Orep

  • Le loup en Normandie

    Jean-Marc Moriceau

    • Orep
    • 6 Novembre 2019

    Le loup en Normandie ! Des collines du Perche aux falaises du pays de Caux, et de la Bresle jusqu'au Couesnon, on le trouvait partout jusqu'aux années 1880. Des sources multiples appuient cette enquête, qui embrasse cinq départements et cite près de 200 communes sur un demimillénaire. Grâce à elles, nous suivons l'empreinte du loup sur le territoire, le patrimoine et la mémoire. nous mesurons son empreinte sur le bétail ? des moutons aux vaches et aux chevaux ?, dans une région où l'élevage constitue, depuis longtemps, l'un des atouts emblématiques. Chemin faisant, nous mettons au jour une question bien délicate : la dangerosité du loup sur l'homme. On comprend alors pourquoi, des générations durant, il a fallu se protéger de l'animal prédateur et lutter contre lui. À la fin de cette traque, l'auteur débusque les « derniers » loups historiquement présents avant de s'interroger sur leur éventuel retour. Cette histoire des loups en Normandie révèle un apport culturel méconnu mais pourtant indéniable.

  • À partir d'une riche iconographie souvent inédite tirée des archives départementales mais aussi communales et beaucoup des archives de familles, Les Normands dans la Grande Guerre est une chronique singulière d'une région lors de la Première Guerre mondiale. Des histoires emblématiques d'hommes et de femmes, combattants normands, civils mobilisés à l'arrière, réfugiés ou prisonniers, éclairent de façon originale le conflit. Les anecdotes et l'intime enrichissent la connaissance d'une guerre à la mémoire très vive, même cent ans après.

  • Voici la seule méthode de normand en langue française. Elle est destinée aux débutants et permet d'apprendre que l'on soit de la région ou non. La pédagogie de cet ouvrage peut également être utile pour corriger ses erreurs lorsque l'on a écouté les anciens, car la mémoire n'est pas toujours fidèle et la pratique du normand parlé dans tout le Nord de la Normandie jusqu'à la Grande Guerre n'est plus nécessaire à la vie rurale.
    C'est pourquoi il tend à disparaître et les universitaires de Caen ou de Rouen peinent à dénombrer les locuteurs. Il y a 20 ans, on pouvait choisir le normand en troisième langue dans quelques collèges... Ceci n'est plus possible aujourd'hui, mais le salut vient de la mer car les seuls territoires normands qui ne sont pas devenus français, à savoir les bailliages de Jersey et Guernesey, subventionnent de nombreuses publications y compris à destination des enfants scolarisés en primaire.
    Leur production est abondante et moderne, assez même pour traduire les nouveaux mots, mais elle est... en anglais.

  • Fidèle à la tradition, cet Almanach de la Normandie présente, du 1er janvier au 31 décembre, comme autant d'anniversaires agrémentés d'une illustration originale : un événement, un lieu, une figure, une fête, un fait divers? Pour être très différentes, toutes ces histoires n'en composent pas moins une mémoire de la Normandie, de son histoire, de ses traditions et de ses figures. Les « vieux » Normands y retrouveront bien des échos tandis que ceux qui, au contraire, ignorent tout ou presque de la Normandie, feront la découverte de sa grande et de ses petites histoires.

  • Cette guerre, dit-on, dura cent ans ! Commença-t-elle avec l'élection de Philippe de Valois en 1328, avec les revendications du roi anglais en 1337, ou avec l'irruption d'une armée anglaise dans le Cotentin en 1346 ?
    Se termina-t-elle avec la bataille de Castillon en 1453 ? Aucun traité ne fut signé, personne n'eut conscience qu'une guerre s'achevait.
    Cette guerre fut-elle un long conflit de 116 ans ou le premier épisode d'une violente rivalité qui allait durer plusieurs siècles ?
    La Normandie sera le théâtre d'une période d'apocalypse où se conjugueront plusieurs débarquements anglais, de sanglantes chevauchées à travers la Normandie, la peste noire, la violence des grandes compagnies, les batailles de Du Guesclin, le bûcher de Jeanne d'Arc et la victoire de Formigny.
    De ce chaos émergeront un territoire national, la naissance d'un sentiment national incarné par l'aventure de Jeanne, la « Pucelle d'Orléans » et un état monarchique centralisé dans lequel la Normandie se fondra peu à peu.

  • C'est l'histoire du tourisme dans la Manche, du milieu du xixe siècle à aujourd'hui, que ce catalogue vous propose de découvrir à travers une collection exceptionnelle d'affiches anciennes : l'avènement des voies de chemins de fer et l'épanouissement des stations balnéaires sur les côtes manchoises de la Belle Époque à nos jours ; la mise en valeur de sites remarquables, du Mont-Saint-Michel aux cités médiévales d'Avranches, de Coutances, de Granville ou encore de Villedieu-les-Poêles ; des festivités ou événements culturels reconnus, comme le carnaval de Granville ou le festival international Jazz sous les pommiers ; les sites emblématiques du Débarquement et de la bataille de Normandie.

  • Savez-vous que le début de l'exil de Charlot a commencé à Cherbourg en 1952, qu'Ernest Hemingway et Robert Capa ont dégusté une omelette chez la Mère Poulard au Mont-Saint- Michel, qu'un Cherbourgeois a choisi le Soldat inconnu, que la fine fleur de l'aristocratie normande a disparu dans un naufrage au large de Barfleur, que Louis XVI a vu la mer pour la première fois à Cherbourg... Sans oublier des histoires incroyables comme les sorciers de la Haye-du-Puits, les vedettes de Cherbourg...
    Dans Nous irons tous dans le Cotentin, Jérôme Eho pour les dessins, et Frédéric Leterreux pour les textes, comme ils l'ont réalisé avec bonheur pour Nous irons tous en Normandie, racontent 50 histoires insolites. Elles ont marqué le département de la Manche au fil des siècles.

  • Quand il débarque en Normandie le 7 juin 1944, Ernie Pyle est le meilleur (prix Pulitzer) et le plus populaire des correspondants de guerre américains. Pyle doit cette popularité au fait qu'il raconte simplement et avec beaucoup d'empathie, les histoires des simples soldats. Pendant l'été 1944, il va suivre les troupes américaines d'Omaha Beach à la libération de Paris, assistant à la libération de Cherbourg, la guerre des haies, les bombardements de l'opération Cobra, mais aussi découvrir la Normandie avec surprise...
    Autant d'épisodes qu'il raconte dans 70 articles publiés ensuite dans la presse quotidienne américaine. Ces 70 articles n'avaient jamais été traduits en français dans leur intégralité.

  • Ce livre évoque l'occupation militaire de la Normandie de 1940 à 1944 à travers le regard de l'occupant et de son quotidien. Cette période fut une dure épreuve pour la population normande mais pas pour les soldats allemands qui y séjournaient. Les photos réunies ici en témoignent. Elles étaient destinées à leur famille, à leurs amis. De ce fait, elles donnent plutôt une vision « constructive » et « positive » des événements? Tous ces clichés sont donc extraits de leurs albums personnels et constituent un ensemble exceptionnel. Ce livre débute par l'invasion allemande dans le nord et l'est de la France, prélude à celle de la Normandie. Il se poursuit par le quotidien du soldat allemand dans le Calvados, la Manche, l'Orne, l'Eure et la Seine-Maritime jusqu'en juin 1944. Des clichés pris après les combats de l'été 1944 complètent cet ensemble.

  • Patton

    Christophe Prime

    • Orep
    • 21 Avril 2021

    Georges S. Patton est un chef de guerre haut en couleur comme on en rencontre peu. Adulé par certains, haï par d'autres, celui qui va mener la 3rd US Army de la Tunisie jusqu'au coeur de la Tchécoslovaquie est un personnage éminemment complexe. "Georgie" , ce petit gars de Californie, va se tailler une réputation de meneur d'hommes et de fonceur. Il va devenir un des officiers généraux les plus doués et les plus craints de la Seconde Guerre mondiale, ne vivant que par et pour la guerre.
    Son tempérament de feu et ses coups de gueule légendaires vont lui valoir nombre de tracas, mais ses archives personnelles ont également montré que, sous sa carapace de dur à cuir, celui que ses soldats surnommaient Old Blood and Guts était un homme cultivé, sensible et doutant profondément de lui. Sa mort accidentelle le 21 décembre 1945 va contribuer à le faire entrer dans la légende.

  • « J'ai rêvé qu'un arbre sortait de mon corps et grandissait jusqu'au ciel ; de l'ombre qu'il projetait autour de lui, la Normandie tout entière était couverte. » C'est ainsi que le poète Wace rapporte le rêve prémonitoire qu'aurait fait la belle Arlette, la fille du tanneur de Falaise, après sa première nuit avec Robert, duc de Normandie. Le chroniqueur Benoît de Sainte-Maure ajoute que l'arbre ombrageait non seulement la Normandie mais aussi « la mer et la grande terre anglaise... ».
    Neuf mois plus tard naissait leur fils, Guillaume le Bâtard.
    En Normandie, beaucoup de monuments religieux ou militaires témoignent de cette glorieuse épopée. Les trois auteurs de cet ouvrage n'ont eu d'autre ambition que de marcher sur les pas de Guillaume, de ses ancêtres, de sa famille et de ses contemporains, compagnons ou adversaires. Ils ont tenté, à la lumière des plus récents travaux, de rendre accessibles l'existence et l'époque troublée du Conquérant en incitant même les plus curieux à parcourir les quatre coins de la province pour en lire le passé. Les auteurs proposent ainsi 22 promenades à pied sur les traces de Guillaume.

  • Véritable oeuvre d'art à la Belle Époque, l'affiche illustrée devient un incontournable outil de communication et de propagande pendant la Première Guerre mondiale. Face à l'enlisement et à la totalisation du conflit, les belligérants sont contraints de mobiliser l'ensemble de leurs ressources humaines, économiques, scientifiques, culturelles et artistiques.
    Dès lors, l'affiche incite les populations civiles à souscrire aux emprunts de guerre, à travailler pour la patrie, ou encore à lutter contre les pénuries. De vastes campagnes d'affichage sont également consacrées au recrutement de volontaires pour lever leurs armées.

  • Ce second tome vient compléter celui paru en 2015 : les auteurs y reprennent leur quête afin de présenter, à travers toute la Normandie, d'autres lieux qui ont vu naître, ou le plus souvent vivre, des femmes et des hommes connus de tous.

  • Le D-Day reste gravé dans nos mémoires comme le premier jour de la libération de la France du joug du nazisme. Comment et pourquoi en sommes-nous arrivés là ? Quelles ont été les grandes étapes du Débarquement, que ce soit sur les plages, le 6 juin, ou dans les terres, lors de la bataille de Normandie ? Cet ouvrage vous permettra de suivre le récit clair et vivant d'une bataille finalement complexe, jusqu'à la libération du Havre le 12 septembre 1944.

  • Les aumôniers alliés des armées américaine, britannique et canadienne présents lors de la bataille de Normandie sont souvent négligés en raison de leur petit nombre par rapport aux milliers d'autres hommes dont étaient constituées ces armées. Selon les règles de la guerre, ces hommes, incroyablement courageux, ne pouvaient pas porter toutes les armes au combat. Cependant, ils étaient très appréciés et respectés par les différentes unités qu'ils servaient. Les aumôniers alliés ont subi le deuxième taux de pertes le plus élevé de tous les groupes de la Seconde Guerre mondiale (juste après le Bomber Command de la RAF) et étaient pratiquement irremplaçables en raison des exigences académiques et religieuses qui prenaient souvent des années à compléter.
    Ce livre se penche sur les aumôniers alliés dans la bataille de Normandie, y compris sur ce que l'on sait de leurs vies avant le service militaire, leurs morts ou les détails concernant leur héroïsme. Leurs dépouilles reposent soit dans les cimetières de Normandie, soit, pour certains aumôniers américains, aux États-Unis.

  • Normandie 44

    Jean Quellien

    • Orep
    • 28 Avril 2010

    Avec le débarquement des troupes alliées sur les côtes normandes commence l'un des affrontements majeurs de la Seconde Guerre mondiale. Douze semaines de combats acharnés dans les haies du Bocage, les blés de la Plaine de Caen, ou dans les villes et les villages en ruines, vont décider du sort de la guerre à l'Ouest et précipiter la défaite du Troisième Reich. La Normandie portera longtemps en elle les traces laissées par la bataille. Son martyre a été la rançon de la victoire finale. Il est bon qu'aujourd'hui personne ne l'oublie ; comme il est juste que chacun associe dans son souvenir le sacrifice d'une région et de ses habitants à celui de ces hommes jeunes, venus d'outre-Atlantique ou d'outre-Manche, reposant à jamais dans cette terre qu'ils étaient venus libérer.

  • Les événements militaires de l'été 1944 ont durablement meurtri la terre normande. Qu'ils soient de papiers ou virtuels, de nombreux médias nous expliquent dans le détail ces longs mois de guerre totale qui se terminent pour un temps aux rives de la Seine. Ils nous laissent l'impression confuse de connaître le sujet alors qu'un pan entier de cette formidable opération est resté ignoré pendant de longues années. Que sait-on vraiment du volet maritime propre au débarquement allié ? Que sait-on de ces discrets naufrages, de ces explosions de mines sournoises ou des téméraires torpillages nocturnes qui nous ont légué un dramatique inventaire d'acier endormi sous les eaux ? Que dire surtout de ces curieux alignements fantomatiques de cargos abandonnés qui s'étendent de Sword Beach à Utah ? C'est cette étrange histoire qui relate la destinée de ces sentinelles du silence que cet ouvrage propose. De la longue période d'abandon (1944-1948) connue par quelques rares cartes postales jusqu'à la période de dépeçage systématique des navires qui se termine vers 1960, le lecteur plongera dans le monde fermé des ferrailleurs maritimes de l'après-guerre, celui où l'on parle l'écossais, le flamand et plus encore l'italien, sur un rivage normand qui voit se développer un tourisme d'un genre nouveau. Monde d'aventuriers à la recherche du pactole résultant des quelques tonnes de cuivre sorties des entrailles des navires perdus, monde de scaphandriers aux salaires généreux, monde dangereux aussi où la fortune espérée côtoie la ruine et parfois la mort, le ferraillage normand est aujourd'hui oublié. C'est cette aventure tant humaine qu'économique que l'auteur nous relate s'appuyant sur les précieux témoignages des acteurs de l'époque et richement illustrée de leurs photographies personnelles.

empty