Lignes de vies
Lignes de vies

À propos

« Lignes de vies - une exposition de légendes » réunit les gestes artistiques de quelques soixante-dix artistes de générations et de pratiques différentes. Cette exposition s'inscrit dans une ligne de programmation qui, depuis l'ouverture du musée avec les expositions « Détours » de Jacques Monory (2005) et « Le Grand Sommeil » de Claude Levêque (2006), s'attache à questionner les modalités et instances de construction de l'identité, ou plus précisément, des identités.
C'est ici vers des territoires intimes et personnels que l'on se tourne. En effet, les oeuvres (au masculin comme au féminin) réuni-e-s dans l'exposition font de l'autobiographie et de la biographie une matière première, plastique, générant une réflexion autour des identités, de la mise en scène et de la construction de soi. Il s'agit d'interroger les relations entre l'art et la vie, et à terme, de questionner l'effectivité de l'art, son inscription dans le réel, au travers de postures artistiques diverses qui, toutes, mettent en oeuvre (entre illustration et activation) la dissolution de cette supposée frontière.
Considérant que l'identité est une fiction qui se performe, un récit multiple et fragmenté, se raconter, faire de sa biographie - de sa geste - une matière première est donc un acte de déconstruction, d'affirmation, d'« empuissancement », de révolution moléculaire. Un geste politique de reprise en main de la narration de sa propre légende. Cette réflexion s'inscrit dans une mise en perspective critique du narcissisme et de l'exhibitionnisme contemporain, mais également la promesse de réalisation de soi par la consommation exaltée par les forces marketing. Il s'agit ici non pas tant de se représenter que de se construire, de s'inventer, de choisir, de refuser les assignations.
Au coeur de la salle d'exposition se déploie un espace de lecture. Y sont rassemblés des livres de diverses natures (romans, catalogues, livres d'artistes, ouvrages théoriques...) ayant tous en commun d'être écrit à la première personne du singulier par des artistes plasticiens. Ce cabinet de lecture pointe l'origine et la dynamique littéraire de ce projet qui propose aux visiteurs et visiteuses un temps suspendu.
La publication qui accompagne le projet prolonge cette exploration. Réunissant une dizaines de prises de paroles à la première personne du singulier, elle ouvre les perspectives vers la recherche, le cinéma, le post-féminisme, la pop, la littérature, ou encore l'histoire de l'art avec des textes de Érik Bullot, Julie Crenn et Pascal Lièvre, Agnès Gayraud, Yannick Haenel, Philippe Vasset...

Rayons : Arts et spectacles > Généralités sur l'art > Essais / Réflexions / Ecrits sur l'art

  • EAN

    9782900450048

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    132 Pages

  • Longueur

    24 cm

  • Largeur

    14.1 cm

  • Épaisseur

    1.2 cm

  • Poids

    255 g

  • Distributeur

    Belles Lettres

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

empty