Ce que le jour doit à la nuit

À propos

Algérie, années 1930. Les champs de blés frissonnent. Dans trois jours, les moissons, le salut. Mais une triste nuit vient consumer l'espoir. Le feu. Les cendres. Pour la première fois, le jeune Younes voit pleurer son père.
Confié à un oncle pharmacien, dans un village de l'Oranais, le jeune garçon s'intègre à la communauté pied-noire. Noue des amitiés indissolubles. Et le bonheur s'appelle Émilie, une " princesse " que les jeunes gens se disputent. Alors que l'Algérie coloniale vit ses derniers feux, dans un déchaînement de violences, de déchirures et de trahisons, les ententes se disloquent. Femme ou pays, l'homme ne peut jamais oublier un amour d'enfance...

" Le vrai talent de Khadra est là. " Grégoire Leménager - L'Obs Cet ouvrage a été élu meilleur livre de l'année 2008 par le magazine Lire et a reçu le prix France Télévisions.


Rayons : Littérature > Romans & Nouvelles


  • Auteur(s)

    Yasmina Khadra

  • Éditeur

    POCKET

  • Distributeur

    INTERFORUM

  • Date de parution

    03/09/2009

  • Collection

    Roman Contemporain

  • EAN

    9782266192415

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    456 Pages

  • Longueur

    17.9 cm

  • Largeur

    11 cm

  • Épaisseur

    1.9 cm

  • Poids

    220 g

  • Support principal

    Poche

Infos supplémentaires : Broché  

Yasmina Khadra

Yasmina Khadra est né en 1955 aux portes du Sahara algérien. L'armée dans laquelle il officie se situant aux antipodes de la vocation littéraire, la carrière militaire de Yasmina Khadra sera jalonnée de déboires et de déconvenues. Descendant d'une longue lignée de poètes, son amour pour la langue française l'aidera à s'accrocher à son rêve d'enfant : devenir écrivain. Pour échapper à la censure militaire, il écrira pendant onze années dans la clandestinité. Yasmina Khadra sont les deux prénoms de son épouse. Ils le feront connaître dans le monde entier. Consacré à deux reprises par l'Académie française, salué par des prix Nobel, Yasmina Khadra est traduit dans une cinquantaine de pays et a touché des millions de lecteurs. Soutenu par son large lectorat sans lequel il ne « serait que lettre morte », il nous démontre, de livre en livre, que « le plus grand des sacrifices, et sans doute le plus raisonnable, est de continuer d'aimer la vie malgré tout ».

empty