adios éloge du monde d'avant adios éloge du monde d'avant
adios éloge du monde d'avant
adios éloge du monde d'avant

adios éloge du monde d'avant

À propos

"Notre béguin pour les voitures fantasques, les actrices racées, les plats en gelée, l'odeur saturée des chais, les romans amers des Hussards, les films d'Audiard, le profil d'une lycéenne aperçue dans un jardin public, toutes ces choses dérisoires et essentielles qui rendaient la vie si piquante disparaîtraient. Qui se souviendrait après nous des Alfa Giulia enchantant la Riviera, du charme vénéneux de Porfirio Rubirosa, des comédies mélancoliques de Philippe de B., des larges lunettes de Monica V., des seins conquérants de Sophia L.
Ou du sourire mauresque de Claudia C. ? Notre alphabet du coeur. Nous savourions ces derniers instants et protégions jalousement les images fugaces de nos glorieuses années comme le plus précieux des trésors. Nous ignorions tous les profanateurs de notre nostalgie qui nous encerclaient, nous enserraient." Thomas Morales ne se contente pas de nous livrer, clefs en main, le panthéon d'une très longue jeunesse, la malle aux trésors éblouissante d'où jailliraient soudain non-stop tous les livres, toutes les B.D., les émissions de télé et les films culte qui ont marqué notre imaginaire depuis les fifties jusqu'aux eighties.
En artiste-né, c'est carrément le frisson qu'il nous donne. Quand il fait crépiter en rafales le portrait d'un monstre sacré et, crevant l'habituel décor de carton-pâte où il végète, ouvre à notre mémoire tout un horizon inattendu où les moindres gestes résonnent tout à coup si juste qu'on les croirait proches à nous toucher. Voyez ce que Thomas Morales fait de l'accent d'Arletty, des cavales de Jean-Paul Belmondo, du sexe chez Tinto Brass ou de cette satisfaction qui fait subitement ressembler l'académicien Maurice Druon à un homme de la Renaissance.
En subtil metteur en scène qui ne néglige ni les coups de génie ni les petits riens de l'existence, Thomas Morales remet toujours tout en place et fait tourner le monde, "notre" monde !

Rayons : Sciences humaines & sociales > Philosophie > Philosophie contemporaine

  • EAN

    9782363711663

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    170 Pages

  • Longueur

    19.5 cm

  • Largeur

    12.5 cm

  • Épaisseur

    1.4 cm

  • Poids

    245 g

  • Distributeur

    Pollen

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Thomas Moralès

Journaliste, critique et écrivain, Thomas Morales a beaucoup écrit durant toutes ces dernières années. Des articles par centaines, des
dossiers de presse plus qu'il n'en faut, des livres aussi. Sur la littérature, la mode, l'auto, le cinéma, dans d'éphémères revues ou de
vieilles maisons, il a traîné son humeur vagabonde. On lui doit 9 livres : Le Break Volvo 240 de mon père , aux Éditions ETAI (2009) ;
Objets Masculins-Les essentiels de l'homme , aux Éditions du May (2009) ; Mythologies automobiles, L'Éditeur (2011) ; Dictionnaire
élégant de l'automobile , aux Éditions Ruefromentin (2013) ; Lectures vagabondes , aux Éditions La Thébaïde (2014) ; Les Mémoires
de Joss B. (2015) et Madame est servie ! (2016) aux Éditions du Rocher ; Un Patachon dans la mondialisation (2017) et Adios, aux
Éditions Pierre-Guillaume de Roux (2016) et Belmondo & moi aux éditions numériques Nouvelles Lectures. On peut retrouver
régulièrement sa plume dans Causeur, Valeurs Actuelles, Schnock, Rétroviseur, Service Littéraire, Homme Deluxe ou encore
Technikart. Il vient de remporter le Coup de Shako du Prix des Hussards 2017 pour Adios.

empty