• Lucius est vieux. Retraité. Seul. Quand il étreint Mona, son amante alzheimer, il tient la mort dans ses bras. À cet âge, le médecin devient une relation trouble, entre dealer et unique ami... Et puis Frank Lahire lui montre un truc, dans le sous-sol d'une boîte de nuit, et lui propose d'en faire partie, lui aussi. Des combats de vieux, sous le regard d'une foule jeune, avide et fascinée. Un «Fight club» gériatrique, faisant la part belle à des combats mous et des corps dégénérescents. Où les lunettes sont scotchées à même le crâne, où l'oubli d'un dentier au moment du combat peut se révéler fatal... Et les corps jeunes des filles viennent se coller à celui du vainqueur. À côté des combats il y a aussi le quotidien, la vieillesse, le corps qui lâche et les sentiments qui fanent. Il y a le business des paris, il y a ces vieux qui acceptent d'entrer dans l'arène ; il y a les enterrements, le médecin, la faiblesse.

  • Dans un monde où les hommes ont cessé de communiquer à force de trop parler, au milieu du bruit, Tarik Noui épure le discours et propose un retour essentiel sur les traces de la voix humaine. Sa genèse dans le silence premier des cavernes. Son adresse aux dieux anciens. Sa domination sur les peuples. Son anéantissement dans le vacarme des sociétés de grandes solitudes.

  • à nos pères

    Tarik Noui

    • Inculte
    • 30 Août 2012

    Après une vie de travail, Lucius n'a pas les moyens de subvenir à ses besoins. Il se décide alors à s'engager dans des combats de vieillards organisés dans les sous-sols d'une boîte de nuit.
    Il prend peu à peu goût à ce déferlement de violence.
    Dans un texte parfois cru, souvent puissant, Tarik Noui (auteur de plusieurs romans chez Léo Scheer et de nombreuses fictions sur France Culture) nous livre une sorte de Fight Club aux héros fatigués et décrépits. À nos pères est l'adaptation d'une fiction France Culture diffusée au mois de mars dernier.

  • " Dites-vous bien qu'il n'y a plus de héros mécaniques.
    De demi-dieu de la technologie. C'est le rebours Moyen Age. Maintenant, c'est l'artisanat de la douleur qui frappe. Des mains sales éventrent les trains et les métros des cités européennes. Vos bêtes fantômes meurent et renaissent dressées transfigurées sur les écrans. Légions de coléoptères. Organisation minuscule insectes carapaces. Pour eux, une seule déclinaison possible : habiter à l'intérieur de l'ennemi, " Donner une langue aux déracinés.
    Aux vaincus. A ceux que l'on a levés pour construire nos villes et nos machines. Ils sont les fils des colonies et de l'esclavage. Les oubliés de l'histoire, au coeur de l'Occident. L'heure des comptes a sonné.

  • Serviles servants

    Tarik Noui

    mars 2003.
    la guerre en irak occupe tous les écrans. brando - l'acteur librement recréé par tarik noui - est une masse surhumaine, monstrueuse. retranché dans le secret d'une petite maison de banlieue entourée par des tours, il ingurgite toutes les informations, toutes les fictions retransmises par la télévision dans une omniscience tragique et lucide. son éminence noire, nunca velàzquez, va trouver un acteur de seconde zone dans le quartier des grands drogués pour lui demander d'incarner le rôle de willard, le héros d'apocalypse now : celui dont la mission est d'éliminer brando devenu incontrôlable et dont la folie frôle l'accession au divin.
    à travers le prisme de la drogue, willard se retrouve entraîné dans une incroyable histoire d'agonie qui est aussi, pour lui, acceptation de son destin. celui du bourreau qui n'est qu'instrument, révélateur de l'horreur de la guerre. et qui n'en reste pas moins tragiquement humain. tarik noui crée un roman qui plonge le lecteur dans un monde entre fiction et réalité. il invente la parabole fascinante d'une histoire dont nous sommes les éternels « serviles servants » : un monde de spectacle violent où nul n'est épargné.
    mais la beauté réside aussi dans les flammes qui détruisent.

  • C'est un monde qui pourrait être le nôtre. Un monde de professionnels. Un monde d'adultes qui veulent rester toujours jeunes et performants. Leurs enfants les déçoivent, ils dilapident leurs biens et sont l'incarnation de leur nature, avant chimie et opérations esthétiques. Nadar Suarès est surveillant de baignade mais ce n'est pas son unique métier. Nunca Vélasquez fréquente assidûment la piscine où il travaille, mais ce n'est pas simplement pour nager. La femme de Nadar, Soha, ancien mannequin star à la beauté anorexique, a mis du temps à accepter l'idée de mettre au monde leur fils, Charlie. À présent, elle s'en occupe et elle s'ennuie. Adrien Labsmann, agent interlope, est l'employeur de Soha, mais aussi de Nadar, de façon clandestine. Car celui-ci débarrasse des parents-commanditaires de leur progéniture encombrante, masquant les meurtres en noyades. Un jour, Charlie ne rentre pas de l'école. Il s'est noyé dans une rivière. Nadar Suarès ne peut y voir une coïncidence et soupçonne la mystérieuse coalition qui l'emploie, et même sa femme. En professionnel qui ne l'est plus, il sombre dans la vengeance sanglante et la paranoïa. Mais peut-être la vérité est-elle plus simple... A travers ce jeu de masques donnant voix aux vivants tourmentés et à l'âme omnisciente de Charlie, Tarik Noui construit un thriller haletant nourri de nos mythologies inconscientes. Une utopie qui refonde les principes de la morale pour mieux penser les impostures du présent. Rouge à lèvres sur le plongeoir d'une piscine municipale est son cinquième livre.

  • Quatre danseurs

    Tarik Noui

    • Inculte
    • 31 Mai 2012

    Un écrivain s'enferme une semaine à l'hôtel Saint-André des arts afin de terminer l'écriture d'un texte-enquête ayant la grâce pour thème et mêlant les récits de vie de trois danseurs : Mohammed Ali, Zinedine Zidane et Vaslav Nijinsky.
    Il reste six jours à Tarik Noui pour en finir avec ce livre. A l'issue de ces six jours, un rendez-vous au cimetière de Montmartre est censé mettre un point final à son travail. De ce texte en cours d'écriture, nous ne lirons que des fragments épars, de courts chapitres rapportant anecdotes sur chacun des personnages auxquels Noui s'intéresse, des fulgurances, des intuitions. Tarik Noui traque la grâce chez ces trois hommes, la met à jour, va chercher dans les mythes originels de chacune de ces icônes ce qui les rend différentes, miraculeuses. Parallèlement, Tarik Noui nous raconte son séjour à l'hôtel, où les seules personnes qu'il croise sont les personnages de ses romans passés, Brando, l'ogre téléphage, Nunca Velasquez, l'infirmière anorexique.
    Le livre de Tarik Noui est constellé de faux entretiens, fausses confidences, fausses références bibliographiques. Au-delà de la question de la grâce, de la danse, Noui nous interroge sur le réel, la fiction, dans un texte où tout semble vrai, où tout est faux.

empty