Essai d'épistemologie pour les sciences sociales Essai d'épistemologie pour les sciences sociales
Essai d'épistemologie pour les sciences sociales
Essai d'épistemologie pour les sciences sociales

Essai d'épistemologie pour les sciences sociales

À propos

Cet essai part d'un constat paradoxal?: alors que, depuis deux siècles, les sciences sociales ont accumulé un savoir considérable, on leur conteste encore trop souvent un statut de science à part entière.
Alain Testart bat en brèche bien des idées reçues. Parcourant l'histoire de l'optique géométrique ou de la théorie de la relativité, il montre que si toute réflexion en science débute par la subjectivité, aucune ne saurait s'y cantonner. Les sciences sociales ne font pas exception?: pour peu qu'elles s'efforcent de «?désubjectiviser leur objet?» et parviennent à développer, par un comparatisme ciblé, leurs capacités théoriques et explicatives, elles pourront dépasser l'état où se trouvait l'astronomie avant Galilée et Newton.
Telle est la thèse centrale de cet essai puissant et jubilatoire.



Rayons : Sciences humaines & sociales > Sciences sociales / Société > Sociologie généralités > Ecoles / Courants / Thèmes

  • EAN

    9782271134363

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    350 Pages

  • Longueur

    17.9 cm

  • Largeur

    11 cm

  • Épaisseur

    1.4 cm

  • Poids

    129 g

  • Distributeur

    Interforum

  • Support principal

    Poche

Infos supplémentaires : Broché  

Alain Testart

Alain Testart est directeur de recherche au
CNRS et membre du Laboratoire d'Anthropologie
Sociale du Collège de France.
Il est l'auteur de nombreux articles et
ouvrages sur les Aborigènes australiens, les
chasseurs-cueilleurs, les rites et les croyances,
l'esclavage ou la monnaie primitive. Il a
publié aux éditions Errance :
L'esclave, la dette et le pouvoir (2001),
Aux origines de la monnaie (2002),
La servitude volontaire (2 tomes, 2004),
Eléments de classification des sociétés
(2005),
Des dons et des dieux (rééd. 2006),
La déesse et le grain (2010)

empty