ? Retrouvera-t-il son hôtesse de l'air pour d'autres moments d'extase ? Saura-t-il apprivoiser le réel sans systématiquement le plier à sa manie du classement ?...
    À travers un style luxuriant, Ludovic Hary nous entraîne dans une aventure palpitante qui fait la part belle au style. Avec humour, l'auteur fait un portrait attachant de son héros et enchaîne les morceaux de bravoure.

  • « Où en êtes-vous avec l'autre ? À cette question, nous répondrons ou plutôt, vous commencerez de répondre vous-même sur votre vélo, en chemin, vous serez seul ou seule en selle le premier jour, de l'aurore jusqu'à seize heures de l'après-midi au moins. Partez d'où vous vous voulez mais ne roulez pas au-dessous de cent vingt kilomètres durant ce premier jour. Nous nous retrouverons, tous et toutes, au point de rendez-vous : La Ferté-Hacquise. Sur place, vous passerez les trois épreuves avec la personne de votre choix, premièrejouriste elle aussi. À bientôt. Les premiersjouristes.» Une lettre. Un message sur un répondeur. Sur la foi de deux appels, Karima Benetit et Gabriel Ostür, de part et d'autre de l'Europe, préparent leur monture cycliste pour prendre la route. Défi, appétit d'odyssée, joie du regard porté loin sur collines et vallées, prière cosmique ? Tout cela peut-être. On ne saura jamais expliquer une décision. On deviendra autre à soi-même et à l'autre. L'autre ? Cette insulte qu'une femme à l'imperméable vous jette sur le bord du chemin ? Cet aigle fondant sur un lapin ? Cette forêt faisant chanter Karima juste avant l'orage venu ? Ludovic Hary nous invite à partager une allégorie faite de surprise, d'aléatoire, de rebondissements poétiques. Chant, fable métaphysique et géopolitique, Le premier jour, société secrète explore le mystère et la puissance de la langue circulant entre les êtres, le jeu qui les lie : ludique et articulatoire, ému et rieur.

empty