• Frontières

    Olivier Benyahya

    • Fayard
    • 2 Janvier 2019

    Décembre 2008. L'armée israélienne lance l'opération Plomb durci dans la bande de Gaza. Rendu public par les Nations Unies, un rapport fait peser sur l'État hébreu la menace d'une accusation de crimes de guerre. En avril 2011, pourtant, deux ans après sa publication, le document se voit partiellement remis en cause par son principal signataire, le juge Richard Goldstone. Les autres magistrats maintiennent leurs conclusions. Chargé par une revue de sonder les motivations du juge, W laisse ses investigations le conduire à une mise en abîme perturbante, par-delà les époques et les territoires. Témoin de ce cheminement, le commanditaire de l'enquête se trouvera lui-même appelé à revi - siter une partie de sa propre existence : celle d'un homme rapatrié d'Algérie et devenu père sous les mandats de François Mitterrand. De l'attentat de la rue Copernic en 1980 à celui du Bataclan en 2015, Frontières interroge l'interpénétration du processus d'écriture et de l'intoxication mentale, l'imbrication des sources et des modalités de cryptage : la façon dont les événements se transforment en récits.

  • Trigger warning

    Olivier Benyahya

    En 2042, un homme revient sur les faits de société, trois décennies plus tôt, qui ont déterminé la suite de son existence. Dans ce qui pourrait apparaître comme un roman d'anticipation mêlant images et texte, les figures publiques et les thématiques - celles d'un présent perpétuel qui a neutralisé l'idée de temps long - se télescopent et se métamorphosent en lignes narratives aléatoires.

  • Zimmer

    Olivier Benyahya

    Paris, hiver 2005. Les synagogues cessent de brûler. Les banlieues prennent feu à leur tour. Un survivant de la Shoah assassine des Arabes, règle ses comptes avec les Noirs, s'en prend aux Juifs qui fuient pour New York ou Tel Aviv. Il est le narrateur, le protagoniste et l'acteur de ce récit poignant, qui relate à la fois sa vie tranquille de vieil homme et, avec une froide distance, ses propres crimes.
    Restitués dans un style syncopé et précis, ses propos laissent apparaître en filigrane une figure traumatique. Zimmer s'apparente au récit d'un suicide impossible. Celui d'un homme déjà mort. Un homme qui ne subsisterait que comme construction, équilibre précaire : produit de l'Histoire, de représentations, d'interrogations qu'il ne perçoit plus que comme contingences. Mais de l'éventualité à l'acte qui l'anticipe, tout bascule... La forme aussi précise qu'elliptique de ce récit fulgurant rend compte de la dureté d'un vain combat.

  • Dexies & dolly

    Olivier Benyahya

    • Allia
    • 5 Janvier 2012

    Il m'était impossible de faire comme si Naja était une chaise.

  • Bref roman rock et sentimental, Si le froid est rude tend à la perfection l'élastique entre le comique du désespoir et le cinglant du chagrin. Tandis qu'il accompagne son père au bout de son cancer, le narrateur arpente les ruines d'une rupture amoureuse, tiraillé entre la banalité du tragique et le brouillage de ses hiérarchies. Avec une drôlerie désenchantée, cette voix entraîne le lecteur dans un irrésistible cycle d'essorage émotionnel, avec l'élégance et la fausse nonchalance d'une chanson de Lloyd Cole ou d'un film de Hal Hartley.

empty