Steles Steles
Steles Steles

À propos

Dans chaque civilisation, les pierres parlent une langue singulière. Enfant d'un pays de menhirs, Segalen découvre au fil de ses séjours chinois, entre 1909 et 1914, les pierres écrites. Il en conçoit le projet de Stèles : non pas un recueil de traductions, mais plutôt une transposition, un détournement de la vertu pierreuse (pétrifiée, pétrifiante...) des mots au profit d'un monde de sensations et de visions qui lui est propre.

La présente édition se propose de donner à entendre les résonances les plus lointaines de chacun de ces poèmes. Résonances chinoises, d'abord, à travers les références et les sources livresques qu'invoque le poète lui-même. Mais résonances imaginaires surtout, tant ce livre, l'un des plus étonnants de l'immédiat avant-guerre, engage déjà, dans sa complexité, les oeuvres qui le suivront : Peintures, Equipée, René Leys, Le Fils du Ciel. Sont rassemblées ici, non seulement les stèles constitutives de l'édition de 1914, mais aussi celles qui, bien qu'achevées, furent finalement écartées de la publication. Une chronologie, une bibliographie, enfin un dossier de textes de Segalen à propos de Stèles contribuent à éclairer de la manière la plus précise ce monument de la langue dont on découvre chaque jour un peu mieux la modernité sans âge.

Rayons : Littérature générale > Œuvres classiques

  • EAN

    9782253096382

  • Disponibilité

    Disponible

  • Longueur

    17.8 cm

  • Largeur

    11 cm

  • Épaisseur

    1.5 cm

  • Poids

    190 g

  • Distributeur

    Hachette

  • Support principal

    Poche

Victor Segalen

Paul Segalen est né à Brest en 1878. Après des études de
médecine à Bordeaux, l'officier-médecin est affecté en
Polynésie française. Il séjourne à Tahiti en 1903 et 1904.
Lors d'une escale aux îles Marquises, il achète les der-
niers croquis de Gauguin, décédé trois mois avant son
arrivée. Il rapporte en métropole un roman, Les Immé-
moriaux (1907), un journal et des essais sur Gauguin et
Rimbaud. En 1908, il part en Chine où il soigne les vic-
times de l'épidémie de peste de Mandchourie, et décide
de s'y installer avec sa femme et son fils. La première
édition de Stèles voit le jour à Pékin en 1912. Il entre-
prend en 1914 une mission archéologique consacrée
aux monuments funéraires de la dynastie des Han et en
tire une étude, Grande Statuaire chinois, qui renouvelle
le genre de l'exotisme alors encore trop naïf et ethno-
centrique. Il meurt dans sa région natale en 1919.

empty